Trois questions à Me Baboucar Cissé, avocat de Abdoul Mbaye : « Nous sommes revenus à la réalité des faits (…) La vérité a triomphé. Cette affaire, on a voulu l’utiliser politiquement contre Abdoul Mbaye. »

La Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande instance de Dakar a tranché, ce 18 mai. Le juge a ordonné la « relaxe pure et simple » de Abdoul Mbaye dans son procès l’opposant à son ex-épouse Aminata Diack. Encouragé par cette décision, l’avocat Me Baboucar Cissé veut poursuivre son combat contre ceux qui veulent « enterrer » politiquement l’ancien Premier ministre.


 Êtes-vous satisfait de la décision du Tribunal correctionnel ?
 Nous sommes plus que satisfaits et rassurés parce que le droit a été dit et bien dit. Nous sommes revenus à la réalité des faits. Ce n’est pas une décision de faveur mais de justice. Mon client est plus que soulagé, parce que la vérité a triomphé dans cette affaire. Seule la décision de justice compte désormais. Ils ont voulu l’enterrer politiquement.
Quel regard portez-vous sur cette affaire Abdoul Mbaye qui défraie la chronique ?
En réalité, il s’agissait de faire le procès de la justice, parce que tout simplement c’est une décision de justice qui a autorisé le changement de régime matrimonial. C’est le juge du Tribunal département de Dakar qui avait autorisé le changement de régime matrimonial.  S’il y a un tort à reprocher à quelqu’un, c’est la justice elle-même. La justice ne peut que s’en prendre à elle-même.  Dans ces conditions, on ne peut pas dire que Abdoul Mbaye a confectionné un faux ou participé à la confection d’un faux. L’Officier de l’état civil a exécuté les termes de la décision rendue par le Tribunal départemental qui a autorisé le changement de régime matrimonial, de la communauté des biens à la séparation des biens. Il ne peut pas y avoir de faux. Cette affaire, on a voulu l’utiliser politiquement contre Abdoul Mbaye. Il est possible de faire appel. Le parquet comme la partie civile peut faire appel. Mais, nous sommes sereins et nous les attendons de pied ferme.
Que faire pour éviter les amalgames ?
Il faudrait déjà qu’on arrête de mettre de l’huile sur le feu. Les sénégalais avaient également besoin d’être éclairés sur cette affaire.  Certains jugements sont volontaires et ce n’est pas normal. Je me désole du fait que le dossier ait fait l’objet d’une instruction. Ça ne valait pas la peine.  Son ex épouse (la dame Aminata Diack) avait demandé 500 millions de dommages et intérêts et elle a été déboutée. 
Jeudi 18 Mai 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :