UNIVERSITES AMERICAINES TREMPLIN VERS LA VIE PROFESSIONNELLES


Allier le sport et les études constitue une aubaine qu’offrent les universités américaines. Un modèle dont devrait s’inspirer le système éducatif sénégalais pour assurer un avenir radieux à ses pratiquants. Je suis peiné d’apprendre d’un ancien international de football à savoir Mactar Ndiaye faire une révélation consistant à dire qu’il se démerde à vivre avec le peu d’argent dont il dispose après avoir été professionnel en Europe. Cette sortie du football dans les colonnes du quotidien sportif Tout le sport remet sur la table la pertinence qui veut que la carrière sportive est aléatoire. Il ne suffit pas d’avoir le talent pour réussir une brillante carrière de footballeur ou de basketteur. Miné par des blessures qui lui ont empêché de connaître une trajectoire fulgurante, l’ancien coéquipier de Fadiga et Diouf doit servir d’exemple à plusieurs jeunes qui rêvent d’embrasser une carrière de sportive de haut niveau. Un ami n’a jamais cru avoir bien dit que lorsqu’il a soutenu qu’il « était plus facile d’être docteur, professeur, ministre que d’être un footballeur où un basketteur professionnel ». La transition est trouvée pour avancer que le Sénégal est une terre qui fournit des basketteurs de réputation mondiale. Qu’ils jouent en clubs, en équipe nationale ou dans les autres pays, le Sénégal est toujours connu pour sa réputation à fournir de nouveaux talents. On connait beaucoup de joueurs qui se sont exilés en Pro A (D1 Française) ou en NBA. Cependant, on parle moins de ces jeunes joueurs Sénégalais qui ont quittés le Sénégal pour aiguiser leur armes dans les universités Américaines pour allier le Sport et les études. Ils sont à peu prés 38 basketteurs Sénégalais dans les structures Américaines dont les têtes files ne sont d’autres que Baye Moussa Keita (Syracuse), Gorgui Dieng (Louisville) et Cheikh Mbodji (Cincinnati). Ayant plus de ressources et de possibilités pour être formés à la vie professionnelle, ces derniers bénéficient de l’expertise d’entraîneurs de hauts niveaux pour réussir une carrière sportive à la dimension de leur attente. Cependant, étudier et jouer au basket pour une universite Américaine n’est pas donné à tout le monde. Le talent et surtout les études sont des facteurs primordiaux pour être recruté dans une université. En effet, ces athlètes doivent être en mesure de maximiser leurs chances pour espérer jouer dans les universités Américaines en ayant une moyenne de 10 au minimum après avoir subi un examen de passage (ACT, SAT, TOEFL). La majorité des joueurs universitaires est envoyée par l’Academy Seeds dirige par Amadou Gallo Fall dans le but de donner une chance aux jeunes de la sous région et de développer le système sport-études.

Salif KANTE,Master en relations publiques à L’Universite FAMU (Florida Agricultural and Mechanical University) – TALAHASSEE - USA
SALIF KANTE




Vendredi 22 Février 2013
Notez


Dans la même rubrique :
Chez Fleur, Episode 2

Chez Fleur, Episode 2 - 26/10/2014