Un album spécial de Ouza en projet

L’artiste Ousmane Diallo dit Ouza, réputé pour son engagement par le biais de la musique, a révélé que ses enfants projettent de l’amener à sortir "un album spécial" composé de reprises de ses anciennes chansons.


Un album spécial de Ouza en projet

Adiouza et Cheikh Lô Diallo "veulent me faire venir à Paris pour reprendre pendant trois mois dans leur studio, toutes mes anciennes chansons dans un album spécial. C’est leur rêve", a-t-il déclaré en parlant de ses enfants également musiciens, dans une interview parue dans le numéro de septembre du magazine Intelligences.


A court et moyen terme, Ouza compte par ailleurs "jeter les bases" d’une école de formation en faveur des jeunes, un projet qui lui tient à cœur et dont l’ambition est d’amener les jeunes musiciens "à faire de la vraie musique !".


"Il faut de l’apprentissage, de la méthode, en toute chose (…). Je veux former des jeunes comme je l’ai fait dans le passé, avec Shula, Touti Mbaye.. du temps de la chanson khadimo", a argumenté l’artiste.

"Je veux une solide structure de production, d’événementiel afin de promouvoir les jeunes sur les plans national et international. C’est mon rêve", a encore révélé l’artiste.


"Pour le moment, a poursuivi Ouza, nous sommes en train de mettre en place un studio, avec tout le matériel nécessaire, mais cela coûte beaucoup d’argent".


Dans un entretien paru le week-end dernier dans le quotidien sénégalais Enquête, Ouza a annoncé avoir déterré son "micro de combat" pour dénoncer le traitement actuel réservé au secteur culturel. "On fait du n’importe quoi avec la culture", a-t-il dit.


Selon lui, "toute la culture ne se résume pas à Fekké ma ci boolé", le mouvement politique de la star sénégalaise Youssou Ndour, une des figures emblématiques du pouvoir incarné par le président Macky Sall.

Il a évoqué des articles de presse faisant état de l’existence d’un "lobby" dans le domaine de la culture et a déploré que la gestion de structures telles que la Place du souvenir et le Monument de la Renaissance africaine soit attribuée à des membres de "Fekké ma ci boolé".


"Notez bien ceci : je n’ai pas de problèmes personnels avec ceux qui gèrent ces espaces-là. Ce sont mes amis. Je n’ai pas non plus de problèmes avec Youssou Ndour. Je tiens à le préciser", a-t-il relevé.

"Je ne combats pas des hommes mais des idées et des principes. Youssou Ndour a fait du bon boulot pour l’élection du président Macky Sall, je le lui reconnais. Mais ce n’est pas pour autant que la politique culturelle devrait se résumer à lui", a-t-il souligné.

APS

Vendredi 12 Septembre 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :