Un éclairage sur l’affaire dite «Alcaly Cissé»


Un éclairage sur l’affaire dite «Alcaly Cissé»
Depuis l’annonce de la visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au Sénégal, pays frère et ami, certaines parties inamicales aux relations maroco-sénégalaises s’échinent à empoisonner l’atmosphère chaleureuse qui entoure cette visite en soulevant le cas de l’ancien député sénégalais Alcaly Cissé, arrêté au Maroc au mois de septembre 2012, en application d’un mandat d’arrêt international lancé par Interpol à la demande de l’Arabie Saoudite.
En procédant à son arrestation le Royaume du Maroc n’a fait que remplir ses obligations en sa qualité de partie contractante du traité qui le lie avec cette organisation internationale de Police qu’est Interpol.
Aussi, quelque soit le crime ou la peine qu’encourt l’intéressé, cette affaire ne concerne aucunement le Royaume du Maroc, car ni partie intéressée, ni partie concernée.
C’est une affaire qui concerne l’Arabie Saoudite et Interpol. La première en a fait la demande à Interpol qui, de son côté, a lancé son mandat international d’arrêt.
Aussi, ces parties inamicales au Maroc, devraient plutôt en référer à Interpol et à l’Arabie Saoudite. Le Royaume du Maroc est et sera toujours respectueux des traités internationaux qu’il a signés.

Farid Mnebhi




Samedi 16 Mars 2013
Notez


Dans la même rubrique :