Tribunal : Le lutteur Rambo Jugé pour viol suivi de grossesse


Tribunal : Le lutteur Rambo Jugé pour viol suivi de grossesse
Le lutteur Modou Diop dit Rambo, de l’écurie Pape Diop Boston de Pikine, a comparu hier, devant le tribunal des flagrants délits de Dakar pour pédophilie et détournement de mineure. Rambo est accusé de viol par la jeune S. Dieng (15 ans). Cette dernière affirme que le lutteur, avec l’aide du nommé Modou Diop, dont la cousine Awa Niang est son amie, l’a l’attirée dans son piège pour abuser d’elle. Ainsi, s’étant rendue dans la chambre de Rambo, la jeune fille a trouvé le lutteur en caleçon. C’est suite à cela que ce dernier l’a saisie par le bras, avant de la jeter sur le lit. Elle renseigne qu’il lui a ensuite bâillonné la bouche avec la main et a enlevé sa jupe et sa petite culotte avec l’autre main, avant de la violer. S. Dieng a par la suite quitté la chambre pour se rendre chez une copine où elle a jeté sa petite culotte et s’est lavée, avant de rentrer chez elle, en gardant le silence.
Mais 4 mois après les faits, la jeune fille a commencé à avoir des nausées suivies de vomissements. Sa mère qui ne soupçonnait rien a cru qu’elle se sentait juste mal et lui a dit de se rendre à la pharmacie. Et hier devant la barre, elle soutiendra que c’est une amie qui lui a fait une remarque sur le comportement bizarre de sa fille. Et c’est cette amie qui a appelé S. Dieng pour lui poser des questions et finalement lui faire avouer les faits. Pour se laver, Rambo soutient n’avoir jamais vu S. Dieng. La cousine du lutteur Modou Diop qui a comparu à titre de témoin, a soutenu que son cousin n’est jamais sorti avec S. Dieng. Awa Niang est même allée jusqu’à affirmer qu’elle n’adresse plus la parole à S. Dieng depuis 3 ans. Alors que la partie civile affirme qu’elles se connaissaient très bien.
L’avocat de la partie civile, Me Alassane Diallo, note que le délit de détournement de mineure doit être requalifié en viol. Car le lutteur Rambo ayant invité la fille à s’asseoir sur le lit, a usé de sa force pour la plaquer sur le lit avant d’abuser d’elle. L’avocat a même proposé un test Adn pour clarifier la paternité de l’enfant en gestation, avant de réclamer la somme de 100 millions pour toutes causes de préjudices confondus. Le procureur qui relève la constance de la conjonction sexuelle et de la grossesse, vu la description précise que la fille a fait de la chambre du prévenu, a établi la culpabilité du prévenu et requis une peine d’emprisonnement ferme de 2 ans. Me Seck, qui assurait la défense du lutteur, affirme que les déclarations de S. Dieng doivent être prises avec beaucoup de circonspection. Pour lui, le délit de viol n’existe pas. Son client ne pouvant bâillonner sa victime avec une main et de tenter de soulever la jupe avec l’autre. Il a plaidé pour la relaxe de son client. Le délibéré de cette affaire est fixé au 3 décembre. 
Samedi 29 Novembre 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :