Sicap Baobab sous haute sécurité. Reportage de notre envoyée spéciale.


Sicap Baobab sous haute sécurité. Reportage de notre envoyée spéciale.
DAKARACTU.COM   Hier, c’est un véritable drame qu’ont vécu les habitants de Sicap Baobab, ceux des alentours de la mairie dirigée par Barthélemy Dia. Quelques temps après l’incident, les forces de l’ordre ont quadrillé la zone pour permettre à la police scientifique de faire son travail et retrouver les indices de preuve. Toutes les rues donnant accès à la mairie ont été barricadées de ruban jaune comme dans les films des experts de Miami. Aucune information n’échappait de la bouche des policiers ; des journalistes caméras à la main, appareils photos à la main étaient à la recherche de la denrée rare. Les habitants du quartier avaient même du mal à accéder à leur maison. Ironie du sort, un bar juste à côté de la mairie était ouvert et la clientèle habituelle s’adonnait à sa pratique quotidienne. L’ordre du jour des différentes causeries avait changé, on ne parlait plus  que des coups de feu de Barthélemy. Selon certains, c’était de la légitime défense comme l’a dit l’auteur; pour d’autres, c’était trop osé de la part du maire. Un tour rapide au domicile de Dias pour avoir d’amples informations. Là aussi c’était un désordre chaotique qui régnait, les jeunes du Ps et autres amis sont venus pour soutenir le camarade Barthélémy et protéger sa maison. Des voitures entraient discrètement dans le garage et en ressortaient quelques temps plus tard. Qui étaient ces gens qui venaient voir le maire? On ne le savait pas car les entrées étaient très filtrées et très sélectives, sûrement des dignitaires du parti et d’autres membres influents de l’opposition. Les journalistes étaient les dernières personnes qu’on voulait voir devant cette porte.
Vendredi 23 Décembre 2011




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016