Situation à N'gor : le déroulement des faits, selon les jeunes de la localité


Situation à N'gor : le déroulement des faits, selon les jeunes de la localité
« Le plan A » du combat de la demande de restitution des terres du domaine aéroportuaire a été entamé par les notables de Taanka à travers une assemblée générale tenue le 30 avril 2011. Et au cas où ce plan A ne marcherait pas, il était prévu de passer au « plan B » qui devait être porté par les jeunes, ainsi qu'il en a d'abord été le 21 mars 2015, par un point de presse. Une marche sera annoncée dans les plus brefs délais au cas où les autorités resteraient sourdes à leur appel.
Un collectif de jeunes sera mis en place en vue de créer le rapport de force susceptible d’obliger les autorités à agir et prendre en considération leurs revendications. 
Après mûre réflexion, il sera finalement décidé un sit-in en lieu et place de la marche, le choix de ce sit-in nécessitant juste une notification aux autorités administratives. 
La date du 8 mai ayant été retenue, le sous-préfet des Almadies attendra jusqu’au 7 mai pour indiquer que le courrier qui lui est parvenu, aurait dû être adressé au préfet de Dakar. Ce qui posait un problème de recevabilité, étant entendu qu'il faut un délai de 72 heures.
En définitive, la date du 15 mai sera retenue et une lettre déposée une semaine à l’avance. Un dilatoire constitutif d'un retard sur le traitement de la lettre entre la gendarmerie de Thiong, la brigade de Ouakam et la préfecture de Dakar, sera constaté.
Le jour du sit-in, l’adjoint du commandant de la brigade de Ouakam a attendu 1 heure avant le démarrage de la manifestation pour notifier aux manifestants l’arrêté du préfet qui interdit le sit-in avec comme motif, un risque de trouble à l’ordre public et tentative d’appropriation illégale de bien public.
Tardivement mises au courant, les populations concernées étaient déjà en route vers le point de ralliement. Cependant, en voyant le dispositif sécuritaire se mettre en place, les responsables du collectif ont prié la foule de se replier dans le village de N'gor, ce qu'elle a fait sans casse.
Malheureusement, les gendarmes dans un souci de canaliser les manifestants, n'auront fait rien d'autre que de les exciter, déclenchant du coup des échauffourées qui dureront jusqu'à 2 heures du matin.
Le samedi matin, les gendarmes vont à nouveau bloquer l’entrée de N'gor par un char de combat et 2 pick up. Il en sera ainsi toute la journée jusqu’à ce qu'une mission de bons offices se mette en branle pour éviter que les choses ne s'enveniment à nouveau.
Les populations de N'gor réclameront la libération des 3 jeunes arrêtés la veille et détenus à la gendarmerie de Thiong, condition sine qua non pour un arrêt des hostilités. 
Selon le coordinateur du Collectif des jeunes, le Samedi matin, les gendarmes de Thiong ont convoqué les membres de la commission exécutive de Taanka, et après les avoir entendus, retiendront néanmoins les 3 jeunes en garde à vue. A noter qu'ils sont grièvement blessés...
Et jusque tard dans la nuit du samedi, les gendarmes resteront positionnés à N'gor avec 2 chars de combat et 2pick up, prêts à intervenir.
Dimanche 17 Mai 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :