Un Fokker accidenté dans un brouillard de mystères


Un Fokker accidenté dans un brouillard de mystères
L’atterrissage forcé du Fokker de l’armée sénégalaise dans un champ de patates bordé par des arbres, a soulevé, non pas un nuage de poussière, mais un geyser d’interrogations. Jusque-là, c’est un communiqué tronqué de la Direction des Relations Publiques des Armées (DIRPA) qui tient lieu d’enquête. 
D’abord, un premier paquet de questions alimentent une controverse autour de la vétusté de l’appareil et de sa navigabilité garantie. Sans trancher le débat, il convient de prendre en compte la voix autorisée du Général d’aviation Mamadou Mansour Seck (saint-cyrien, pilote et ancien CEMGA) qui avait réceptionné puis longtemps piloté le Fokker, aujourd’hui, abîmé à Koussana, dans la région administrative de Kayes, au Mali.  

Le second volet de la controverse concerne les avertissements qui auraient été adressés à la hiérarchie par le Commandant Manga et les réserves émises par le même officier aux commandes du Fokker lors de cet ultime et dramatique vol.Une controverse technique qui s’additionne aux mystérieuses raisons de la présence de l’avion militaire dans cette partie du territoire malien.  

En effet, le Fokker ne revenait ni de Gao ni de Kidal où stationnent des Diambars intégrés à la MINUSMA, encore moins de Bamako. L’appareil a décollé de Nioro du Sahel, un cercle (équivalent d’une préfecture de brousse) situé à la frontière mauritanienne de la région de Kayes. Nioro est la vile natale de l’homme d’affaires malien établi au Gabon (le sieur Seydou Kane), un ami du ministre-conseiller Mamadou Sally Sall. Ce dernier figurait du reste parmi les passagers. 

Que fait un avion militaire sénégalais dans cette province déshéritée du Mali, mais truffée de marabouts ? C’est, en effet, la zone la plus peuplée de marabouts et de chérifs au mètre carré. Le plus emblématique et le plus redouté étant le Chérif Mohamed Ould Cheikné Aïdara, le petit-fils et héritier du célèbre Cheikh Ramallah, déporté par les colons à Toulouse. Une mission mystérieuse qui n’a rien à voir avec le transport habituel et normal des soldats blessés en Casamance...
Jeudi 5 Novembre 2015
Dakaractu




1.Posté par Akhenaton le 06/11/2015 09:25
Toute la lumières sur cette affaire est requise. Rien ne sera laissé en perte et profis. La gouvernance sobre et vertueuse devra passer! On veille!

2.Posté par warou le 06/11/2015 17:57
Voila le nouveau moyen de faire des activities illicites ( tuer, frauder, voler, blanchir l'argent) puis apres laisser l'avion tomber. Bonjour Macky!

3.Posté par kawori Jah le 06/11/2015 19:55
Cheikh Hamallah et non Ramallah

4.Posté par kawori Jah le 06/11/2015 19:56
dakaractu vous êtes bien renseigné, auriez un marabout dans ce coin perdu du Mali (rires)



Dans la même rubrique :