Sixu Tidiane de Touré Kunda : "Le Mbalax n’est pas exportable"


Sixu Tidiane de Touré Kunda : "Le Mbalax n’est pas exportable"
La musique ‘’mbalax’’ n’est pas "exportable", estime Sixu Tidiane, un membre du duo formant le groupe musical "Touré Kunda’’, tout en faisant remarquer que sur ce plan, la région méridionale présente un patrimoine plus varié, comparée au nord Sénégal.

‘’L’évolution de la musique sénégalais s’arrête au mbalax. Je ne parle pas pour moi, ou pour Touré Kunda, mais je trouve que la musique casamançaise est variée par rapport à celle du nord (…). Il ne faut pas la laisser derrière. Ce sont de très belles sonorités qu’on trouve là-bas. Le mbalax n’est pas exportable’’, déclare-t-il, dans un entretien paru dans l’édition de vendredi du quotidien Enquête.

Même si le Touré Kunda, groupe mythique de la Casamance, est absent du Sénégal à cause de ses nombreuses tournées internationales, il n’en demeure pas moins qu’il continue à donner des conseils à de jeunes musiciens sénégalais.

‘’J’avoue qu’on tourne beaucoup, mais, quand les jeunes viennent nous voir, on les conseille (…). On essaie d’aider les artistes du mieux qu’on peut. Ce sont des gens comme Hilaire Chaby [pianiste] qui sont sur place qui font beaucoup de bonnes choses pour les jeunes musiciens’’, a-t-il expliqué.

Il indique qu’il ‘’espère être sur place bientôt pour pouvoir aider les jeunes […]’’. ‘’Youssou Ndour et Alpha Blondy nous demandaient des conseils et on faisait de notre mieux. On ne peut pas leur donner du matériel mais les conseiller’’, déclare-t-il.

‘’Ils peuvent se débrouiller et s’en sortir même s’ils restent à Ziguinchor. Ils ne sont pas obligés de venir à Dakar’’, a ajouté Sixu Tidiane, en parlant des jeunes artistes originaires de cette région. 

Considéré comme le groupe mythique de la Casamance, le Touré Kunda, qui séjourne au Sénégal pour une série de concerts, est formé par le duo Sixu et Ismaïla Touré. Nés tous les deux à Ziguinchor, ils l’ont porté sur les fonts baptismaux en 1977 à Paris, en France.

C’est en 1979, qu’ils enregistrent leur premier album " Mandinka Dong" qui comprend notamment "E’mma", le titre emblématique du groupe.

Les Touré Kunda chantent en mandingue, diola, wolof et pulaar sur leurs compositions qui mélangent habilement rock, funk, mbalax et les rythmes du Djambaadong, la danse des feuilles des futurs circoncis mandingues en Casamance.

Pionniers de la musique africaine en France, à la fin des années 70, Touré Kunda est le premier groupe africain à effectuer une tournée au Japon. Il recevra un nouveau disque d’or pour son album "Toubab Bi". 

En 1986, il rencontre l’artiste mexico-américain Carlos Santana devant le public du Carnegie Hall, à New York. 
Vendredi 30 Janvier 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :