TRANSFERT D’ARGENT AU SENEGAL - La Renapta dénonce une arnaque de plus de 4 milliards l’an


Pour une fois, il s’est agi de s’attaquer aux sociétés de transfert d’argent du Sénégal. Un diagnostic sans complaisance signé la Renapta, fait état d’une vaste arnaque portant sur plusieurs milliards de francs difficilement perceptible dans cette activité juteuse mais « gangrenée par des opérateurs véreux qui ne cherchent qu’à se remplir les poches sans aucun scrupule, au détriment des acteurs principaux ». Le réseau national des prestataires du transfert d’argent dont l’objectif est de faire respecter la réglementation en vigueur, de faire respecter la sécurité des ressources mises dans l’exploitation du transfert et d’assurer la couverture des risques du métier, annonce une vaste campagne de dénonciation et signale avoir pris langue avec les autorités, l’OQSF, la DMC, l’APBEF et certaines banques dont la Banque Centrale qui a rappelé l’entrée en vigueur à partir de ce dimanche d’une nouvelle instruction qui « vient rectifier un vide juridique exploité par des opérateurs véreux pour se faire beaucoup d’argent sur le dos des prestataires ».
 
 
L’arnaque telle qu’elle se passe
 
« L’opérateur technique, créateur du logiciel, le met à la disposition d’une banque. Ce logiciel produit des codes destinés à être commercialisés par les banques et les structures qu’elles agréent. Alors l’opérateur technique, non content déjà de gagner sur toutes commissions générées par la banque, se mue en une autre société commerciale pour se faire agréer comme Distributeur encore et utiliser sa plateforme technique pour créer son propre sous réseau parallèle et donne lui-même des agréments directs à des Sous Distributeurs. L’opérateur, gagne d’abord 4% sur tous frais payés par le client lors d’une transaction. Il reste 96 %. Ensuite, il se partage encore 66% avec la banque et le reste 30% est destiné aux prestataires. En créant un sous réseau parallèle, il prend les 30% accordés par la banque aux prestataires et les sous traitent à des Sous distributeurs. Il retient 4% de la commission normale destinée aux prestataires pour ne lui rétribuer que 26% », dira le porte-parole qui épingle trois entreprises de transfert d’argent Sénégalais spécialement. Notre interlocuteur de se livrer à un calcul : « 99 Fcfa x 60 000 points services x 360 jours = 2 138 000 000 FCFA. Ce montant est prélevé non pas sur les commissions générées, mais sur le capital investi. Même les jours non travaillés sont prélevés ! » 
Un autre calcul est fait  sur le franc Cfa prélevé par transaction pour fonds social : « 1 Fcfa à l’envoi, 1 Fcfa au retrait font 2 FCFA. Pour 100 transactions nous aurons 100 x 2 FCFA x 60 000 points services x 360 jours = 4 320 000 000 Fcfa. Ces deux montants ajoutés aux 4% déjà retenus sur la commission normale de 30% des Sous Distributeurs vous donnent une idée de l’arnaque dans le secteur des transferts d’argent! » 
 En plus de ces arnaques, à chaque fois qu’un compte est trop garni et que l’idée vient de prélever pour alimenter la Caisse tenue dans le point, il faut encore  payer jusqu’à 2 000 Fcfa pour chaque retrait de votre propre argent. Idem pour ceux qui utilisent des portables. « Non seulement, dit-il,  il faut acheter du crédit pour passer des transactions, mais de temps à autre,  le compte est directement ponctionné pour remboursement de sms sans aucune forme de procès ».
 
Les 2 000 membres du réseau d’interpeller le Président de la République et son Gouvernement, mais aussi d’alerter le Directeur Général de la Banque Centrale. « Nous n’accepterons aucune forfaiture  et nous savons comment nous faire respecter. » Ils projettent d’aller se plaindre auprès des Khalifes Généraux de ce pays. Ils tenaient une réunion à Touba...
Dimanche 15 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :