UN AN APRES SON ARRESTATION : Les proches de l’Imam Ndao réclament sa libération

L’imam Alioune Badara Ndao, arrêté dans le cadre de la lutte antiterroriste il y a un an à Ngan Alassane, quartier situé dans la périphérie nord-ouest de la commune de Kaolack, continue d’avoir le soutien de ses camarades de la Ligue des Oulémas et Prédicateurs du Sénégal et de ses proches. Ces derniers ont initié, hier, un vaste rassemblement pour exiger sa libération.


UN AN APRES SON ARRESTATION : Les proches de l’Imam Ndao réclament sa libération
Alioune Badara Ndao, l’ancien président régional de la Ligue des Oulémas et Prédicateurs du Sénégal, continue d’avoir le soutien de ses camarades et proches. Ils ont organisé, hier, à l’occasion de l’anniversaire de son arrestation manu militari, un rassemblement pacifique dans son quartier situé dans la périphérie Nord-ouest de la commune de Kaolack.
Une occasion pour ses camarades de déplorer les circonstances de son arrestation.
«Il a été cueilli à l’aube à son retour de la prière par des hommes encagoulés qui ont mis sa maison en pièces à la recherche d’armes introuvables. Depuis, il est détenu dans des conditions inhumaines, isolé de sa famille et des siens sans jugement. Aucune preuve des accusations à son encontre n’est, à ce jour, fournie», a soutenu Arona Niang, le secrétaire administratif de la Ligue.
Ces pairs imams venus en masse exprimer leur soutien, ont battu en brèche les accusations de terrorisme agitées pour justifier sa détention. «Quand, au lendemain de son arrestation dans des circonstances rocambolesques, il est dépeint dans la presse comme un terroriste, on a du mal, le connaissant, à donner crédit à ces accusations. Pour un homme dont le quotidien se réduit à la prière et aux travaux des champs, cela nous a semblé invraisemblable», proteste l’imam de Keur Massar, Moustapha Sall, par ailleurs son neveu.
Ces oulémas et prédicateurs mettent la pression sur l’Etat du Sénégal. «Aujourd’hui, nous demandons qu’on organise dans les plus brefs délais son procès ou qu’on le libère. Car, à ce jour, aucune preuve n’est venue étayer les accusations contre lui. Ce qui n’a pas empêché les autorités judiciaires de refuser toutes les de- mandes de libération provisoire formulées par ses conseils», a rappelé l’imam Matar Ndiaye de Kasnack lors de ce rassemblement pacifique de soutien.
Pour rappel, c’est le 27 octobre 2015 que l’imam Alioune Badara Ndao de Ngan Alassane a été arrêté à l’aube par des hommes lourdement armés qui ont fouillé son domicile de fond en comble. Il sera ultérieurement épinglé pour apologie du terrorisme.
Vendredi 28 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :