Travaux de réhabilitation et d'extension du stade Ngalandou Diouf de Rufisque : Les précisions du ministère des sports


Dans le cadre du programme de renforcement et d’équipement des collectivités locales  (PRECOL),un contrat de ville tripartite avait été signé entre l’Agence de Développement Municipale (ADM) d’une part, et d’autre part la Ville de Rufisque et l’Agence d’Exécution des Travaux d’Intérêts Public (AGETIP) en vue de la réhabilitation et de l’extension du stade Ngalandou Diouf de Rufisque. 

 

Donc, dans ce projet, l’ADM est agence d’exécution, la Ville de Rufisque est maître-d’ouvrageet l’AGETIP est maître-d’ouvrage délégué.

 

Cela signifie que Ngalandou Diouf est un stade municipal et que ce sont les autorités de la Ville de Rufisque qui ont pris la décision d’engager les travaux de reconstruction du stade pour un financement initial de quatre cent soixante-neuf millions (469.000.000) de francs CFA, assuré par la Banque mondiale  et la Ville de Rufisque.

 

Les travaux ciblés concernaient : 

  • l’extension de la tribune existante ;
  • la construction d’une nouvelle tribune de huit cents (800) places ;
  • et la réhabilitation du mur de clôture. 

Compte tenu de l’insuffisance du financement de base et de la lenteur des travaux, et eu égard notamment aux charges qui lui sont confiées, le Ministre des Sports, Monsieur Matar BA s’est intéressé à ce programme et particulièrement aux conditions de finalisation des travaux dans les meilleurs délais afin de permettre à la jeunesse de Rufisque de jouir du droit à une pratique sportive correcte et structurée. 

 

C’est ainsi qu’il a eu à effectuer, en janvier 2016, une visite de chantier au stade Ngalandou Diouf en compagnie de toutes les parties prenantes du projet, y compris : les maires des communes de Rufisque et les représentants des clubs civils et des ASC.

 

Dans le souci strict de rendre fonctionnel et de mettre aux normes FIFA le stade Ngalandou Diouf, le Ministère a accepté de prendre en charge, à partir du BCI 2017, pour un coût estimatif de huit cent millions (800.000.000) de francs CFA, les travaux complémentaires, notamment : 

  • la réalisation d’un gazon synthétique ;
  • la réhabilitation de la grille de protection ; 
  • la réhabilitation de l’éclairage sportif.

Aujourd’hui, la proposition d’attribution du marché des travaux complémentaires est faite par l’AGETIP et le dossier se trouve au niveau de la Direction Centrale des Marchés Publics (DCMP) pour avis.

 

C’est donc par devoir et par conviction que les services du département des sports se sont autosaisis pour s’enquérir des conditions de blocage en vue de trouver des réponses opportunes et efficaces à cette situation.

 

Il n’y a donc pas de politique politicienne ni de promesses non tenues mais une volonté indéfectible et inébranlable de trouver les réponses appropriées à une situation préoccupante.

 

Les dispositions sont entrain d’être prises à tous les niveaux pour accélérer la finalisation des travaux.

 

 

 

 

Le Conseiller Technique en Communication

 

Mbaye Jacques DIOP

Vendredi 2 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :