THIÈS / NÉBULEUSE AUTOUR D’UNE FORÊT DITE « CLASSÉE » : L’ETAT APPELÉ A DÉCLASSER LE SITE


THIÈS / NÉBULEUSE AUTOUR D’UNE FORÊT DITE « CLASSÉE » : L’ETAT APPELÉ A DÉCLASSER LE SITE

MBOUR 4 : Une forêt classée, bâtie
 Le nouveau quartier de Thiès, sis dans la commune Ouest et objet de tant de vagues et de conflits, n’a de forêt que de nom. Une véritable cité bâtie, où usines et centres commerciaux rivalisent avec des villas huppées. Ni ligneuse, ni bois, encore moins de singes et autres hyènes, le site nargue les thiessois en quête de lopin de terre pour habiter. Si rien n’est fait dans les jours qui viennent, pour éteindre ce volcan à l’entrée de notre cité, l’Etat risque de payer cher ses hésitations à régulariser le statut de ce site. Une seule solution qu’appellent toutes les populations de la ville et leurs édiles : le déclassement.

1 – LE CONTEXTE ET LA GUERRE DES TEXTES
 La région de Thiès compte un vaste domaine forêt classé. Ce patrimoine forestier compte 13 forêts dont 4 dans le département de Thiès. La gestion de ce patrimoine semble inchangée depuis 2008, étant donné qu’il n’y a pas eu de déclassement du domaine forestier en 2009. Cependant sa superficie s’est légèrement réduite suite aux déclassements opérés de 2000 à 2009. Selon les sources de l’agence nationale de la statistique et de la démographie, cette réduction est de 10,77% pour le département de Thiès.
Depuis 2014, avec la première phase de l’Acte III de la décentralisation, une guerre des textes sur la dévolution des compétences et la répartition du patrimoine foncier de l’ex-ville de Thiès oppose farouchement les intervenants politiques et administratifs.
Quand Aliou Sow le Maire de la Commune  Ouest évoque l’arrêté de 2014, qui est un acte local, pour exercer des droits communaux sur le domaine de Mbour 4, le Maire de la ville Talla Sylla se base sur le simple bon sens, car la loi ne tranche pas clairement sur qui des deux autorités doit procéder au lotissement des domaines cités. C’est parce que la ville n’a pas de territoire que le Maire Aliou Sow évoque l’intérêt général des populations pour demander à l’Etat de procéder à la régularisation et au déclassement de cette forêt. Des courtiers véreux alliés à des agents bien informés ont vendu des terrains destinés à l’édification d’infrastructures sociales ou publiques (mosquée, école, boulevard), selon le Maire Aliou Sow. Parfois ce sont de simples propriétaires coutumiers, déjà dédommagés lors des lotissements, qui sont revenus pour vendre les terrains du domaine communal. Selon Moustapha Mbaye, le directeur technique de la mairie Ouest, les acquéreurs qui bâtissent illégalement sur ce domaine sont sommés, par écrit, d’arrêter les constructions. S’ils refusent d’obtempérer, la commune est en droit de procéder aux démolissages   des constructions.

2 – LA BATAILLE DES VICTIMES
Seuls le déclassement et la régularisation peuvent permettre à la commune Ouest de délivrer les autorisations de construire et de trouver des sites de recasement pour tous ceux qui ont construit sur des terrains destinés à des édifices d’utilité publique. Il appartient à l’Etat du Sénégal de prendre ses responsabilités régaliennes et déclasser cette forêt déjà bâtie par des acquéreurs sans droit. Le Maire Aliou Sow a évoqué, pour le fustiger, la fuite de l’Etat face à cette bombe foncière que constitue Mbour 4. La semaine prochaine, l’autorité communale va réagir sur le terrain avec tous les risques d’incident que cela suppose, a dit le Maire.
Dans ce conflit les victimes n’ont pas intérêt à exercer un bras de fer avec l’autorité :  la seule stratégie qui paye, c’est de rationnaliser la résistance en se rangeant derrière leur Maire Aliou Sow pour exiger de l’Etat qu’il procède sans appel au déclassement des sites. Pour ce faire, le Maire évoque l’intérêt général, car le transfert des compétences demeure encore une nébuleuse en la matière. La bataille du déclassement de cette forêt qui doit abriter le nouveau quartier de Mbour 4 ne sera pas une bataille aisée selon le directeur technique de la commune. Le Maire a travaillé sur un plan d’aménagement de 2000 parcelles destinés aux jeunes sans terrain, mais il a les mains liées par la nébuleuse réglementaire. Seul le déclassement peut rétablir les droits réels des propriétaires, et la viabilisation du site.

3 – LES LUTTES POLITIQUES
 Produit de la Daara, le Maire Aliou Sow n’a pas froid aux yeux pour asséner ses vérités :  « c’est parce que je suis de l’opposition que mon plan d’aménagement est zappé par le régime de Macky Sall, qui fait tout pour dresser des populations contre moi ». Indexant un verset du Saint Coran, il fonde sa conviction sur la seule vérité que c’est Dieu qui donne et qui retire le pouvoir à qui il lui plaît.
Diplômé de la Caf et de la Fifa, Aliou Sow dit ne pas faire de l’activité politique son gagne-pain. Prêt à s’allier avec les populations de sa commune pour faire face et juguler les machinations politiques de ses adversaires, il se veut présent quotidiennement sur le terrain pour partager avec les victimes de Mbour 4 le malheur  qui les atteint. Avant, dira-t-il on ne bâtissait pas, « c’est depuis que je suis arrivé à la tête de la commune que les édifices commencent à pousser comme des champignons. Ce sont ces résultats qui frustrent nos adversaires, et c’est ainsi que mon projet d’aménagement avec la coopération chinoise a été littéralement sabotée ». Ce projet, selon Aliou Sow, vise à offrir 2000 parcelles à des jeunes démunis.
De l’avis des populations de Mbour 4, victimes de la furie des démolisseurs, des centaines d’hectares ont été cédés à Bara Tall, Youssou Ndour, Baba Diaw dans les mêmes conditions qu’elles, mais personne ne dit rien. Des usines et centre commerciaux sont installés dans la zone mais personne ne songe à les démolir. C’est la raison pour laquelle les considérations politiciennes ne sont pas à écarter dans ce qui semble désormais être la bombe foncière  de Mbour 4.

thiesinfo

Mercredi 13 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :