DAKARACTU.COM

Suspicions d'infiltration au PDS: Malaise dans les rangs libéraux


Suspicions d'infiltration au PDS: Malaise dans les rangs libéraux
DAKARACATU.COM En dépit des apparences et autres tentatives de camouflage, un profond malaise règne chez les "bleus" du Pds. C'est du moins ce qui nous revient de sources internes dudit parti. En effet, depuis l'éclatement au grand jour de cette affaire de taupe, allusion faite à la scène inhabituelle entre Abdou Khafor Touré et Nafy Diallo devant les locaux de la CREI, nos sources soutiennent que l'impératif de redistribuer les rôles, et de recadrer les choses se serait posé auprès des pièces maîtresses du Pds. "Mais, depuis lors rien de concret n'a été fait", nous apprennent toujours nos interlocuteurs.
En somme, il nous revient que "l'on se soupçonne et l'on s'épie de part et d'autre". Mais, des hiérarques de ladite formation, interpellés par Dakaractu restent prudents sur la culpabilité de Nafy Diallo. D'aucuns estiment que l'on cherche à jeter en pâture cette "militante convaincue" aux fins de tromper l'opinion. "La taupe est toujours active au Pds, tout le monde sait qui c'est et l'on feint la myopie. Qui a aidé l'actuel Président de la République lors de la récente Présidentielle? Qui est ce responsable du Pds, jusque-là pas du tout inquiété par la traque des biens supposés mal acquis" éructe, sous le sceau de l'anonymat ce baron du Pds. Reste à savoir l'identité de ce mouchard...
Dakaractu2




Mardi 17 Septembre 2013
Notez


1.Posté par Ousmane le 17/09/2013 12:43
Thalès-le-fou, roman sans relief.

Il paraît que M. Sémou Mama Diop est un écrivain. Il paraît qu’il incarne aujourd’hui, avec quelques autres, la nouvelle garde de la littérature sénégalaise. Il paraît même, affirment les plus hardis, que M. Sémou Mama Diop aurait du talent.

Je dois alors être tombé sur le mauvais livre : car si M. Diop a quelque talent, j’en ai en vain cherché une trace dans son roman Thalès-le-fou.

L’histoire, s’il y en a une, a pour cadre Wakogne, un quartier embourbé dans une profonde misère au sein d’un pays imaginaire, la République démocratique du Jolof. Le narrateur, Thalès, est un fou. Et à travers sa parole de fou, s’incarne toute une galerie de personnages : les jeunes désœuvrés de Wakogne amassés au banc « jaxlé » et rêvant d’Europe, les hommes politiques véreux et facilement identifiables, les habitants du quartier, du marabout charlatan au père de famille irresponsable, de la commère à la vieille veuve, du jeune intègre au vieux libidineux. Tous ces personnages sont supposés représenter des types de la misère sociale, et les interactions entre eux, tenir lieu de scènes de la vie quotidienne. Quant au sujet propre du livre, il est difficile à saisir : « l’émigration ou l’immigration clandestine » nous dit la quatrième de couverture. L’éditeur eût tout aussi bien pu écrire : le mensonge politique, l’injustice sociale, ou encore, la fameuse hypocrisie nationale.

C’est dire que Thalès le fou est un roman touffu, qui brasse beaucoup de thèmes. En soi, cela n’est pas grave. Mais que cette profusion de sujets obstrue le propos l’est. Un roman avec cette ambition eût nécessité du souffle : non seulement littéraire, mais encore, physique. Il semblerait que M. Diop n’ait eu ni l’un ni l’autre : 155 pages, c’est maigre. A vouloir parler de tout, il n’a réellement parlé de rien ; à vouloir tout peindre, il n’a fait qu’esquisser. Aucun thème, aucun personnage n’est développé avec la profondeur qu’il eût fallu ; tous, enfin, sont sans épaisseur.

La dispersion du discours, sa fragmentation, pouvaient dans un sens être justifiés par le fait qu’il était pris en charge par un fou, c’est-à-dire par la figure par excellence de l’errance, du discours déconstruit, a-topique. La quatrième de couverture, encore elle, nous apprend d’ailleurs que le récit suit cette « démarche en diagonale propre au fou de l’échiquier qui côtoie en un simple déplacement les rois et les manants. » Thalès, le narrateur, bouge certes beaucoup, mais la fréquence de ses déplacements n’a d’égale que la légèreté de son discours social. La figure du morosophe, du fou détenteur de sagesse sinon de vérité, pour être saisissante, doit pouvoir imprimer à son propos, aussi décousu soit-il, une certaine puissance. On le sait depuis Erasme et Foucault. Mais nulle trace de cette puissance ici : le discours du narrateur est superficiel, trop rapide.

En vérité, le discours de Thalès sombre très vite dans la répétition, et le roman est infesté de références culturelles potaches, mises en italiques, comme pour dire : « attention, étalage de culture ici, référence en cours. » Une si longue lettre est mêlée à La Grande vadrouille, qui est mêlée à La Comédie humaine, qui est mêlée à Starsky et Hutch, qui est mêlé à La Fontaine, qui est mêlé à Senghor, qui est mêlé au Prince de Machiavel, qui est mêlé au Tartuffe de Molière, etc. L’on finit par croire qu’en écrivant, M. Diop a cherché à prouver que son fou était savant, cultivé. Etonnant, sous ce rapport, qu’il ne se soit pas souvenu de ce mot de Sagan –le connaissait-il ?- : « la culture c’est comme la confiture : moins on en a, plus on l’étale. »

Je ne m’attarderai pas sur le style de ce roman, il est l’un des plus laborieux que j’aie jamais rencontré. Oyez plutôt : « Maintenant que j’ai mis les points sur les i et l’accent grave sur les e pour que vous sachiez que mon ton est grave et que je n’aime pas les familiarités entre lecteur et auteur, je vais vous exposer les raisons qui m’ont poussé à m’étaler et étaler la misère de mon pays et de Wakogne sur ces papiers de fortune. » Ou encore : « Rambo tâta sa braguette et fit glisser le zip. Il nous sortit son instrument, son homo-erectus, un bazooka aussi gros que celui de Sylvester Stallone dans Rambo II la Mission, et je n’ai pas pu m’empêcher de l’imaginer dans la position du missionnaire surarmé cherchant dans la forêt vietnamienne de Grosses Fesses des JA portés disparus… » Je m’en arrête là.

En vérité, ce qui est le plus étrange quant au style de M. Diop, c’est qu’il est souvent qualifié de « trash », de subversif, comme s’il suffisait de mettre bite, cul, couille dans une même phrase pour être trash, comme si la subversion d’un langage se mesurait à sa vulgarité, comme s’il suffisait de mettre des points de suspension, des injures, et un simulacre de gouaille populaire partout pour être estampillé sous-héritier de Céline. Il n’en faut décidément pas beaucoup pour effaroucher les vierges de la critique littéraire sénégalaise qui, comme M. Diop semble-t-il, n’ont pas compris cette chose fondamentale en littérature : que le langage est en lui-même une subversion, et une subversion d’autant plus efficace qu’on ne la surcharge pas d’effets. Qu’on se le dise, M. Diop n’est ni trash ni vulgaire. Il manque de naturel. Il se regarde écrire et rit à ses propres blagues. On le voit arriver à des lieues avec ses gros sabots. C’est un magicien dont les trucs sont connus à l’avance. En somme, c’est un romancier médiocre.

En fin de compte, la seule chose qui m’aura fait marrer dans ce bouquin est la réception qu’il a eue. Il a été interdit au Sénégal, censuré par le président Wade. Et sur ce point, je suis d’accord avec M. Diop : il n’y avait pas de quoi. Vraiment pas.

Tout au long de l’ouvrage, Thalès ne cesse de répéter qu’il veut écrire cette œuvre en six jours comme le Bon Dieu fit la Terre, et se reposer le septième. Dieu au moins a réussi son oeuvre, Lui.

Et aux sept péchés capitaux qui servent d’ossature aux sept chapitres du roman, l’on devrait rajouter un huitième : l’absence de talent littéraire.

Mais qui sait, peut-être M. Diop progressera-t-il. Il faut croire aux miracles. Que je sois allé au bout de ce roman en est bien un, après tout.

2.Posté par ALERTE le 17/09/2013 14:49
MAIS C'EST SAMUEL SARR,bien sûr

3.Posté par ahahahahah le 17/09/2013 15:22
ARTICLE COMMANDITE PAR NAFI VIA MAYORO.

4.Posté par pds le 17/09/2013 15:48
NAFI, NOUS ON TE CONNAIT, ON TE COTOIE ET ON ECOUTE TES MENSONGES TOUS LES JOURS, ON EST PAS DES AMIS VIRTUELS FACEBOOK KI NE FONT QUE TE LIRE. ON TE VOIT A CHAQUE REUNION, CHAQUE EVENEMENT.
ON SAIT COMMENT TU MANIPULES, COMMENT TU QUEMANDES, COMMENT TU FORCES LES AMITIES, COMMENT TU INSULTES, COMMENT TU CALOMNIES, COMMENT APRES CHAQUE REUNION ET EVENEMENT TU DEMANDES AUX RESPONSABLES TON TRANSPORT OU DE TE DEPOSER.
COMMENT TU DEMANDES QU'ON TE DONNE DU CREDIT.
TU ES UNE VRAIE MYTHOMANE, IL FAUT TE FAIRE SOIGNER. TU MENTS TELLEMENT QUE TU VIS DANS LE MENSONGE, C'EST DEVENU TON MONDE.
N'OUBLIE PAS QUE LES ECRITS RESTENT A JAMAIS. SI ON DEVAIT DIRE TOUT CE QUE L 'ON SAIT SUR TOI
TU NE SERAS PLUS OU TE CACHER.

5.Posté par jules sagna le 17/09/2013 15:51
ELLE EST RENTREE AU PDS CAR ELLE SAVAIT QUE LES INSTANCES ALLAIENT ETRE RENOUVELES, ELLE A TENTE SA CHANCE TOUT SIMPLEMENT, OR ELLE NE CROIS EN RIEN, LES VRAIS ON LES CONNAIT, Y A MEME PAS BESOIN DE PARLER.
LES RESPONSABLES ONT COMMENCE A L'APERCEVOIR AUX AUDITIONS DE KARIM.
ELLE FORCE LES RELATIONS C'EST POUR CELA QUE TOUT LE MONDE L'A FUIS.
ALLER DE PERSONNE EN PERSONNE POUR MENTIR, A FAIT QU'ELLE EST DEVENUE ANTIPATHIQUE AUX YEUX DE TOUT LE MONDE
LES MENSONGES QUE QU'ELLE RACONTES SUR KHAFOR, ELLE A FAIT CA AVEC TOUT LE MONDE, MONTER LES GENS C'EST TOUT CE QU'ELLE SAIT FAIRE.
MENTIR, MENTIR, MENTIR C'EST SON METIER
QU'ELLE SE POSE LA QUESTION A SAVOIR POURQUOI ELLE EST SI SEULE AU PDS, POURQUOI ON L'A FUIT, POURQUOI LES GENS N'ONT PLUS CONFIANCE EN ELLE, POURQUOI CEUX QUI L'ONT PROPULSES REGRETTENT LEURS GESTES, CAR ILS L'ONT DECOUVERT TROP TARD, LE MAL ETAIT DEJA FAIT.

Y A PAS DE JALOUSIE, DIEU A JUSTE MONTRE TON VRAI VISAGE AUX YEUX DU MONDE, RIEN NE PEUT SE CACHER ETERNELLEMENT

6.Posté par realnorayni le 17/09/2013 17:11
heyy oui celle qui se voulait plus royaliste que la princesse Sindiély... cette Nafy Diallo, j'espère que tu retiendras qu'en bourse on ne mise pas sur des valeurs pourries à long terme...
L'experte en "lobby " devra revoir ses cours....
MASSA pour le lynchage et l'humiliation que tu as subi!!! ahahahahahahahaha!!!!!

7.Posté par vrai le 17/09/2013 17:38
SA MARAINE EST LA FEMME DE ABDOUL MBAYE ? ELLE EST ISSU DUNE FAMILLE SOCIALISTE? MAIS TAUPE BOU REUYY LA ? ELLLE AVAIT CREER DE MULTIPLES PAGES POUR COMBATTRE WADE? FINANCE PAR LES GA DU M23 ET OTRE DOMERAM LA

8.Posté par viva le 17/09/2013 17:38
Nafi passe sa vie a quémander les responsables et militants a chaque occasion (argent, transport, crédit téléphone).
quelqu'un qui n'a jamais travaille dans sa vie a 40 ans a part mentir de partout.
une cinquantaine de personnes ne peuvent pas avoir la même antipathie pour une seule et même personne en même temps, car juste fatigue de ses mensonges.

9.Posté par rd le 17/09/2013 17:39
elle fume du chanvre , elle baise , elle ment elle fait tout pr avoir des infos pr MACKY SALL ET SA FEMME

10.Posté par gps le 17/09/2013 17:40
Nafy niane khaliss rek lafi neke. Elle se dit cadre Alors kel na jamais travaille ,fene Kate la , guisna ko conference de presse bi kerok.mou tok derriere les responsable domeram.ji jakhal namaa

11.Posté par gifle le 17/09/2013 17:41
NAFI, FAUT PAS NOUS ENERVER, TU AS ATTAQUE KHAFOR, IL T'A DEMANDE D'ARRETER, TU AS CONTINUE. CE N'EST PAS POUR RIEN QU'UNE DIZAINE DE PERSONNES T'ONT INSULTES ET EXPLIQUES TOUS TES MENSONGES DEVANT TOUT LE MONDE. TU AS DE LA CHANCE QUE L' ON VOUS A SEPARE AVANT DE RECEVOIR DE VRAI COUP, CAR LA GIFLE C'ETAIT JUSTE POUR TE REMETTRE LES IDEES EN PLACE.

ET PUIS ARRETEZ DE DIRE QUE NAFI GENE, CELA N A RIEN A VOIR. VOUS NE POUVEZ PAS JOUER L'AVOCAT DU DIABLE, SURTOUT QUAND VOUS NE SAVEZ PAS CE QUI SE PASSE REELLEMENT, ON SAIT CE QUE NAFI FAIT ET CE QU'ELLE DIT, ON PARLE PAS DE L'IMAGE QU'ELLE VEUT DONNER.

UNE TRENTAINE DE TEMOINS SANS COMPTER LA GENDARMERIE QUI N A PAS BOUGE D'UN POUCE EN REGARDANT LE SPECTACLE, AINSI QUE LES CURIEUX.

12.Posté par palabre le 17/09/2013 17:42
NAFI EST ARRIVE A LA FEDERATION DES CADRES AVANT DEBUT CAMPAGNE LEGISLATIVE. ELLE ECRIVAIT SUR FACEBOOK DURANT LA CAMPAGNE QU'ELLE N 'EST NI AVEC LE PDS ENCORE MOINS AVEC WADE ET FILS.
NAFI PASSE TOUT SON TEMPS A DEMANDER DU CREDIT ET DE L ARGENT POUR RENTRER CHEZ ELLE, A DEFAUT LA DEPOSER.
NAFI A DIT ETRE DANS DELEGATION POUR ALLER DEMANDER MAIN DE LA FAMEUSE MBACKE MBACKE POUR KARIM.
NAFI A DIT AVOIR CREER UNE DES PAGES WADE DEGAGE
SI ON DOIT SORTIR TOUS LES MENSONGES SORTIS DE LA BOUCHE DE NAFI, ON ECRIRAI. UNE ENCYCLOPEDIE.
FAUT DEMANDER A CELLE QUI A VRAIMENT CREE LA PAGE CHAMPION BI, ET CEUX QUI ETAIENT PROCHE DE NAFI ET QUI L'A FUIS COMME LA PESTE, QUI EST NAFI? EUX POURRONT REPONDRE
LES RESPONSABLES DU PDS ONT CONNUS NAFI PERIODE DES AUDITIONS DE KARIM
ELLE EST MALADE EST DOIT SE FAIRE SOIGNER PSYCHOLOGIQUEMENT

13.Posté par pal le 17/09/2013 17:43
Une Diallo, donc ''peul Fouta'' d'origine çà trahit sans vergogne: un traÏtre, çà doit être dégagé, point barre....... et la vie continue. Qu'elle dégage!!!!!!!!!!!!!!!!

14.Posté par diallo le 17/09/2013 17:44
Encore une Nafissatou Diallo? Son homonyme nous a bien tenu en haleine pendant plusieurs mois avec l'affaire Dominique Strauss-Kahn (DSK) de l'Hotel de New York. Ce nom semble donc lié aux scandales, complots et trahisons.

15.Posté par frere de nafy le 17/09/2013 18:15
nafissatou diallo = emmerdeuse, gale, poison, teigne, peste, chipie, commère, drôlesse, matrone, mégère, garce, arsenic, ciguë, curare, strychnine, toxine, toxique, venin, virus, baveuse, blagueuse, bonimenteuse, dupeuse, fraudeuse, hâbleuse, mythomane, tricheuse, allacieuse, mensongère, trompeuse

16.Posté par XOUSSMA-NIAP le 17/09/2013 20:43
Nafi môm sonne nadi, mba jâwalé wougnouko ak kènène. Toùma gi barèna, khanâ daffa am lou wa PDS dôone neub mou fègne, gnou jiigne koko ? Yèni nène ladé, kou dé thia marséba yâ taggué sa bop !

17.Posté par XOUSSMA-NIAP le 17/09/2013 20:43
Nafi môm sonne nadi, mba jâwalé wougnouko ak kènène. Toùma gi barèna, khanâ daffa am lou wa PDS dôone neub mou fègne, gnou jiigne koko ? Yèni nène ladé, kou dé thia marséba yâ taggué sa bop !



Dans la même rubrique :
SALL CRASH !

SALL CRASH ! - 24/04/2014