UAEL : Aliou Sall, Alé Lo et Oumar Youm violemment taclés : « cette image de Aliou Sall à la tête de l’UAEL est répugnante…. »


UAEL : Aliou Sall, Alé Lo et Oumar Youm violemment taclés : « cette image de Aliou Sall à la tête de l’UAEL est répugnante…. »
L’association nationale des élus départementaux ont qualifié de forfaiture la nomination d’Aliou Sall, frère du Chef de l’Etat à la tête de l’Union nationale des élus locaux hier. En conférence de presse cet après-midi, Maodo Malick M'baye et ses camarades de noter que le code général des collectivités locales a subi hier un revers grave avec l’élection de Aliou Sall à la tête de l’UAEL,  en « violation de l’esprit et des textes réglementaires qui régissent le fonctionnement de cette organisation ». « L’élection du président de l’UAEL ne saurait intervenir sans que les élus locaux et les associations qui le représentent ne soient directement associés. Elle constitue un piège pour la démocratie », diront-ils.
 
Attaquant frontalement le frangin du Président, les élus départementaux d’ajouter que tout conduit à penser que derrière les acte posés, se prépare l’inféodation du pouvoir local… « Comment le Chef de l’état qui se bat quotidiennement pour le triomphe des valeurs de la République pourra t-il se dédouaner demain des accusations d’une volonté de monarchisation de notre pays si un de ses proches n’est pas capable de donner l’exemple par ses actes »
 
Sur un plan juridique, les élus départementaux diront ne pas accepter le mode de désignation du Président de l’UAEL fixé par des règles claires et des procédures consensuelles, modifié par un groupuscule et en violation des principes élémentaires comme la souveraineté de l’Assemblée générale. « L’élection de Aliou Sall a été opérée de connivence avec des usurpateurs, car l’Association des départements du Sénégal n’est constituée que d’une partie de conseils départementaux  contestées par certain de leurs pairs. Comment l’Assemblée générale de l’AMS a-t-elle pu être plus médiatisée que celle de l’UAEL qui supplante toute l’association d’élus locaux ? Je rappelle aussi qu’un recours en annulation de la tenue de l’assemblée générale devait être vidé le 28 mai prochain, recours introduit par Djimo Soumaré, mais dans la précipitation ils ont organisé cette AG », dira Maodo M'baye.
 
 Tout en disant non à cette élection, l’ANED de dire qu’il refusait cette forfaiture pour que tant de sacrifices qui ont atteint leur paroxysme le 23 Juin, ne soient vains. « Nous sommes gênés de voir que le frère du Président devienne le vice-Président de la République, parce élu par suffrage universel indirect. L’image est répugnante et pue. Nous ne pouvons être de ceux qui baissent la tête et ma conviction est que le Président ne peut pas cautionner ce qui se passe. Ce qui nous interpelle dépasse des considérations d’ordre constitutionnelle. »
                               
Au ministre des collectivités locales, Oumar Youm, il a été reproché par les élus départementaux, de ne pas avoir une position « juste » entre les différentes associations d’élus locaux. « Nous reprochons au ministre un manquement aussi grave qui consiste à ne pas répondre à une lettre adressée par une association qui dépend de votre ministère, vous avez voulu coincer ou jouer une carte. Le même reproche est valable pour le Président sortant de l’UAEL.
Nous allons alerter les partenaires techniques et financiers qui accompagnent les élus dans le cadre de la décentralisation » finira par dire Maodo Malick M'baye...
Lundi 11 Mai 2015
Dakar actu




1.Posté par BABACAR NIANG le 12/05/2015 08:53
Le compagnonnage franc se traduit par la capacité de se solidariser quand il faut mais également de dénoncer une injustice quand il le faut. le président de l'ANED a posé un acte fort de courage en s'opposant à l'élection de Aliou SALL à la tête de l'UAEL. Cet acte constitue pour le président un élément d'argumentaire pour convaincre sur sa lutte contre l'inféodation dont il reçoit quotidiennement des coups de ses détracteurs.

2.Posté par faétou gaye le 12/05/2015 23:17
Dans ce pays je crois il faut qu'on marque et tres clairement ce que l'on veut dans notre prochain projet de constitution oui il faut mettre qu' aucun parent d'un president de la republique n'a droit de competir dans une election et pourquoi pas n'a pas droit de militer ou d'avoir une ambition politique et meme de commercer on peut aller en lui demandant de quitter le pays durant tout le mandat de son parent president . Alioune sall n'a jamais ete porté par un decret mais par des elections et pour etre clair le ministre OMAR YOUM n'a rien n'a faire dans cette election qui concerne une association privee ,jamais au grand jamais cet homme n'acceptera d'etre le bras armé de qui que soit ;IL faut connaitre l'homme pour comprendre qu'il n'est du genre à vendre sa dignité et ça il y tient cest un djegeme !!!

3.Posté par kaw le 18/05/2015 13:26
L'exercice de la démocratie implique également le respect des règles qui la régissent ! C'est pas parce que l'on est frère ou fils de, président que l'on ne devrait pas avoir d'ambition pour son pays ! Il faut être juste et reconnaitre que Aliou SALL n'est pas seulement le frère du Président SALL, mais aussi un citoyen Sénégalais qui s'est battu pour la défense de principes républicains dans le cadre d'un parti légalement constitué avant l'accession du son frère au pouvoir ! Pour être comme lui aujourd'hui, il suffisait simplement de se faire élire par les populations et par ses pairs. Il est vrai que c'est tellement plus simple de ne rien faire et de critiquer ceux qui travaillent (surtout en travestissant la vérité)!



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016