Suite du procès de l’ancien Dg du Cadastre : L’oncle de l’épouse de Tahibou N'diaye ébranle les versions de prévenus


Suite du procès de l’ancien Dg du Cadastre : L’oncle de l’épouse de Tahibou N'diaye ébranle les versions de prévenus
Mouhamadou Fallilou Guèye, oncle de l’épouse de Tahibou Ndiaye a décidément ébranlé la version des prévenus. En effet, les déclarations de l’ancien directeur du Cadastre et de son épouse au sujet du terrain sis à Ngor Wassiya, ont été balayées ce matin par le témoignage de l’oncle de cette dernière.
Lui est persuadé d'avoir lui-même proposé la parcelle en question à sa nièce Ndèye Aby Diongue. « C’est moi-même qui ai proposé le terrain à Ndèye Aby Diongue. J’ai fait des travaux de viabilisation et on m’a proposé quatre terrains par la suite. Ensuite j’ai fait muter un des terrains au nom de Ndèye Aby Diongue. J’avais d’abord proposé le terrain à Tahibou Ndiaye, mais il a refusé. Ensuite, je l’ai proposé à Ndèye Aby Diongue », a dit le témoin.
Au détour de cette déclaration, l’oncle a mis à mal la défense de l’ancien directeur du Cadastre et sa famille. Dans la salle d’audience, on s'agitera. Jamais, ni les avocats, ni le juge Henri Grégoire Diop n'avaient fait état de telles déclarations. Prenant le contre pied des mis en cause, le témoin déclare : « J’ai connu Tahibou, un an après son mariage avec ma nièce, en 1998 ». L’oncle de la femme de Tahibou se désole du fait que l’ancien Dg du Cadastre est sous la coupe de son épouse, qui prend toujours les devants.  
Il est sûr d'avoir proposé à la femme de Tahibou Ndiaye le terrain de Ngor Wassiya. Le témoin a évalué le coût de la construction de la maison à 45 millions de Fcfa. « Là où Ndèye Aby habite actuellement, j'avais voulu en son temps le construire, mais Tahibou Ndiaye s’y était opposé. Le terrain des Almadies m’appartenait, il m’a été proposé par la Ccod. Je collabore avec tous les services de l’Etat. Pour les terrains qui appartiennent à l’Etat, il suffit de faire une demande. Je me suis installé avant de faire une demande », explique le témoin.
Ces déclarations du témoin ont été jugées « très graves », par le juge Henri Grégoire Diop. « Vous vous installez, avant de faire une demande. C’est très grave ce que vous faites», s’étonne le juge, qui a ensuite suspendu l’audience. Le procès se poursuivra, à 15 heures, après la pause. En attendant, Me Yérim Thiam a demandé au juge de mettre le témoin en quarantaine, pour éviter toute subordination...
Jeudi 4 Juin 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :