TOTAL, pourquoi pas?


Ndiogou ambitionne de devenir un des plus grand distributeurs de téléphone mobiles et annonce d’emblée qu’il ne traitera ni avec Apple, ni avec Samsung, non plus avec Huawei. Si Ndiogou est votre ami, dites-lui qu’il n’atteindra jamais son objectif.
Parlant de pétrole, idem: si vous comptez réunir les cinq majors en excluant TOTAL, vous vous retrouvez avec une des cinq chaises vide.

TOTAL est estampillé peut-être à tort "groupe français" car son capital est ainsi constitué :
-France : 27,7 %
-Amérique du Nord : 36,0 %
-Reste de l’Europe : 16,0 %
-Royaume-Uni : 12,2 %
-Reste du monde : 8,1%.
Dans notre pays, ce sont des milliers de nos compatriotes qui sont actionnaires de TOTAL Sénégal SA.

Par ailleurs, qu’on le veuille ou non, cette firme est incontournable dans le domaine des hydrocarbures au niveau mondial. Pour preuve, dans un communiqué daté de ce 12 mai 2017, TOTAL annonce la signature d’un accord d’exploration et de production d’hydrocarbures avec la Mauritanie. Et tenez-vous bien, c'est son 3ème permis obtenu dans ce pays. Il s’agit du champ C7 en offshore. TOTAL détient déjà 90% du permis d’exploitation C9 (10 150 km2) situé dans le bassin de Taoudenni, près de la frontière malienne. 
En Côte d'Ivoire aussi, le consortium CI-GNL mené par TOTAL s'est vu confier la construction d'un terminal de regazéification de gaz naturel liquéfié à Vridi, dans la région d'Abidjan pour résorber l'énorme déficit ivoirien de production d'électricité. Nous, "on touche du bois", de 37 jours (900 heures) de délestage par an en 2012,  nous sommes aujourd'hui à moins de  3 jours (70 heures). Qui nous dit que nos cousins ivoiriens ne seraient pas les premiers clients de la 5ème réserve mondiale de gaz qu'on nous prête d'être? Alors s’il vous plait, du calme et au travail ! 

N'oublions surtout pas que nous sommes dans un marché globalisé qui n’a point  de nationalité et où chaque pays gère ses intérêts propres. Au Sénégal, sept pays (Angleterre, Chine, Russie, Ecosse, Australie, Etats unis, France) sont déjà présent dans la recherche pétrolière. En effet,  le Président Macky SALL (par ailleurs ingénieur des mines) a plutôt opté pour la diversification du partenariat en vue de la sécurisation de nos ressources.
Alors de grâce, que les politiciens comme M. Babacar Gaye arrêtent de s’ériger en donneur de leçons en s’arcboutant sur le fallacieux argument de la françafrique ou de la néo-colonisation.
Mon ami Babacar Gaye,  commentant un post sur Facebook au sujet de l’appel téléphonique que le Président MACRON a passé au Président SALL, n’a rien trouvé d’autres que de réagir en ces termes :

« Qu'est-ce que cela nous rapporte sinon confirmer que quel que soit le Président en France, le Sénégal sera toujours une colonie à exploiter ».

Lui, porte-parole du PDS, est amnésique au point d’oublier que dans un passé assez récent, son mentor avait lâché son « frère », le panafricaniste KADHAFI et avait fait escorter son avion par des mirages français jusqu’en Libye... la suite on la connait, Mouammar, le Colonel n'est plus! Monsieur Gaye, 
Alors de grâce ! Ne nous parlez plus de françafrique car à ce sujet, le pire est derrière nous.

Abdoul Aziz MBAYE
Secrétaire National chargé de l’Image et des Systèmes d’Information de l’APR
Dimanche 14 Mai 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :