Sine Saloum ou l’Université de l’Illusion (Par Ahmed Khalifa Niass)


Sine Saloum ou l’Université de l’Illusion (Par Ahmed Khalifa Niass)
Que penser de l’APR qui apeure les personnalités dont elle a peur d’une part et qui perd la confiance des masses d’autre part par des promesses qui sont autant d’illusions comme c’est le cas de l’Université du Sine Saloum ?  Baptisée à grands fracas du nom de Cheikh Al Islam El hadji Ibrahima Niasse, le nôtre. Depuis, bien des champs  d’arachide, de mil et de mais ont été moult fois semés et récoltés. A l’exception de ladite première pierre que les cornes de boucs ont tellement taquinée qu’il n’en reste presque plus rien.

D’octobre en octobre, les mois passent, les années passent et les Saloumiens n’obtiennent que l’opprobre. Leurs étudiants les plus brillants envahissent la Gueule Tapée pour être orientés hors du système universitaire. Les nombreux orphelins parmi eux subissent un double orphelinat si l’on y ajoute celui de la géographie. Ils ne sont pas seulement homeless (sdf) mais foodless tellement le ventre creux est devenu pour eux un dénominateur commun.

Comme des aventuriers, les cadres de cette université fiction ont été envoyés sur le terrain pour louer des édifices leur permettant de fonctionner. Des abris provisoires faits de tôles, de tuiles à la coloniale et qui sait……..de paille ! En utilisant comme contrat la parole donnée ! Avant, qu’un jour, le berger, fils de berger et ancien recteur de Gaston Berger, ne leur signifie qu’il n-y avait pas de fonds pour financer le provisoire.

L’université dont le premier coup de pioche appartient aux calendes grecques a besoin de cinq ans pour avoir une visibilité. Et auxquels il faut ajouter trois ans de travaux comme cela a été le cas de l’A.I.B.D (aéroport international Blaise Diagne). Ce qui nous renvoie à l’illusoire troisième mandat de Macky.
 
En attendant, des terrains pris aux pauvres paysans de Mbadakhoune restent à la disposition du ministre berger. Pour y faire paitre les vaches qui constituent l’essentiel de son héritage.

Cela montre à quel point El hadj Ibrahima Niasse dont la véracité du savoir pousse des millions de fidèles de la Oumma vers Kaolack aura rencontré, par son nom, une université on ne peut plus illusoire.

                                                               
AHMED KHALIFA NIASSE
Mardi 24 Octobre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :