Situation en Gambie : Les Usa, Article 19 et la Raddho condamnent…


Situation en Gambie : Les Usa, Article 19 et la Raddho condamnent…
La situation en Gambie ne laisse pas indifférente la communauté internationale. Hier, le département d'Etat américain, par la voix de son porte-parole John Kerry a condamné « la répression sévère par le gouvernement gambien des récentes manifestations pacifiques ». L'administration Obama appelle Banjul à mettre « fin immédiatement à la violence » et exhorte « tous les Gambiens à faire preuve de retenue et de rester calme ». Les Etats-Unis appellent le gouvernement gambien à respecter ses obligations internationales en vertu du Pacte international des Nations unies sur les droits civils et politiques, y compris le droit de rassemblement pacifique. His Excellency Sheikh Professor Alhaji Dr. Yahya Abdul-Azziz etc. entendra-t-il ?
 Au Sénégal,  « Article 19 » dit avoir appris de sources locales la mort en détention du secrétaire national à l’organisation de United Democratic Party (Udp), Ebrima Solo Sandeng. L'organisation rappelle que « le jeune leader avait été arrêté pendant la manifestation avec d’autres militants du parti Udp dont Fatoumata Jawara sévèrement violentée, Nokoi Njie, Falang Sonko, Faa Gitteh, Fatou  Camara, Modou Ngum… ». Se disant « choqués par la mort de Ebrima Solo Sandeng », les responsables d'Article 19 exigent « que toute la lumière soit faite sur les circonstances de sa mort. »
 Ils demandent à la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples qui tient présentement sa 58ème session en Gambie à se saisir d’urgence de la situation ». Fatou Jagne Senghor & Cie demandent « la libération immédiate de tous les manifestants détenus depuis le 14 avril et la cessation des arrestations arbitraires ».
Sur le même registre qu' « Article 19 », la Raddho estime que « la mort en détention de Solo Sandeng (…) vient s’ajouter à une longue liste de victimes de la torture ». Pis, disent Aboubacry Mbodj et ses collègues droits-de-l'hommistes, « selon diverses sources d’information, il y aurait aussi plusieurs personnes qui ont été arrêtées et qui risquent de subir le même sort que Solo Sandeng ». Condamnant donc « la récurrence des actes de torture, devenus systématiques sous le régime du Président Jammeh », la Raddho exige « l’ouverture immédiate d’une enquête judiciaire impartiale pour élucider les circonstances de la mort de Solo Sandeng, la libération de toutes les personnes arrêtées à la suite de la manifestation du 15 avril » et invite la Cedeao, l'Ua et l'Onu à « envoyer des missions d’enquête en Gambie pour faire la lumière sur les violations graves et répétées des droits humains commises dans ce pays ».
Lundi 18 Avril 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :