Sommet UA : La chute de... Mugabé


Sommet UA : La chute de... Mugabé
Plus de peur que de mal. A la cérémonie d'ouverture de la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernements à Addis Abeba, son intervention était des plus attendues. Mais Robert Mugabé, 90 ans derrière lui, a failli tomber à l’envers en rejoignant le pupitre. N’eut été l’intervention de la préposée au micro central et de son aide de camp, qui l’ont maîtrisé alors qu’il perdait ses appuis, quelqu’un d’autre aurait lu son discours. Celui qui a cédé le fauteuil de la présidence de l’Union africaine à Idriss Deby a encore titubé au moment d’entamer son speech. Qui, par contre, a tiré en longueur. Plus d’une heure.
A la fin, l’on a pris soin de lui tenir la main avant qu’il descende de l'estrade. Ce n'est pas tout. Il est revenu à la charge alors que la maîtresse de la cérémonie assurait la transition, pour terminer certains points de son discours. Sacré Mugabé.

Il se relève pour décocher ses dernières flèches...

Parler leur langage, importer leur style et délaisser le notre. C’est tout ce que Robert Mugabe refuse de gober. Aux africains, il leur indique ainsi le sens interdit. Si le président zimbabwéen, la veille, a tressé des lauriers au président Macky Sall, concernant sa mission à la tête du comité d’orientation du Nepad, il fallait s’attendre, comme il sait le faire, à ce qu’il décoche des flèches à l’endroit des puissances occidentales, à l’Onu et surtout aux Usa. Barack Obama en tête. A qui il reproche de vouloir imposer sa culture, sa façon de voir les choses. L’Onu n’a pas été épargnée, même s’il a présenté son Secrétaire général, Ban Ki-Moon, comme un bon gars. L’occasion de son dernier discours en tant que président de l’Union africaine était trop belle, il en a bien tiré profit.

... et invite Deby à utiliser le marteau

On ne se lasse pas de Robert Mugabé. Ce dernier a lancé une dernière vanne au moment de céder le siège de président de l’Union africaine à Idriss Deby. Avant de tenir son premier discours, le Chef de l’Etat tchadien a d’abord donné des poignées de main aux différentes personnalités qui étaient installées sur le présidium dont son prédécesseur qui n’a manqué de lui filer le témoin. Mugabé de lui tendre le marteau de président tout en mimant une sentence prononcée, sans doute pour lui dire qu’il faudra tenir la barque de main de maitre. Un geste qui a fait tordre de rire M. Deby et toute l’assistance. «Remplacer le président Mugabé n’est pas une chose aisée», a-t-il reconnu à l’entame de son speech.
Lundi 1 Février 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :