Souleymane Ndéné n’est pas un diable


Souleymane Ndéné n’est pas un diable
Depuis que l’ancien Premier Ministre Souleymane Ndéné Niaye a apporté son soutien au président de la République Macky Sall, un groupuscule de gens s’est levé pour tirer à boulets rouges sur le leader de l’Union Nationale pour le Peuple/Bokk Jemu (UNP/Bokk Jemu). Beaucoup ont mal interprété sa démarche en voulant jeter l’opprobre sur sa moralité et sa franchise. A la limite, certains Sénégalais mal intentionnés s’en pressent à la caricaturer comme quelqu’un qui se dédit à la merci de l’incrédibilité populaire colée généralement, à tort d’ailleurs, aux hommes politiques. Loin de là. Ceux qui s’agitent depuis lors, n’ont rien compris de l’homme Souleymane Ndéné. Ils ne veulent comprendre que ce qui leur arrange. Je ne suis pas en train de défendre Souleymane Ndéné Ndiaye parce que je milite dans son parti. Je ne suis pas, non plus, en train de faire l’avocat du diable parce que Souleymane Ndéné n’est pas un diable. Mais je voudrais tout simplement essayer d’éclairer la lanterne de quelques Sénégalais qui n’ont pas bien compris le soutien et la démarche de Ndéné à Macky. Ou tout simplement ceux qui refusent de comprendre le vrai sens du débat et les priorités de l’heure.
Au lendemain de la défaite du Parti Démocratique Sénégalais, certains médias avaient interrogé l’ancien Premier Ministre d’Abdoulaye Wade sur la transhumance politique. Et dans le contexte d’alors, qui faisait que beaucoup de caciques du PDS ont rallié le parti au pouvoir (APR), Souleymane avait dénoncé cette pratique politicienne qui n’est rien d’autre qu’une façon de se mettre à l’abri. Soit pour ne pas être la cible privilégiée de l’actuel régime qui avait engagé des poursuites et des audits à l’endroit de certaines pontes du défunt régime.
En tant qu’un homme de valeurs, Souleymane avait dénoncé cela en disant que ces gens indus, doivent être « fusillés », « tués », « sanctionnés ». C’était une façon tout court de dire que les transhumants ne méritaient pas de vivre politiquement.
Cependant, force est de constater que dans la vie politique, le contexte d’alliance change à l’approche des joutes électorales. Le jeu des alliances ont toujours existé entre des adversaires politiques. Parce que tout simplement en politique, il n’a que des intérêts de parti qui comptent. Et les intérêts du parti doivent se confondre à ceux du peuple. Toutefois, il arrive des moments où l’intérêt supérieur de la Nation prime sur tout.
Quand on forme un parti, la finalité c’est de conquérir le pouvoir, travailler pour le Sénégal. Maintenant si le Président de la République tend la main à l’opposition pour travailler ensemble pour l’intérêt du peuple, il y a deux possibilités : accepter par principe ou ne pas accepter par principe. Si certaines chapelles politiques n’ont pas accepté pour des raisons qui leur sont propres, d’autres ont le droit d’accepter pour d’autres raisons propres.
Répondre à l’appel du Président Macky Sall, ne veut pas dire transhumer. A ce que je sache, transhumer, c’est retourner la veste. Autrement dit, quitter ton parti politique et aller brouter dans le parti au pouvoir. Ce que Souleymane Ndéné n’a pas encore fait jusque-là. Ceux qui décrivent son acte, ont été pourtant alliés comme Souleymane au début de l’alternance. Maintenant, ils ont divorcé avec le pouvoir et ils prétendent à soutenir que Macky Sall est une peste. Qui s’allie avec lui en est de même. Non, on n’est pas d’accord, il faut bien réfléchir et laisser le loisir à Souleymane Ndéné de soutenir qui il veut. Cette opposition ou cette partie de la société civile qui dénonce l’acte posé par l’ancien Premier Ministre, avait accepté pourtant de s’allier ou de voter pour Macky Sall dans le passé.
Encore une fois, Souleymane Ndéné Ndiaye n’a pas transhumé. Il est resté dans son parti UNP/Bokk Jemu qui se massifie, qui est implanté dans tous les 45 départements du pays. La mobilisation du premier anniversaire du parti le 28 mai 2016 à Kaolack, a montré que le parti de Souleymane Ndéné est en nette progression.
A ceux qui prêtent des dénégations à l’ancien maire de Guinguinéo, je leur dis que Souleymane Ndéné n'a jamais été ambigu dans ses déclarations. Il est resté toujours constant dans ses idées et dans ce qu’il croit en politique. Les gens n'ont rien compris. Encore une fois il a accepté une alliance avec Macky Sall mais pas de militer dans son parti. Réécouter bien les déclarations de Souleymane  Ndéné Ndiaye. Il n'a jamais eu une virgule de dénégations ou de contrevérités, voire même de contre moralité entre ce qu'il a toujours défendu et les actes qu'il a posés aujourd'hui. Arrêtons les amalgames et ces polémiques puériles. Il n'en sera jamais ainsi pour lui. Il croit en des valeurs et des principes d'un démocrate, d'un républicain et d'un esprit libre, indépendant tout court.
En politique, il y a plusieurs façons de s’opposer. Il y a l’opposition radicale, celle modérée et peut être celle conscientisée si on me permet ce terme. Souleymane a opté cette dernière. Cela veut dire l’opposition pacifique.
Vu les relations qui existent entre les deux hommes, les esprits lucides conviendront avec moi que Souleymane Ndéné Ndiaye ne peut pas s’opposer comme tout le monde contre Macky Sall. Ils peuvent ne pas être d’accord sur certains points, mais c’est sûr qu’ils ont certains points de convergence étant donné qu’ils sont tous les deux formés à la même école politique. Ils se sont abreuvés à la même source politique.
L’alliance entre des formations politiques différentes existe partout. Si c’est pour l’intérêt national, il n’y a aucun inconvénient. La France fait partie des premiers pays à le théoriser par Valery Giscard D’Estain dans les années 80. Histoire d’apaiser un climat politique délétère entre adversaires politiques.
Le Président Abdoulaye Wade s’est dans le passé allié avec son adversaire de toujours Abdou Diouf par deux fois et il n’a jamais transhumé jusqu’à ce qu’il conquît le pouvoir. C’est exactement la même chose pour Souleymane Ndéné Ndiaye et Macky Sall. D’autant plus que les deux hommes sont des amis de plus de trente ans. Ils ont vécu beaucoup de choses ensemble depuis l’université. Des choses qui dépassent la sauce politique. Quel est le péché de l’aise majesté dans ca ? Un ami qui te fait un appel pour venir travailler avec lui ensemble pour l’intérêt de tous, y a pas à chialer, ni maugréer dans la marre. Allant jusqu’à vouloir le diaboliser et le mettre en mal avec le peuple Sénégalais. Souleymane Néné n’est pas un diable, encore moins un monstre. Il a le courage de ses idées et de ses actes. C’est l’un des hommes politiques les plus valeureux dans ce pays. En termes de discours bien entendu. La politique n’est pas des invectives, ni des attaques insolentes. C’est une table d’idées. Celui qui n’en a pas, n’a pas sa place tout autour.

Abdoulatif DIOP
Membre de l’UNP/Bokk Jemu
Paris – France 
E MAIL : abdoulatif@hotmail.it
 
Samedi 13 Mai 2017
Dakar actu




Dans la même rubrique :