Talla Sylla parle des litiges fonciers à Thiès, des chantiers, d’Idrissa Seck, de Karim Wade, de Macky Sall et de sa gestion de maire


Talla Sylla parle des litiges fonciers à Thiès, des chantiers,  d’Idrissa Seck, de Karim Wade, de Macky Sall et de sa gestion de maire

SUR LE FONCIER

Qu’il s’appelle Idrissa Seck, Yankhoba Diattara ou autre, Talla Sylla ne badinera pas si jamais la justice établissait une quelconque responsabilité de l’un ou des autres sur une éventuelle mauvaise gestion du foncier à Thiès. Le maire de la capitale du Rail, invité de Grand Jury, s’est voulu clair dans son approche par rapport aux suspicions de déréglements notés dans le management foncier de l’ancienne équipe municipale : «  la terre appartient aux Thiessois… Depuis que je suis arrivé, il n’y a aucune initiative allant dans le sens de lotissement. Je veux que tout soit transparent. Une affaire est pendante devant la justice. Une fois que nous aurons des éléments probants qui nous auront montré qu’il y a eu problème, nous aviserons…Je compte sur la justice pour tout clarifier. Quel que soit le responsable, je me porterai partie civile ». Celui qui refuse le sobriquet de « Borom Thiès » par respect aux populations qui ont porté leur choix sur lui de regretter, tout de même, les innombrables torts qui auraient été portés  aux Catholiques et aux Sérères dans certains coins de sa localité.
 

SUR IDRISSA SECK

Interpellé sur la nature de ses relations avec Idrissa Seck, Talla Sylla rassure. « Nous avons les meilleures relations. Nous nous parlons, nous échangeons, nous nous respectons », avant de tempérer : « je ne peux pas en dire autant de certains de ses militants qui ne comprennent vraiment rien ». Cette bonne entente ne l’empêche nullement de rester fidèle à ses convictions puisque rappelle-t-il « Je suis celui qui s’est le plus opposé à lui à Thiès… Entre lui et moi,  ne s’agit pas d’un deal ».  Une des raisons qui expliquent, peut-être cette bonne entente, c’est le fait qu’il travaille sans pression de la part son ex-maire. « Il ne s’est à aucun moment impliqué dans ma gestion. Au niveau de Rewmi, j’ai le soutien de l’essentiel des responsables. Il y a certains qui s’agitent, toutefois ». Par rapport à la gestion municipale antérieure d’Idrissa Seck, Talla Sylla y voit un point noir symbolisé par son absence quasi permanent de Thiès. « Il était absent. Il confiait la mairie à des intérimaires ».
 

SUR LA LIBERATION DE KARIM

Le leader de « Fal Askanwi » se range du groupe des Sénégalais qui voudraient voir Karim Wade humer l’air de la liberté. Pour lui, le pays a besoin de sérénité. « Je suis pour la libération de Karim Wade ».  Évoquant la tentative de meurtre dont il fut victime le 5 octobre 2003, Talla Sylla avoue avoir pardonné. « Ils savent que j’ai pardonné. Si j’ai pu pardonner… ». Ainsi, souhaite-t-il le pardon au bénéfice de Wade-fils. «  Tout le monde sait que je n’ai jamais été d’accord avec Karim Wade. Aujourd’hui, il ne peut pas être le seul sacrifié. Il a purgé la moitié de sa peine, il faut aller vers la décrispation du climat social ». Toutefois, le maire de Thiès est d’avis de l’utilité des Institutions républicaines chargées de veiller au respect scrupuleux du bien public.
 

SUR LES CHANTIERS DE THIÈS…  

Sur la question, Talla Sylla s’est estimé soulagé de la décision du Président Sall de poursuivre les travaux non sans rendre un hommage à Idrissa Seck qui les avaient entamés. « Je remercie le Président Idrissa qui, à l’époque, avait une position qui lui avait permis de démarrer les chantiers de Thiès. Je remercie aussi le Président Mack Sall qui a promis de les redémarrer ».  D’ailleurs, souligne-t-il, un communiqué a fini de faire état de la volonté du régime d’achever ce qui a été entamé. Par rapport à sa gestion, le maire déclare lancer tous les six mois des audiences pour faire des bilans et des projections. L’un de ses objectifs majeurs est de faire de Thiès une ville numérique, une ville propre, une ville à zéro insécurité. Pour ce point-ci , il souhaite la « renaissance de la police municipale » avant de s’adresser aux moto-taxis jakarta… Je ne veux plus voir une Femme enceinte, une femme qui porte un bébé, plus de deux personnes sur un Jakarta ».
Politiquement, Talla Sylla dit ouvrir les yeux pour savoir quel chemin prendre. Il n’écarte pas catégoriquement de travailler avec Macky Sall. « Si je dois m’allier avec quelqu’un , ce sera pour restituer la République aux citoyens, remettre la citoyenneté au cœur de la République. S’il rectifie, nous aviserons ».

Dimanche 5 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :