Souleymane Faye crache ses vérités : " l'affaire de Charlie Hebdo m'a coûté cher(...) ma femme m'a demandé " tu me trompes?", je lui ai répondu " non, pas souvent "(...) je ne veux pas vivre ma vieillesse à Dakar..."


Interrogé sur les propos polémiques tenus lors de l'affaire "Charlie Hebdo" , Souleymane Faye d'asséner : "l'affaire Charlie Hebdo m'a coûté cher. Au sein de ma famille, mes enfants, mes beaux parents. Certains m'ont dit : "mais "grand bi", loumouy wax ni? Même ma femme m'a demandé : "les propos qu'on te prête dans le journal, est-ce vrai?" Je lui ai répondu : "oui, c'est vrai". Elle ajoute : "donc tu me trompes"? Je lui dis "non, pas souvent". Elle me dit : "c'est pourquoi souvent je vois des capotes dans tes bagages?" Je réagis pour lui dire : "ça c'est pour te protéger!Cela fait trois mois que c'est dans mon portefeuille et je ne l'ai pas utilisée. Si je l'avais utilisée, tu ne l'aurais pas vue".
Et le chanteur de lancer : "j'aime beaucoup ma femme, je l'adore. Je ne l'échangerais contre aucune autre femme, mais j'ai besoin d'avoir une certaine liberté de vie. Et au fond, je ne fais que dire devant eux ce qu'on dit derrière moi. Souleymane day mandi! Mais non, je ne suis pas un soûlard. Prendre de temps en temps de l'alcool ne veut pas dire étre soûlard. Et mon fils aussi m'a interpellé pour me dire qu'il n'a pas osé sortir de la journée. Je lui ai dit oui, c'est la vérité, je l'assume".
Poursuivant, il crache sa verve sur les colonnes de La Tribune, Souleymane Faye de s'exprimer sur sa retraite de la scène musicale : "il n'y a pas de retraite dans la vie. Mais j'ai créé une maison à moi tout seul à Saint-Louis où je compte vivre de 70 ans à plus. Je n'ai pas envie de vivre ma vieillesse à Dakar, car j'ai besoin d'oxygène. Loin du bruit. Je compte vivre, si Dieu me prête vie, dans cet endroit où je pourrais élever des moutons, des chèvres, des boeufs, dans la liberté totale et la paix du coeur...".
Samedi 21 Février 2015




Dans la même rubrique :