Spécial Laser : Tamsir Faye et le tam-tam funèbre de l’Etat (Par Babacar Justin Ndiaye)


« Sans enquête, on n’a pas droit à la parole » écrivit le Grand Timonier chinois Mao Tsé Toung (MaoZedong). Voilà pourquoi mon laconisme est strict sur la personne de Tamsir Faye qui m’est aussi étrangère qu’un druze vivant sur le plateau du Golan. Davantage de silence précautionneux sur un procès-verbal de la police marseillaise qui se trouve hors de portée de mes yeux. En revanche, le charivari politico-médiatique, le dysfonctionnement assourdissant – voire la panne sonore de la tutelle – sont fâcheusement liquéfiants pour l’Etat du Sénégal qui n’est pas l’Etat de l’APR, encore moins la chasse gardée d’une coterie de copains et de coquins cultivant une solidarité quasi-maçonnique. 



Avant de sauver le soldat Tamsir Faye (en l’occurrence le Consul général) il faut, en priorité absolue, assurer – sans à-coups ni accrocs – le fonctionnement régulier du magma d’institutions qui régissent la vie gouvernementale. Car l’injustice est préférable au désordre. En effet, l’injustice (affreuse et inacceptable soit-elle) peut être corrigée dans un laps de temps raisonnable. Par contre, dès que la pagaille d’Etat s’installe, elle signe l’arrêt de mort de la bonne gouvernance, sinon de la gouvernance tout court. Et, à la limite, hypothèque la viabilité du pays. En clair, Tamsir Faye doit faire ses valises et rentrer sur Dakar. Quitte à être redéployé au…Timor Oriental. Un Etat ne capitule pas devant le chantage du « Marseille ou la morgue ».  



L’argument suivant lequel le sort de Tamsir Faye ne peut être scellé que par un décret du Président Macky Sall (seul Sénégalais doté de telles prérogatives constitutionnaliséesest plus biaisé que bon ; plus manœuvrier que sincère. On convoque ici une évidence pour en faire un écran sauveur. Or, il est clair que les prérogatives du chef de l’Etat sont aussi compactes que morcelées puis distribuées. Si l’on colle fanatiquement à la théorie des tenants du décret présidentiel, indispensable en tout temps et toutes circonstances, le Gouverneur de Tambacounda ne sera plus convenablement obéi par les sous-préfets de Bala et de Kidira ; l’ambassadeur du Sénégal à Rabat ne sera point respecté par le Colonel attaché de Défense au Maroc et le ministre des Finances n’aura plus barre sur le Trésorier payeur de Diourbel. En un mot, si le cas du Consul Faye n’est pas traité de façon chirurgicale, c’est-à-dire par l’ablation, ce sera le chant du cygne de l’Etat. D’ores et déjà, le tam-tam funèbre de l’Etat résonne.



L’évolution de l’affaire Tamsir Faye est d’autant plus navrante et inquiétante qu’elle est polluée, sans cesse, par des initiatives, des irruptions et des postures effarantes. En voici quelques aperçus : l’APR de lDiaspora a apporté son soutien au Consul en difficulté, les Sénégalais de Marseille ont fait corps avec leur Consul sur la sellette et, enfin, le Secrétaire d’Etat Souleymane Jules Diop (l’autre composante de la tutelle) a exprimé un point de vue aussi percutant et remuant qu’un électrochoc sur le corps d’un épileptique terrassé par une sévère crise. Du reste, le rappel de l’escapade inénarrable du ministre Mankeur Ndiaye ne peut avoir qu’une portée limitée ; parce que – fort justement – une anomalie antérieurement non sanctionnée ne saurait justifier l’avènement du printemps ou du festival des bévues d’Etat. Il s’y ajoute qu’en faisant le parallèle entre deux frasques (celle d’hier et celle d’aujourd’hui) on donne publiquement une leçon de décision au chef de l’Etat. Ce que doit s’interdire tout ministre ou Secrétaire d’Etat.



Au demeurant, il est inadmissible que l’APR se mêle  du pilotage de l’appareil diplomatique. Sous les régimes des Présidents Senghor et Diouf, l‘UPS-PS n’a jamais émis bruyamment un avis de cette nature. Léopold Sédar Senghor étant assez féru d’organisation et assez imbu de méthode pour accepter que le Parti et l’Etat s’entrelacent puis se neutralisent. Même, en assumant de manière cumulative les fonctions de chef de l’Etat et les responsabilités de Secrétaire général du Parti, Abdou Diouf et son illustre prédécesseur ont toujours su construire une barrière (presque étanche) de démarcation entre les deux. Il se trouve, maintenant,que la Diaspora (réservoir d’électeurs très ciblés par le fondateur et leader de l’APR) est perpétuellement caressée dans le sens du poil électoral. Conséquence : elle squattesans aucune gêne, les démembrements extérieurs de l’Etat.  



Quant au numéro deux des Affaires Etrangères (Souleymane Jules Diop charnellement attaché à « ses » Sénégalais de l’Extérieur et probablement très informé sur l’affaire Tamsir Faye) il possède deux « murs de lamentations et de protestations » immédiats que sont le Président de la république et le Premier ministre. Et non Facebook qui ne figure pas dans l’organigramme de l’Etat. Dans cet ordre d’idées, on se demande où est le Premier ministre qui officiellement consulte puis soumet la liste des membres du gouvernement au Président de la république ? Est-il Premier ministre ou premier d’entre les ministres ? Dans un pays où prévaut l’orthodoxie, un tel problème serait résoluadéquatement (sans ratés ni retards) aux échelons successifs et appropriés.



Inévitablement, l’enlisement braque les projecteurs sur le style de gouvernance kafkaïenne du Président de la république. Rapide sur un dossier aussi épineux que le Yémen, Macky Sall se montre étonnamment lent sur la détente, par rapport à la petite histoire d’un Consul de province qui doit faire de l’ouvrage de l’ex-ambassadeur et nouvel académicien Jean-Christophe Rufin, son livre de chevet : « La diplomatie est un art qui requiert une si constante dignité, tant de majesté dans le maintien et tant de calme qu’elle est fort peu compatible avec la précipitation et l’effort dans le travail ». Une mission presque impossible. (Jean-Christophe Rufin dans son bouquin intitulé : L’Abyssin)



N’empêche, des hommes et des femmes venus des horizons et des corps de métiers les plus différents ont réussi dans la diplomatie. Des diplomates de carrière ont rivalisé de valeurs, de mérites et de succès, avec des non diplomates. Pour rappel, l’ancien Président François Mitterrand avait nommé successivement l’Amiral Lanxade et le journaliste Eric Rouleau (une icône de la rédaction du journal Le Monde) ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires en Tunisie. De son côté, le Président Kennedy avait désigné le célèbre économiste John Kenneth Galbraith comme son Représentant en Inde, au début des années 60. Chez nous, le saint-louisien et syndicaliste Latyr Camara, inamovible ambassadeur du Sénégal en Ethiopie, avait fait un parcours remarquable et remarqué, avant de tirer sa révérence.

Mercredi 29 Juillet 2015
Dakaractu




1.Posté par Aminata Sow le 30/07/2015 09:37
Chapeau bas Mr Ndiaye. Tu reste l'une des rares voix à dire la vérité dans ce pays. Les Abdoulatif Coulibaly, les Souleymane Jules Diop, les Jacques Habib Sy, les Alioune Tine, les Penda Mbow...pour ne citer que ceux, sont devenus des griots à la solde de Macky Sall et de son épouse Marième Faye. J'ai honte pour mon pays et sa démocratie. Intellectuels profiteurs et a la recherche de sinécures. Makhala, ay badolo rek lagnou chimmm, tous des crève la dalle

2.Posté par LEGIO le 30/07/2015 10:43
Moi je m'enivre de plaisir de vous lire. Une objectivité artistique.

3.Posté par BEM/service le 30/07/2015 12:01
Ne cherchez plus, nous cherchons pour vous l'employée de maison qu'il vous faut.
Homme ou Femme
Gardien Chauffeur Femme Menagere Baby sitter Etc..............................

PLUS INFORMATION 33 850 57 42 ou 77 307 49 71

4.Posté par le citoyen patriote le 30/07/2015 12:01
Vivement que ce rappel édifiant des règles élémentaires de diplomatie (qui ne s'embarrasse pas d'états d'âme ni de copinage) soit vu et lu par qui de droit. Cette affaire Tamsir Faye a fini de tourner en ridicule aussi bien le principal acteur que notre pays qui a été lynché sur les plateaux de télévision par des zooms méprisants... Par la seule faute d'un individu sans classe et coutumier, semble t-il des faits.
Comme le dit fort justement BJN, qu'il dégage d'abord ! N'en déplaise à ses souteneurs malhonnêtes et inconscients, suivez mon regard. Ensuite, notre diplomatie s'évertuera à sauver ce qui peut l'être. Mais le mal est déjà fait. A cause d'un ivrogne arriviste et apériste, sans respect pour son pays et surtout, sans considération aucune pour l'institution (le chef de l'Etat) qui l'a nommé.
Allez, au suivant !

5.Posté par Kenneth Boissy le 30/07/2015 12:25
L'une des rares personnes capable de faire des analyses lucides et objectives, et en plus, d'inculquer des valeurs républicaines...

6.Posté par Deugg Gui le 30/07/2015 12:35
Une qualité est essentielle en diplomatie : la distinction. C'est ce que Latyr Camara, Galbraith et autres ont en commun avec ceux du sérail. Nos diplomates apéristes, même le premier d'entre eux bien que du sérail, ne partagent certainement pas cette qualité avec ces personnalités.

7.Posté par DIPLO le 30/07/2015 15:12
Le diplomate de carrière que je suis est tout à fait d'accord avec vous sur les principes.

Par ailleurs, mon petit doigt et ma grande expérience mes disent que ce Monsieur n'est pas tout à fait innocent, mais Dieu seul sait.

8.Posté par Awaly Sall le 31/07/2015 17:44
j'appuie ce dit Aminata Sow !
même dans la presse, il y'a trop de complaisances et de compromission !
le type ou soldat faye aurait du être rapatrié en mesure conservatoire !
ce qu'on risque maintenant, est une honteuse condamnation par la Justice française
qui n'est pas la justice de tamsir ndiaye qui, condamné à 4 ans récidive et écope de ... 6 mois

9.Posté par onditout le 01/08/2015 13:57
résultat des courses lorsque le PARTI damne le pion à la PATRIE !

10.Posté par diawara junior le 05/08/2015 09:00
Merci pour cette analyse objective et sans complaisance de la situation. heureusement que des hommes comme vous existent encore au senegal.
nous sommes une République et non une rue publique où tout passant peut penser avoir le droit de se comporter comme il le veut.



Dans la même rubrique :