Souleymane Diallo : Le SELS va constamment investir les rues cette année pour le respect des accords signés avec le gouvernement


Si l'année scolaire 2016/2017 était caractérisée par une absence totale de préavis de grève et de perturbations dans le système éducatif sénégalais, l'année scolaire 2017/2018 ne le sera pour autant. C'est en tout les cas l'avis de du secrétaire général du syndicat des enseignants libres du Sénégal(SELS). Souleymane Diallo qui faisait face à la presse ce mercredi, déclare à qui veut l’entendre que les rues seront constamment investies cette année par l'organisation syndicale qu'il dirige. D’ailleurs, la commission administrative (CA), instance de décision du SELS, a donné mandat au Bureau Exécutif National de déposer un préavis de grève. Ce qui a été fait depuis le lundi 23 octobre 2017 avec la plateforme revendicative.
  
Le SELS dit assumer pleinement ses responsabilités en engageant la lutte pour contraindre le gouvernement à ériger l'éducation et la formation en secteur sur prioritaire, à mettre en oeuvre les conclusion issues des assises de l'éducation et de la formation afin d'installer durablement l'école sénégalaise sur la voie de la qualité des enseignements et apprentissages.Des vœux qui, selon le secrétaire général du SELS, passeront forcément par la mise en oeuvre des accord déjà signés. Souleyemane Diallo de souligner en outre, que depuis plus de 10 ans maintenant, les revendications des syndicats d'enseignant ne différent en rien les unes des autres. Aucune nouvelle revendication n'est notée, mais il n’empêche que l'Etat fait dans le dilatoire. La stratégie de cette année ne sera pas de priver les potaches de cours, mais de contraindre l'Etat à satisfaire leurs revendications a t-il martelé avant de confier que le dialogue social est en panne parce que caractérisé par une rupture de confiance entre partenaires pour la bonne et simple raison que le gouvernement n'accorde aucun crédit à sa signature et à ses engagements.
Le SELS condamne par ailleurs les dernières augmentations opérées par le Ministre de l'éducation nationale sur les frais d'inscription aux différents examens et concours. Une attitude, selon les membre du SELS, qui traduit la carence du gouvernement qui est dans l'incapacité de trouver des financements innovants pour une meilleurs prise en charge des besoins du secteur de l'éducation et de la formation.
Mercredi 25 Octobre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :