Tanor et Khalifa : Tango ou Paso doble ? Morale politique et sagesse africaine ! (PAR YORO BA)


Tanor et Khalifa : Tango ou Paso doble ? Morale politique et sagesse africaine !  (PAR YORO BA)
La grande différence entre la danse ‘’post indépendance’’ et celle de nos jours est que les danseurs déhanchent trop souvent séparément et indépendamment  les uns des autres ; voilà par exemple la différence essentielle entre d’un côté le tango, le paso et  le blues et de l’autre’ le mbalax, le rap (soft ou dur)…etc. Règne aujourd’hui le chacun pour soi au milieu de ‘’cavalières ‘’ esseulées, éblouies par une lumière crue et impudique (N’est-ce pas, initiés des « chambres noires »).N’exigez pas aussi de moi une démonstration sur piste ;’’j’ai déjà donné ‘’ mais vous pouvez toujours vous adresser aux  jeunes  papys de plus de 50ans ( en souvenir de leur costume ‘’pied de poule’’, coiffé de leur ‘’felt’’ , avec sous l’aisselle  la nécessaire canne, ajustant à chaque instant le pantalon tombant "taille Albert" ,"bas tube" ou "patte d’ éléphant", martelant la chaussée de leur "tête de nègre" ); j’ai nommé le peuple du twist, du rock, du jerk mais aussi du "mandaal li"…etc. Ah ! Le bon vieux temps !  Ce n’est pas sauter du coq à l’âne !

Tango ou Paso doble ? Tanor connait ; khalifa aussi ! (quoique….)

Bref ! Le tango est une danse sensuelle, fusionnelle de deux partenaires, avançant ensemble dans la même direction, poitrine contre poitrine, les bras tendus : la fameuse figure de la "promenade" tandis que le paso doble, danse passionnée, inspirée de la corrida représente une lutte à mort entre l’homme et le taureau ;  cette danse  est jouée avant l’estocade et à la fin, on mime la mort du taureau .Alors, Tanor et Khalifa : Tango ou Paso doble ? Quoiqu’il en soit, le duel entre Khalifa, ‘’l’homme qui veut’’ et l’inusable Tanor ,‘’l’homme qui tient’’ , nous a enseigné  ces derniers jours une panoplie riche de leçons magistrales de morale politique et de sagesse africaine :

J’ai eu mal l’autre jour, à voir les coups de poings et les matraques pleuvoir, les "lacrymos" tonner, les larmes et le sang couler,  dans ce temple mythique de la maison du parti socialiste ; J’ai eu mal car je pensais que  le temps bleu de l’arrogance de ces  calots était éculé .Et je me suis demandé à quand la fin des coups fourrés ? Et sont-ce ceux-là qui veulent nous diriger demain ? Faut pas forcer ! Au vu des décisions finalement prises pour le Oui, presque à l’unanimité, par le bureau politique du PS, nous ne pouvons que nous exclamer "Rien ne sert de courir, il faut partir à point" car tout un chacun a pu se faire une idée objective de qui contrôle quoi au sein de ce parti. "Vous avez beau détester le lièvre, vous ne pourrez nier  que ses oreilles sont longues"; "vous avez beau avoir une dent contre le lapin, vous ne pourrez qu’admettre que son civet est des meilleurs" : Tanor-la courtoisie, d’une courtoisie silencieuse qui frise le muet d’une carpe , a son style qui diverge d’avec les débiteurs automatiques de boniments (D.A.B) et d’insanités souvent de stature aussi courte que leur vision ; lui est affable et d’un calme  légendaire contrairement à beaucoup d’autres va-t-en-guerre ! Défaut de charisme ? C’est selon ! Qui peut se prévaloir de l’unanimité ? Même pas le Prophète s.a.s.

 A la jeunesse pressée, nous conseillerons donc de savoir attendre et  agir en son heure : assurer une bonne prise avant d’enclencher le croc-en jambe (ou le hanché) fatal à leurs ainés. Les férus de lutte se souviennent que le fort de ‘’double-less’’, culminant à plus de deux mètres, véritable armoire à glace, était, les deux mains au ‘’nguimb’’ de son adversaire, de lui plaquer son énorme cage thoracique, puis  de l’achever par un croc en jambe du pied droit. Khalifa doit revoir sa stratégie car lui veut faire la même prise à deux adversaires, de taille et pas des moindres et tenez-vous bien, en même temps : le PR Macky et SG Tanor. Unanimement, les observateurs de la scène politique qualifieront de prétentieux quiconque osera ne serait-ce qu’imaginer possible cela.

A la jeunesse  aux cheveux cendrés, nous servirons une éternelle leçon de sagesse : la patience de diplomate, qu’a déjà Tanor, un diplomate de son état.

‘’Allahouma maha fi sabirina ‘’. أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اسْتَعِينُوا بِالصَّبْرِ وَالصَّلَاةِ ۚ إِنَّ اللَّهَ مَعَ الصَّابِرِينَ

"Ô les croyants! Cherchez secours dans l'endurance et la Salat. Car Allah est avec ceux qui sont endurants." [S2 V153]

Il a plu ! Il a tonné ! Il a neigé mais lui Tanor est resté …de marbre : d’aucuns  avaient décrété très tôt la mort du PS après la débâcle historique en 2000 ; petit à petit, il a consolidé chaque jour davantage le parti, son parti, qui a repris du poil de la bête .Pour savoir encaisser, il faut avoir du coffre.

A la jeunesse défraîchie et jacassante, Tanor a  prescrit  la sérénité  près de leur long fleuve tranquille ; Dakar, ce n’est pas comme là-bas ; ici "les chats et les chattes… ne goûtent pas à la sauce huilée". "mouss dou fi mossa moss niexx"; et à Dakar-Plateau, même pavé…de "bonnes" intentions, le terrain politique y est dur et les "futés comme des œufs" (bocciondé en pular ) pleins ou pourris n’y rebondissent pas; ici, à perte de vue, on y  évolue à découvert, et singe ou guenon, le cynocéphale ,ne pourra y échapper à la vigilance  "canine" de la majorité populaire . "A malin, malin et ….". Gackou l’a fait ! Pourquoi pas vous ? Jeunesse désireuse de pouvoir et de gloire ! Veuillez, Svp, avancer décagoulés ; une cagoule n’est efficace que quand votre vis-à-vis ignore l’identité de celui qui l’a enfilé ; on ne peut éternellement se défausser sur des ‘’éléments incontrôlés’’ surtout après les événements de Colobane. A la jeunesse fougueuse et fugueuse du Non, le cours impétueux de l’histoire nous enseigne à souhait que la violence, les coups bas, les coups d’état et le meurtre des pères fondateurs ou consolidateurs n’a plus droit de cité ; à l’image de la relation Tanor /Abdou Diouf, doit régner le fleuret moucheté, bon an mal an, de la constance et de la loyauté. Le complexe d’Œdipe, c’est bon pour l’Europe. Ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ; Tanor, un ours ? Ours froid ? Mais non ! Imperturbable, il est assurément de glace. Que c’est dur d’avoir affaire à un vieux briscard ; qui s’y frotte s’y pique ! Entre nous, je préfère le porc-épic au porc tout court.

A chaque jour suffit sa peine ; avec le référendum, nous l’avons constaté partout : le tort de beaucoup a été de penser que ALLAH swt n’était  là que pour eux ; le vent d’ALLAH tourne et les girouettes aussi ; beaucoup sont en ce moment même entrain de vous lâcher, Khalifa !

Khalifa ! Bas les banderilles ! A terre, la cape ! Khalifa, viens danser, avec ta famille naturelle, le tango du PSE et demain on verra; l’avenir sourit aux audacieux, bien sûr, mais pas aux suicidaires. Pour l’intérêt supérieur, même si pardon ne signifie pas oubli ,un déjeuner de travail ,à trois ,autour d’un bon "thieb" au palais ,obligerait le peuple sénégalais ;en effet, je le concède : je suis d’ avis qu’un Président de la république doit nécessairement ,au moins, deux fois par an ,tenir une séance de travail, avec son maire , le maire de la Capitale quand même ,pour expédier les projets courants. Pour ne pas faire de jaloux, au PR Macky d’appeler toutes les identités remarquables et remarquées, un à un et par leur prénom, pour un dialogue fécondant autour du PSE. Les réfractaires se mettront à dos le peuple attentif. Cela permettra aussi à qui le souhaite de se positionner pour l’échéance de… 2024. Rien ne sert de ruer désespérément dans les brancards comme les chevaux efflanqués de ces charrettes , véritables taches noires, que d’ailleurs, khalifa doit nous aider à extirper de la capitale. Dernier conseil de frère qui a de l’estime  pour le PS : Grand Yoff, un des quartiers les plus criminogènes (qui a dit ‘’ éléments incontrôlés’’?) de ce pays, à 95% de musulmans au moins, compte près de 240 bars-clandos, deux cents quarante !!!! (Dixit le maire lui-même sur les ondes d’une radio locale), soit la possibilité, aisément offerte, pour les initiés de Bacchus, de lever le coude, chaque jour (de Satan) des 365 jours de l’année dans un bar différent. Khalifa ! Chrétiens ou musulmans, tous unis, nous exigeons que tu nous débarrasses de ces coupe-gorges  et il te faudra nous régler ce problème avant de prétendre à quoi que soit ;  "Quand on laboure, il faut commencer d’abord à hauteur de ses orteils"N’est-ce pas ?              

                     Yoro Ba agnamgodo@gmail.com
Mercredi 6 Avril 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :