Terroriste supposé : Abou Zoubaïb cueilli à Rufisque Gouye mouride

Depuis un mois sur les traces d'Abdoul Aziz Dia supposé appartenir à une organisation terroriste, la police a finalement mis la main sur celui dont le nom de combattant est Abou Zoubaïb. Filé pendant des jours par un élément de la direction de surveillance du territoire qui l'a repéré dans la commune de Rufisque Est, l'individu a finalement été intercepté samedi. Des vidéos dans lesquelles il était en pleine manœuvre dans des camps d'entraînement de djihadistes ont été retrouvées sur son portable ainsi que des puces de pays comme la Libye ou le Niger qu'il avait quittés un mois auparavant pour revenir au pays.


Terroriste supposé : Abou Zoubaïb cueilli à Rufisque Gouye mouride
Abdoul Aziz Dia alias Abou Zoubaïb a été intercepté samedi au quartier Gouye Mouride Alwar dans la commune de Rufisque-Est. Cet individu, activement recherché depuis un mois par les services de sécurité, est a priori un djihadiste. Lui-même l'aurait affirmé sans ambages lors de l'interrogatoire suite à son arrestation. « Je suis un soldat pour la cause de Dieu », aurait-il déclaré avec froideur lors de son interrogatoire, ont rapporté des sources très au fait du dossier. Depuis son retour au pays en provenance du Niger il y a juste un mois, l'individu était recherché dans tout le département de Rufisque. Il a fallu cependant 72 heures à l'élément de la Direction de surveillance du territoire (Dst), à qui la mission secrète a été confiée, pour détecter le mis en cause aux fins fonds de ce quartier de la commune de Rufisque-Est jouxtant les carrières de la Sococim.
 
Prenant toutes les précautions nécessaires, le policier a minutieusement filé Abou Zoubaïb durant deux jours d'affilée avant de se voir renforcé par des éléments de la Bip et de la Dic. Renfort avec lequel il est intervenu discrètement le samedi, à l'heure du match Sénégal­/A­frique du Sud, prenant au dépourvu l'homme à la barbe et célibataire de son état trouvé en train de faire ses ablutions dans la maison familiale. "Seuls les voisins proches savent qu'il a été arrêté. Ils l'ont discrètement pris dans leur maison familia­le", nous a soufflé un voisin parlant sous le couvert de l'anonymat.
 
Parlant du supposé djihadiste dont il ignore le nom de combattant d'Abou Zoubaïb, notre interlocuteur de préciser :  « Il était calme, il y a peu de personnes qui le connaissent puisqu'il passe inaperçu et ne réglait ses affaires qu'avec ses amis ibadous. C'est un gars louche et les gens le taxaient même de terroriste de par son comportement. Il restait des mois et des mois sans venir ici ».
Les deux jours de filature ont permis au policier de la Dst de repérer toutes les actions quotidiennes de l'individu âgé de 28 ans, qui passait ses journées entre la maison familiale, une autre maison en construction située derrière les carrières  qu'il occupait seul et un champ dans les parages. C'est ainsi que dès qu'ils l'ont arrêté, des fouilles ont été effectuées dans les trois endroits.  D'après notre source, une carte d'identité nigérienne au nom du gars et des puces électroniques libyennes, nigériennes et burkinabè ont été retrouvées dans la maison reculée où passait la quasi-totalité de la journée l'homme de teint clair se proclamant djihadiste.
Pire encore, un téléphone comportant des vidéos compromettantes ont corroboré les lourds soupçons d'appartenance à une organisation terroriste qui pesaient sur le gars qui, pourtant, était entré au Sénégal en passant par l'aéroport de Dakar. Sur ces vidéos renseignent nos sources, celui qui s'est donné le nom de combattant d'Abou Zoubaib est visible dans un camp d'entraînement djihadiste avec d'autres combattants enturbannés comme lui, tous en pleine manœuvre en train de manier des armes. Mis à part ces éléments compromettants, rien d'autre n'a cependant été trouvé par devers lui. Il a été transféré le même jour à Dakar et l'enquête suit présentement son cours.
Le Populaire
 
Mardi 15 Novembre 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :