TUNISIE : 21 djihadistes et quatre civils tués à la frontière libyenne - Attaque en cours...

Une attaque terroriste contre une caserne militaire a eu lieu ce lundi à Ben Guerdane, où une opération militaire avait déjà débusqué cinq terroristes la semaine dernière.


L'armée tunisienne a tué ce lundi 21 djihadistes qui avaient lancé une attaque contre une caserne militaire dans la ville de Ben Guerdane (sud-est), près de la frontière avec la Libye, a annoncé le ministère de la Défense tunisien. Quatre civils ont été tués dans les affrontements qui ont suivi, selon le dernier bilan officiel, qui fait également état de six arrestations.  

Un soldat tunisien a également été tué, a déclaré à l'AFP Rachid Bouhoula, le chargé de communication du ministère. "Les unités militaires ont pu déjouer une attaque contre une caserne militaire à Ben Guerdane, lancée vers 05H15 (04H15 GMT)", a-t-il précisé. Des patrouilles de l'armée "se sont déployées dans la ville de Ben Guerdane et ont sécurisé ses accès", a-t-il ajouté. 

Le ministère de la Défense a également appelé les habitants à la prudence en leur demandant d'informer les autorités de toute présence suspecte. 

Des habitants avaient indiqué à l'AFP que des échanges de tirs étaient en cours tôt le matin et fait état d'une forte présence sécuritaire dans la ville survolée par des hélicoptères.

Le ministère de la Défense a également appelé les habitants à la prudence en leur demandant d'informer les autorités de toute présence suspecte. 

Des habitants avaient indiqué à l'AFP que des échanges de tirs étaient en cours tôt le matin et fait état d'une forte présence sécuritaire dans la ville survolée par des hélicoptères. 

La Tunisie, qui a subi plusieurs attaques terroristes, au musée du Bardo à Tunis en mars 2015 et à Sousse en juin 2015, doit faire face à l'entrée sur son territoire de membres de Daech venant de Libye. Ils seraient aujourd'hui 5000 à 6500 en Libye. 

Le 2 mars, cinq extrémistes retranchés dans une maison dans la région de Ben Guerdane avaient été abattus lors d'une opération menée par des unités de l'armée, de la garde nationale (gendarmerie) et de la police. Un civil avait également été tué par une balle perdue, et un commandant blessé à la tête, selon les autorités. 
Lundi 7 Mars 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :