Témoignage de Bara Tall : le partage d’un terrain entre Karim, Bibo et lui-même, en question…


Témoignage de Bara Tall : le partage d’un terrain entre Karim, Bibo et lui-même, en question…
«La société Dahlia Sa qui a son siège, au 4 rue Léo Frobenius chez moi, a été créée en 2004 avec comme objet l’exploitation d'un terrain de 33 000 m2 sur la corniche-ouest qui nous appartient à trois : Karim Wade, Ibrahim Abou Khalil et moi- même», telle est la déclaration faite par le témoin Bara Tall  devant le juge Henri Grégoire Diop.   
«Karim est venu avec un dossier chez moi et m’a dit : on crée une société, tu es bénéficiaire d’un des trois terrains d’une superficie de 524 m2, l’espace étant suffisamment vaste pour contenir trois standings»; c’est la proposition qui m’a été faite, a relevé Bara Tall, actionnaire dans cette société et Président du conseil d’administration (Pca)
« Suivant nos termes d’accord, la parcelle qui était à l’extrême droite, en face de la mer, m’appartenait. Il n’a pas été construit; car, par la suite, j’ai eu des problèmes avec l’Etat… Je continue d'ailleurs à demander ma part», a réaffirmé Mr. Tall qui estime le terrain à 1 milliard et demi de francs Cfa. 
Le témoin précisera qu’à l’époque, il voyait très souvent le Président de la République, Me Abdoulaye Wade, en tant que membre fondateur du Conseil financier de l’investissement (actuel Cpi).  
A la demande du substitut procureur, se référant à un document de la Commission de contrôle des opérations domaniales (Ccod), le témoin Bara Tall a  présenté devant la Cour un bail qui date de 2004 ; «4 ans avant l’acquisition du terrain pourtant, un avis favorable était contenu dans le document du Ccod du 02 novembre 2000», fera remarquer Antoine Félix Diome qui voulait des éclaircissements sur la question, avant que n'intervienne la pause…     
Mardi 30 Décembre 2014
Dakaractu




1.Posté par Dégouté le 31/12/2014 10:59
Bara Tall n'a rien à dire. Il fait partie des "SPOLIEURS" au même titre que Karim et Bibo. De quel droit doivent ils se partager trois terrains sans bourse déliée au niveau de la Corniche.
C'est un dealer qui crie au "Yémalé".
Tchim. Le procès de Karim a démasqué ce prédateur.
Et la presse "bâillonnée" ne soulève pas cette incongruité.



Dans la même rubrique :