Thérèse Faye Diouf ou l’autre nom de la loyauté en politique : La discipline de parti malmenée par ses détracteurs (Par Cheikh Mbacké Ndiaye)


Thérèse Faye Diouf ou l’autre nom de la loyauté en politique : La discipline de parti malmenée par ses détracteurs (Par Cheikh Mbacké Ndiaye)
Sa nomination à la tête de l'Agence de la petite enfance et de la Case des tout-petits a braqué le  feu des projecteurs sur sa personne. Les médias  ont commencé à s’intéresser à elle après l’ascension du président Macky SALL à la magistrature suprême. Pourtant, il suffit de replonger dans l’histoire d’hier et d’aujourd’hui de l’Alliance pour la République (Apr), pour se rendre compte qu’elle ne tombe du ciel. Et, contrairement à de nombreux arrivistes venus récemment dans les prairies marron beiges, elle a dû mouiller le maillot et payer cher son compagnonnage avec le président Macky SALL à une époque où il ne faisait pas bon être « un pro Macky ». Elle, c’est Thérèse Faye Diouf ou l’autre nom de la loyauté politique…
Il est de notoriété publique, comme l’a si bien narré, le journaliste Alioune FALL, dans son ouvrage intitulé contre vents et marrés, que la trajectoire du président Macky SALL, jalonnée par de nombreuses péripéties, n’a pas  été de tout repos. Dans ce qu’il est convenu d’appeler une descente aux enfers, l’actuel président de la République a dû, en plus de sa détermination et de son courage, compter, sur la loyauté et l’abnégation de compagnons ayant la loyauté et le courage en bandoulière.  Il est impossible, aujourd’hui, de lister ces derniers sans que le nom de  Thérèse Faye Diouf n’y occupe une bonne place. 
Pour mémoire, Thérèse Faye faisait partie du groupe d’étudiants que l’ex ministre de la justice Cheikh Tidiane SY avait accusé, le 19 mars 2011, de «fomenter un coup d’Etat». Malgré son jeune âge et sa condition de femme, elle a réussi à laisser des traces indélébiles dans la marche de l’Apr vers le pouvoir, en refusant de courber l’échine nonobstant les pressions et les souffrances consubstantielles à la qualité d’opposant d’Abdoulaye WADE.
En tout cas, ceux qui ont suivi le processus  politique en milieu estudiantin de ces dernières années,  ne diront pas le contraire. Thérèse a ainsi  marqué  la mémoire  des étudiants de la Faculté des Lettres en tant que grande syndicaliste, dirigeante de premier plan, remarquable par son audace, sa bravoure et sa force combattante. 
Aujourd’hui, les années qui passent n’ont fait que raviver sa flamme de combativité et de loyauté envers le président Macky SALL, donnant ainsi un sacré coup à la célèbre citation de Babacar Justin Ndiaye qui voudrait que la   politique soit  le cimetière des amitiés.  C’est dire tout simplement que sa nomination à la tête de la Cojer, que certains adeptes du « ôtes toi que m’y mette » contestent, n’est en réalité qu’un hommage rendu à l’engagement, à la loyauté  et à la promotion de la jeunesse féminine.
De la nécessité de son remplacement à la tête de la Cojer…
François-René de Chateaubriand, dans son œuvre intitulé, Mémoires d'outre-tombe,  soutient de fort belle manière que: « L'ambition dont on n'a pas les talents est un crime». Citation ne pourrait mieux exprimer l’état d’esprit des détracteurs de la coordonnatrice de la Cojer qui tentent légitiment, mais de manière indisciplinée de vouloir la remplacer à la tête de cette structure qui brille de par son dynamisme. 
 En atteste, les nombreuses rencontres organisées par sa coordonnatrice pour vulgariser le travail colossale qu’abat le président Macky SALL à travers le Plan Sénégal Emergent (PSE). D’ailleurs, aux moments où les récalcitrants de la Cojer  étaient en train de s’adonner à des pratiques d’un autre âge, Madame Thérèse Faye Diouf et son équipe étaient à Kaolack, sur le chemin du retour de la Casamance, où ils ont séjourné depuis Vendredi pour les besoins d’un meeting organisé par les jeunesses républicaines de Bignona suivi d’un forum sur les réalisations du président Macky Sall dans la région sud, sous l’initiative de la convergence des jeunes républicains du département de Ziguinchor. Au lieu de venir lui prêter main forte, ces derniers ont préféré s’adonner à des actes rebelles n’honorant pas du tout la jeunesse républicaine. Tout cela atteste, si besoin est, que ces derniers ont commis le crime d’avoir de l’ambition dont ils n’ont pas les talents.
La discipline de parti malmenée... L’autorité du président défiée
On aurait pu comprendre toutes ces agitations des détracteurs de la coordonnatrice de la Cojer si et seulement, le poste de coordonnateur et de coordonnatrice de la Cojer était électif et que les élections devaient avoir lieu selon une périodicité exacte. Mais, il n’en est rien en réalité. D’ailleurs, le « challenger » de Thérèse, invité par un journal de la place l’a affirmé clairement. A la question de savoir comment se passe le renouvellement des instances au niveau de la Cojer, ce dernier s’est voulu clair.
« Il n’y a pas d’élections. C’est le président de la République  qui choisit librement un jeune en qui il a confiance pour le porter à la tête de l’instance », a déclaré la prétendante au poste de  coordonnatrice de la Cojer. La conséquence logique de sa réponse est qu’elle ne défie pas Thérèse, mais le président de la République qui a tardé à renouveler les instances de la Convergence des jeunesses républicaines. Pour un acte de défiance envers le leader de l’APR, c’en est bien un ! 
Par ailleurs, au nom de quoi, peut-elle s’autoproclamer « ce jeune digne »,  en qui le président Macky SALL doit forcément avoir confiance au point de lui confier illico presto la Cojer ?  De quel droit s’arroge-t-elle le pouvoir de forcer le président de la République à adopter son timing pour le renouvellement de l’instance jeune du parti ? Autant dire tout simplement que  le « challenger» de Thérèse ne s’embarrasse guère de la notion de discipline de Parti. En conséquence  avec ce dernier à  la tête  de la Cojer, la structure pourrait en subir un sacré coup. 

Cheikh Mbacké Ndiaye
Membre fondateur de l'APR et membre du bureau exécutif de la Cojer nationale. 
Mardi 15 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :