Suspension d'Ousmane Sonko: l’exécution d’une commande politique selon le PASTEF


Suspension d'Ousmane Sonko: l’exécution d’une commande politique selon le PASTEF
Le Parti Pastef dirigé par Ousmane Sonko, inspecteur des impôts et domaines suspendu de ses fonctions depuis hier, a donné son point de vue sur cette mesure indiquant par ailleurs que c’est «l’exécution d’une commande politique… ». 

Entouré de Madièye Mbodj de Yonou Askanwi, Bouba DiopTaxaw de Temm, Article 19, Dame Mbodj du CUSEMS, Lamine Ba du PDS mais aussi fort du « soutien des sénégalais du pays, des sénégalais lambda intéressés par le respect de l’État de droit le plus total », Pastef s’est dit prêt à aller jusqu'au bout malgré les intimidations.
En présence d’Ousmane Sonko qui a choisi aujourd’hui de ne pas prendre la parole, l’administrateur du Parti PASTEF les patriotes, Birame Soulèye Diop, a rappelé que c’est à 16 heures hier que la Direction Générale des impôts a donné à Ousmane Sonko une notification d’une suspension de ses fonctions. « Avant même que le parti ait été informé, la presse était au courant », regrettera t-il. Ce qui selon l’administrateur du parti, démontre « une volonté de vouloir humilier celui qui parait invincible. »
Une demande de détachement introduite depuis 9 mois.
Revenant sur son droit de réserve et obligation agité, Birame Soulèye de révéler que Ousmane Sonko fonctionnaire soumis à toutes les obligations avait « il y a bien longtemps introduit une demande de détachement, cette demande malgré toute l’insistance n’a jamais été instruite ».
« On l'a maintenu dans le corps alors que lui voulait en sortir. Aujourd’hui on lui dit, on te suspend du corps. L’objectif recherché n’est pas légitime » indiquera Soulèye.
À la lecture du document en question, ajoute-t-il « il y a une réunion d’éléments assez particuliers ». 
« Il y a un directeur général des impôts exécutant une décision qui notifie une décision de suspension, et d’ailleurs même une décision qui ne relève pas de ses compétences. Le document porte l’entête du ministère des finances. La conclusion est qu’il s’agit de l’exécution d’une commande politique. Il s’est appliqué, le Directeur des impôts, à signer un document préparé ailleurs. »
D’ailleurs selon Birame Soulèye toujours, une quelconque procédure disciplinaire n’a été signifiée à Ousmane Sonko.
« Un haut fonctionnaire vous lui notifiez une décision d’une imprécision déconcertante…, il ne lui a été signifié une quelconque procédure disciplinaire à son endroit » dira-t-il. « Voilà aujourd’hui comment on gère le Sénégal. Voilà comment on enfonce toutes les portes de la légalité parce qu'ils ont le pouvoir » s’indignera-t-il.
Voulant trouver un commanditaire à cette décision, l’administrateur de PASTEF de rappeler les demandes du député Moustapha Diakhaté et d’un ministre conseiller au ministre des finances de renvoyer Sonko.
« Il y a aussi le commanditaire suprême qui aurait demandé le renvoi de Sonko, on voit ici qu’il y a une conjonction de requêtes que les gens s’évertuent à satisfaire ». Les exécutants de cette besogne étant donc, dira-t-il « Amadou Ba, le ministre de l’économie et des finances et Cheikh Tidiane Ba, le DG des impôts et domaines »
Cette mesure selon Birame Soulèye, vient dans une sémantique de menace, de tentative de musèlement d’un fonctionnaire «  ils ont tout fouillé, retourné sa vie privée, fouillé toutes les pierres franchies et quand on ne trouve pas on crée. On est dans une transe... »
Pour finir, indiquera-t-il, « aucune intimidation ne nous déviera de cette trajectoire! »
Mercredi 27 Juillet 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :