Solution pour sortie de crise


Solution pour sortie de crise
Une situation honteuse pour le Sénégal !

-- Vu le parcours de Wade et de Gadio dans l’intervention des conflits en Afrique et de leur résolution, on se demande comment peuvent-ils laisser pourrir une situation dans leur propre pays ?

Rappelons nous qu’il y’a quelques temps Wade et Gadio ont résolu des problèmes en Guinée Bissau, en Mauritanie, Madagascar. Ils sont intervenus en cote d’ivoire. Et Wade a même demandé qu’on lui confie le conflit israélo-palestinien. Il a frôlé le prix Nobel de la paix.

Comment des gens pareils, qui anticipent sur des conflits extérieurs sont devenus incapables de résoudre leurs conflits à l’interne ?

Est-ce leur orgueil ? Est-ce leur haine qu’ils nourrissent les uns des autres qui les empêche de se rencontrer et de résoudre leurs problèmes ?

Quoi qu’il en soit le problème est sérieux et il faut le résoudre.

--A chaque fois qu’il y’a un conflit entre des individus ou des pays, il faut un médiateur pour leur faire avoir un consensus et résoudre leur dilemme.

Le médiateur sert donc de lien entre deux extrêmes.

La médiation est en général de deux sortes :

- Soit elle est d’origine externe,
- Soit d’origine interne.

Lorsque c’est externe, il y’a l’intervention des organisations internationales ou sous régionales : l’UA, l’UE, les Nations Unies etc.

Lorsque c’est à l’interne, nous avons nos régulateurs sociaux. Un régulateur suppose quelqu’un qui est neutre, qui n’est mû que par la recherche d’une solution consensuelle.

On peut même parler de vérité et de réconciliation.

Je pense qu’une médiation s’impose aujourd’hui pour permettre aux 2 extrêmes de se rencontrer et de dialoguer.

--D’abord il faut bien poser le problème si on veut le résoudre.

Wade avait dit qu’il avait verrouillé la constitution et qu’il ne pouvait plus se représenter en 2012.

Par la suite il se dédit et se représente. Le conseil constitutionnel valide sa candidature là où tous nos constitutionnalistes avaient dit que cela n’était pas possible.

Certains disent qu’il s’agit d’un problème politique, d’autres disent qu’on a corrompu les 5 sages. Vérité ou mensonge, diversion ou voleur qui crie au voleur !

Voilà le problème, conséquence le pays se divise en 2 blogs extrémistes et qui se regardent en chien de faïence :

- le pouvoir avec son armée et ses calots bleus d’une part
- et le M23 composé par les partis politiques et la société civile d’autre part.

Inutile de revenir sur qui a tord et qui a raison.

Notre seule préoccupation doit être de faire cesser ce conflit et d’appeler au dialogue en vue d’une solution concrète et viable.

--J’ai déjà dit qu’il faut l’intervention d’un médiateur et je pense que ce régulateur existe dans ce pays.

Les pays occidentaux depuis qu’ils ont trouvé dans le Vatican un régulateur, ils n’ont plus de grands maux comme ceux dont ils ont traversé.

Ainsi je pense que la solution se situe là. C’est à dire en nos pouvoirs religieux.

Ils doivent assumer pleinement leur rôle. Je pense que c’est une occasion inouïe pour eux pour se réapproprier leur autorité.

La solution !

-Appeler tous les acteurs à Touba avec les guides principaux de chaque confrérie, l’église et les kilifats ada (traditionalistes).

-Faire cesser les manifestations

-Que tous y reste le temps de trouver une solution consensuelle


--Lorsqu’il y’a 2 extrêmes il faut qu’il y’ait aussi des concessions, des gages ou garanties pour les 2 cotés.

-Il faut permettre au parti au pouvoir si jamais wade n’est pas candidat de trouver un ou plusieurs candidats.

-Assurer des gages de protection pour ceux qui ont détourné. Là je propose une sorte de vérité et réconciliation où après enquêtes ou aveux, que ceux qui ont exagéré dans leur détournement rapporte l’argent détourné, qu’il n’y ait ni poursuites judiciaires ni chasse aux sorcières.

-Redémarrer sur de nouvelles bases.

Pour l’autre coté,

-il faut permettre aux candidats dont la candidature est invalidée de se présenter à nouveau.

-Annuler les découpages administratifs

-Démettre le ministre de l’intérieur et le ministre de la justice

-Assurer des élections libres et transparentes

-Rendre les jeux clairs et transparents partout : en politique, dans l’administration, les concours, les marchés etc.

Le Sénégal doit rapidement dépasser ce stade pour à nouveau apprendre au monde entier des leçons de démocratie et faire de nos présidents Senghor, Diouf, Wade les meilleurs présidents d’Afrique. Nous devons tous nous y mettre, mettre de coté nos petites querelles et voir en grand.

Aduna amoul solo !

heuchy@hotmail.com
Jeudi 2 Février 2012
Heuchy Soumaré




1.Posté par Citoyen le 02/02/2012 12:31
Penser une seule seconde qu'après tout ce qui vient de se passer Wade va aller aux elections pour les perdre, c'est être d'une naivete complice. Surtout apres sa dernière declaration : "les dernières turbulences n'étaient qu'une legere brise".Quel mépris pour tous ces morts.
Pour qui connait Wade, il n'appelera jamais a aller a des elections s'il n'était pas sûr de les emporter. Car ni Wade, ni Karim, ni Ousmane Ngom ne sont suicidaires.
Les observateurs n'y verront que du feu comme en 2007 grace au fameux logiciel. Et le Conseil Constitutionnel sera prompt a valider sa victoire comme lettre a la poste.

2.Posté par Citoyen le 02/02/2012 14:56
Penser une seule seconde qu'après tout ce qui vient de se passer Wade va aller aux elections pour les perdre, c'est être d'une naivete complice. Surtout apres sa dernière declaration : "les dernières turbulences n'étaient qu'une legere brise".Quel mépris pour tous ces morts.
Pour qui connait Wade, il n'appelera jamais a aller a des elections s'il n'était pas sûr de les emporter. Car ni Wade, ni Karim, ni Ousmane Ngom ne sont suicidaires.
Les observateurs n'y verront que du feu comme en 2007 grace au fameux logiciel. Et le Conseil Constitutionnel sera prompt a valider sa victoire comme lettre a la poste.
La seule issue c'est de continuer les manifestations partout. Face a la revolte du Peuple et la pression internationale qui s'accentue, aucun regime ne tient (surtout pas un pays aussi dépendant que le Senegal). Des exemples recents nous l'ont montré.
L'erreur fatale pour les leaders d'opposition serait de décider d'abandonner cette lutte pour aller battre campagne pour des élections ou : le juge est ce Conseil Constitutionnel qui a validé une candidature inconstitutionnelle, l'organisateur est celui la meme qui controle les forces de sécurité criminelles, et leur principal adversaire un homme qui n'a cure que des sénégalais soient assassinés (aussi lâchement). Si ces conditions leur paraissent acceptables, alors qu'ils aillent battre campagne comme des naifs, car décidément ils n'auront jusqu'au bout pas compris l'individu Abdoulaye Wade malgré ses agissements et ses propos.

3.Posté par Deug_la vérité le 02/02/2012 19:43
Ce que je retiens de ta solution c'est que Wade parte. C'est un impératif apres si on veut, on peut meme repousser les elections de plusieurs mois le temps de laisser au PDS de se choisir un candidat.

4.Posté par beug jamm le 02/02/2012 22:47
en tous cas faudrait prendre en compte tout conflit finit a la table de negociation alors autant commencer par la



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016