Soldats sud-africains tués en Centrafrique: les chiffres divergent

Combien l’Afrique du Sud a-t-elle perdu de soldats en Centrafrique ? Treize morts, c’est le bilan officiel des pertes humaines données par Pretoria. Un bilan mensonger, selon plusieurs sources à Bangui. Ainsi, une source qui souhaite conserver l'anonymat et qui se trouvait le 25 mars à la base des militaires français assure avoir vu plus de 50 sacs mortuaires prêts à embarquer dans un appareil de transport Hercule C130 envoyé par Pretoria.


Soldats sud-africains tués en Centrafrique: les chiffres divergent
Ils étaient venus officiellement épauler et former l’armée centrafricaine, mais les soldats sud-africains ont le plus souvent combattu seuls. Peu à peu nos informations commencent à se confirmer. Ce matin alors que le ministre sud-africain avait fait le déplacement jusqu’à Bangui, il affirmait encore que 13 soldats de son pays avaient été tués en Centrafrique. Or, d’après le général Arda Hakouma, l’officier de la Seleka qui a conduit la prise de Bangui, entre la ville de Damara et la capitale, les militaires envoyés par Pretoria ont subi le samedi 23 mars des pertes qui vont bien au-delà du chiffre officiel de 13 morts donné par Pretoria et confirmé par les autorités françaises.
 
« Ce qui est sûr, moi personnellement, chef d’état-major, chef des opérations, donc c’est moi qui ai dirigé le combat, j’ai vu 36 morts sud-africains et 22 blessés. Ça c’est sûr. Il y avait des prisonniers aussi, on les a remis à la Fomac (Force multinationale d'Afrique centrale). »
 
Selon des sources concordantes, les pertes sud-africaines se sont surtout produites lorsque ces soldats ont été pris en étau entre deux groupe de la Seleka. L’un descendant vers le sud depuis Damara et l’autre remontant vers le nord après avoir effectué un contournement depuis Boali, en passant par le PK12, c'est-à-dire à l’entrée de Bangui, pour remonter prêter main forte à leurs camarades qui venaient de subir de lourdes pertes faces aux blindés sud-africains.
 
Enfin, une autre source, qui souhaite conserver l’anonymat et qui se trouvait le lendemain du jour de la prise de Bangui, le lundi 25 mars à la base française, à côté de l’aéroport, a assuré avoir vu une cinquantaine de sacs mortuaires prêts à embarquer dans un Hercule C130 envoyé par Pretoria. Dans le même temps, affirme cette source, d’autres cadavres de soldats sud-africains, transportés dans des voitures, continuaient à arriver.
 
Présence des soldats sud-africains au Centrafrique: les mines et le pétrole et non la paix comme objectif?
 
Il y a quelques jours, des militaires sud-africains après être revenus au pays, avaient affirmé être traumatisés d'avoir tué des enfants soldats. Certes, il y a bien des mineurs dans les rangs de la Seleka, mais la question que l'on peut se poser, c'est pourquoi des soldats sous le choc, après les combats violents du 23 mars, ont poursuivi les combats dès le lendemain matin. D'après de multiples sources, les soldats sud-africains venus officiellement épauler et former les militaires centrafricains ont été chèrement payés par François Bozizé quand le président aujourd'hui déchu est venu leur rendre visite au front le samedi.
 
Cela peut expliquer l'ardeur au combat des soldats mais pas un engagement politique aussi fort de la part de Pretoria. Selon les informations recueillies par RFI, plusieurs sociétés sud-africaines ont signé directement avec la présidence des contrats dans les domaines des mines et du pétrole. A Bangui, il y a trois noms qui reviennent en boucle : tout d'abord Elite SA, société dirigée par un général sud-africain à la retraite et qui s'intéressait aux diamants et à l'or du sud du pays. La deuxième se nomme Soco et était sur le point de mener une campagne d'exploration pétrolière dans le nord de la Centrafrique. Enfin, c'est peut-être la plus intéressante, Dig Oil, qui avait signé des contrats d'exploration et d'exploitation pétrolière dans la région de Carnot dans l'ouest du pays.
 
D'après un proche du Premier ministre bon connaisseur du milieu des affaires, Dig Oil, serait selon ses propres termes « une pompe à fric » de l'ANC et dont l'un des actionnaires est l'un des neveux de Jacob Zuma. Un autre ministre issu de la Seleka, prétend lui que cette société a fourni des armes et tenté de ramener des hommes pour défendre le régime du président Bozizé. Michel Djotodia, lui, a joué l'apaisement ce matin, lorsqu'il a serré la main du ministre sud-africain de la Sécurité. Il lui a présenté ses condoléances pour les soldats tués et lui a promis d'ouvrir une nouvelle page dans les relations avec les deux pays. Si ces informations sont confirmées en Afrique du Sud, alors  la crise politique paraît inévitable, car ces soldats ne se battaient manifestement pas pour la paix sur le continent comme l'a prétendu Jacob Zuma. Pour le moment, l'Afrique du Sud joue la carte de l'indigniation et réfute ces informations.

Bangui, Cyril Bensimon
Rfi.fr





Vendredi 5 Avril 2013
Notez


Dans la même rubrique :