Suspension de directeurs d’école : Kalidou Diallo décide de lever la sanction


Suspension de directeurs d’école : Kalidou Diallo décide de lever la sanction
Le ministre de l’Enseignement préscolaire, de l’Elémentaire, du Moyen secondaire et des Langues nationales, Kalidou Diallo, a annoncé la levée de la suspension de certains directeurs d’écoles, sanctionnés pour le non-respect des textes réglementant la gratuité des inscriptions du élèves du public.

‘’J’ai décidé, à la veille de la Tabaski, de lever la mesure de suspension des directeurs et permettre ainsi à leurs familles de passer une fête apaisée, après que les concernés ont fait leur autocritique avant de reconnaître leur faute et de s’engager à respecter la réglementation’’, a-t-il déclaré, samedi.

M. Diallo s’exprimait au sortir d’une rencontre à son bureau avec la Fédération nationale des associations de parents d’élèves, les Collectifs des directeurs d’écoles (CODEC) de Pikine et de Guédiawaye et l’inspecteur d’académie de Dakar, Baba Ousseynou Ly.

Le ministre, en levant la sanction, a retenu toutefois, ‘’le principe de donner un avertissement à chaque directeur d’école qui reconnait sa faute et fasse son autocritique.’’

Devant la délégation, le ministre a rappelé que ‘’la gratuité des inscriptions au niveau de l’enseignement scolaire est une loi’’, mais également ‘’qu’il y a un décret qui crée les coopératives des associations des parents d’élève avec leurs rôles au niveau des écoles avec des cotisations’’.

‘’En aucune manière, on ne peut renvoyer un élève parce qu’il n’a pas cotisé. La période des inscriptions doit être distinguée de celle des coopératives’’, a-t-il dit en précisant que la dernière période va débuter entre ‘’décembre et mars’’.

‘’Je demande aux directeurs d’école de faire un distinguo entre entre les inscriptions et les cotisations’’, a-t-il lancé.

Pour sa part, Sokhna Astou Diouf, coordonatrice du CODEC/Pikine, a relevé que ‘’la mesure de suspension prise est légale’’. ‘’Nous reconnaissons évidemment notre faute et avons demandé pardon au ministre’’, a-t-elle dit.

‘’Nous avons promis au ministre, une fois de retour dans nos lieux de service, de rencontrer les directeurs d’école pour discuter (…) des solutions à ces problèmes d’argent’’, a-t-elle ajouté.

( APS )
Samedi 5 Novembre 2011




1.Posté par Mbagnick le 06/11/2011 00:42
La vérité dans cette affaire, c'est que le pouvoir et l'argent rendent fou quand on ne sait pas s'en servir.

2.Posté par mbaye donde le 06/11/2011 03:16
Il faut leur demander de rendre le trop percu ou les sommes indument percus

3.Posté par dan le 06/11/2011 10:50
EN réalité, il n y a pas de trop perçu: dans les écoles primaires, il y a des dépenses qui ne sont pas prises en charge par le ministère (gardien, etc) et avec cet argent que l'on paie ce genre de service. Pour les lycées comme celui de kennedy, il y a par exemple des blouses à acheter ...

4.Posté par Latyr Kamara le 06/11/2011 12:58
Cette mesure contribue à dé-crédibiliser davantage ce Kalidou Diallo politicien et son ministère. Les décisions il faut les mûrir avant de les prendre. C'est nul et triste.

5.Posté par Diagne le 09/11/2011 22:14
La réalité c'est que beaucoup n'ont pas la bonne information ce n'est pas des inscriptions mais plutot des cotisations des parents pour énormément de choses entre autres (Réparer des tables-bans, payer les factures, acheter le petit matériel mais aussi la prise en charge du personnel subalterne c'est autant de dépenses qui ne être prises en charge par l'école et il n'y a pas d'autres sources de revenus pour les écoles primaires , pas de credits pas d'aide rien absolument rien pour un bon fonctionnement de l'école avec quoi?



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016