Traite de personnes : Trois convoyeurs de domestiques pour l’Arabie Saoudite alpagués par la Dic

C O Diop, D Guèye et B Guèye ont été conduits avant-hier, mercredi 9 novembre devant le Procureur pour traite de personnes et complicité d’association de malfaiteurs. Cerveaux de deux réseaux différents, ils convoyaient des employées de maison en Arabie Saoudite et les abandonnaient à leur sort, dans des conditions de travail et d’hébergement inhumaines.


Traite de personnes : Trois convoyeurs de domestiques pour l’Arabie Saoudite alpagués par la Dic
 Les arrestations dans les rangs des convoyeurs qui font du business des employées de maisons à destination d’Arabie Saoudite se poursuivent. La dame D Guèye, alias Mère Dior, son fils B Guèye et C O Diop (dans le cadre d’une affaire similaire) ont été conduits mercredi 9 novembre 2016 par la Division des investigations criminelles (Dic) devant le Procureur. Ils sont poursuivis pour traite de personnes et complicité d’association de malfaiteurs.

C O Diop, qui vit en Arabie Saoudite, a fait l’objet d’une plainte déposée par une femme qui habite Kaolack. Elle a expliqué que Diop l’a fait acheminer dans ce pays du Golfe en lui faisant miroiter un contrat de travail et des conditions d’hébergement qui étaient loin de refléter la dure réalité qu’elle a vécue. Comme pour des centaines de candidates à l’immigration, elle ne comprenait rien au contrat de travail qui était en arabe. Elle a soutenu qu’elle n’a jamais encaissé le salaire de 150.000 Fcfa promis. Elle s’est retrouvée seule à nettoyer un R+3 composé de 7 chambres, 7 toilettes, 5 salons, plus une vaste cour, sans compter les autres travaux domestiques. Lorsque qu’elle a fait part de sa décision de quitter ce travail aux allures d’esclavagisme des temps modernes, son patron lui a craché à la figure que pour l’instant elle lui «appartenait» parce qu’il a débloqué 2.300.000 Fcfa pour la faire venir. A moins de lui rembourser ses espèces sonnantes et trébuchantes, ce que la Kaolackoise ne pouvait pas faire. Pour l’obliger à changer d’avis, raconte-t-elle, on l’a privée de nourriture pendant 3 jours. La plaignante a quand même réussi à se libérer. C O Diop l’a placée ailleurs, mais les conditions de travail et d’hébergement se valaient en calvaire. Pour se soustraire de l’emprise de ses seconds patrons, elle s’est débrouillée pour se retrouver en prison. Ce qui a obligé les autorités consulaires à la contacter et à la faire revenir au bercail.

C O Diop qui travaille avec des Saoudiens, a reconnu avoir fait voyager une quinzaine de filles. Il gagnait 100.000 Fcfa à 150.000 Fcfa par personne.

La seconde affaire qui concerne la mère et le fils Guèye est une information et un soit-transmis du Procureur de la République. Une enquête a été ouverte sur D Guèye, qui a finalement été interpellé à Rufisque de même que son fils. Les perquisitions du domicile et de l’agence ont permis de mettre la main sur 11 passeports de Sénégalaises candidates au voyage pour l’Arabie Saoudite. Mère Dior empochait entre 300.000 et 400.000 Fcfa par convoi mais n’est pas en mesure de dire le nombre de femmes qu’elle a fait voyager depuis des années.
Il est à signaler que depuis le début de ces vagues d’arrestations de convoyeurs de femmes à destination d’Arabie Saoudite, une quinzaine d’individus interpellés par la Dic, sont derrière les barreaux pour ces faits. Ils sont tous plus ou moins en relation et constituaient des réseaux bien huilés.

Les enquêteurs ouvrent l’œil et le bon et d’autres interpellations vont sans doute suivre.

 (L'AS
 
Vendredi 11 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :