Situation des détenus vulnérables en raison de leur santé : La RADDHO, la LSDH et Amnesty International / Sénégal préoccupés par le cas Taïb Socé et dénoncent un surplus un traitement discriminatoire

Le cas du prêcheur Taïb Socé préoccupe au plus haut niveau la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO), la Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH) et Amnesty International / Sénégal.


Situation des détenus vulnérables en raison de leur santé : La RADDHO, la LSDH et Amnesty International / Sénégal préoccupés par le cas Taïb Socé et dénoncent un surplus un traitement discriminatoire
C’est ainsi que ces organisations de défense de droit de l’homme n’hésitent pas à inviter les autorités judiciaires sénégalaises à une meilleure conciliation entre les exigences de la distribution de la justice et l’impératif catégorique de préservation du droit à la vie face aux personnes en maille à partir avec la justice présentant une vulnérabilité avérée.

Aboubacry M'bodji de la RADDHO, Me Assane Dioma N'diaye, Seydi Gassama et Cie  invitent à un examen attentif du cas de Taïb Socé dont les alertes se multiplient quant à une détérioration de plus en plus avancée de son état de santé et à tous les cas de personnes pouvant se trouver dans la même situation.

« Nos organisations regrettent à ce propos le décès du Suédois Paul France Jonshon survenu dans une cellule d’isolement au niveau de la Maison d’arrêt de Correction de Diourbel, alors que selon des témoignages concordants il présentait des signes d’agonie pendant au moins 3 jours », dénoncent-on.

Relativement à l’affaire Taïb Socé, Aboubacry M'bodji et Cie dénoncent au surplus un traitement discriminatoire de sénégalais condamnés dans les mêmes conditions par la Cour d’appel de Dakar avec Mandat d’arrêt et qui sont toujours en liberté sous le prétexte qu’ils auraient introduit un pourvoi en Cassation en faisant allusion à promoteur de lutte célèbre.

Or s’il est vrai que le Pourvoi en Cassation est Suspensif, précisent-ils, un traitement égalitaire devrait conduire à accéder à la demande de mise en Liberté Provisoire de Monsieur Taib Socé qui a également formalisé un pourvoi en Cassation. Parce que, jugent les défenseurs des droits de l’homme, Taïb Socé n’a pas bénéficié d’un procès contradictoire et est tombé sous le coup d’un mandat de dépôt simplement en raison de sa présence à l’audience le jour du prononcé de son délibéré.
Vendredi 1 Avril 2016
Dakaractu




1.Posté par Baidyracine le 04/04/2016 12:51
Je suis en phase avec les principes des droits des détenus,en matière de santé,car ils ne sont pas des condamnés à mort.Seulement,il faut pas que sous pretexte qu'un détenu est malade qu'il faille tout de suite le libérer,en évoquant des raisons de santé.La prise ne charge sanitaire des détenus relève de l'Etat à travers le budget de l'Administration Pénitentiaire,et les structures sanitaire de référence.Si Taib Socé,est malade,il doit être reféré dans les structures de santé de la place,pour une bonne prise en charge de sa maladie.Si par contre,la Radho et autres exigent sa libération,qu'ils désinteressent la partie civile à concurence du péjudice subi.



Dans la même rubrique :