Twitter : le piratage du compte de Samir Nasri pourrait lui coûter cher

Après une étrange série de tweets dans la nuit de mardi à mercredi, le footballeur français se retrouve dans le radar de l'agence antidopage espagnole.


Twitter : le piratage du compte de Samir Nasri pourrait lui coûter cher
Dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 décembre, le compte Twitter d'une clinique de Los Angeles aux États-Unis poste une photo de Samir Nasri en compagnie d'une de ses infirmières, accompagnée d'une légende expliquant que le footballeur français a reçu l'un de ses traitements à domicile pour « le maintenir hydraté et au top de sa santé durant sa saison chargée de football avec le FC Séville ». Une image utilisée pour faire la promotion de la clinique apparemment banale, mais qui va déclencher une série de tweets ubuesques où l'on voit le compte Twitter de Nasri se répondre à lui-même.

Ce sont d'abord plusieurs messages postés sur le compte certifié du joueur qui laissent entendre, en réponse à la photo de la clinique, que la jeune femme lui aurait prodigué des faveurs sexuelles, le tout dans des termes fleuris. Un piratage qui pourrait être le fait de la petite amie, ou ancienne petite amie de Samir Nasri : Anara Atanes. Le compte du joueur publie d'ailleurs ensuite un tweet qui semble lui être adressé - « Je ne t'ai jamais trompé en quatre ans et je ne le ferai jamais » - et, simultanément, un message au ton nettement plus osé faisant référence au caractère volage du joueur. Les messages ont été supprimés et le joueur a publié un message d'excuses, mais le piratage a fait beaucoup rire les internautes.



Le deuxième acte de ce vaudeville pourrait, en revanche, se révéler beaucoup moins drôle pour le footballeur. En effet, l'agence espagnole antidopage a ouvert une enquête sur ce que contenait le traitement par perfusion reçu par le joueur. Ces traitements par intraveineuses ne peuvent dépasser 50 millilitres de produits autorisés. D'après le site internet de la clinique, il s'agirait, dans le cas du footballeur, d'un cocktail de vitamines C et B accompagné de zinc et de nutriments. D'après une source au sein de l'agence et citée par le quotidien espagnol El País , « la présence d'un sportif dans une clinique comme celle-ci est suspecte en tant que telle. »

Jeudi 29 Décembre 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :