"Si Demba Ba est absent, c'est que les Lions n'ont pas de souci en attaque" (Claude Le Roy)


"Si Demba Ba est absent, c'est que les Lions n'ont pas de souci en attaque" (Claude Le Roy)
La non-convocation de Demba Ba pour la CAN 2014 peut se concevoir au regard de la richesse du Sénégal en attaquants, selon Claude Leroy, l'ancien sélectionneur national (1988-1992).

"Demba Ba est un très grand attaquant et si on arrive à se passer de lui, cela veut dire que le Sénégal n'a pas de problème sur le plan offensif", déclarait le technicien français, invité à commenter l'éventualité d'une absence de Demba Ba de la CAN 2015.

Alain Giresse a publié une présélection de 28 joueurs sans Demba Ba, l'attaquant de Besiktas (Turquie). Des quotidiens sénégalais avaient annoncé que Demba Bâ ne sera pas de la liste de l'entraîneur français des Lions.

Selon le sélectionneur du Congo, une sélection nationale engagée pour une phase finale de compétition ne doit pas consister seulement en un regroupement de meilleurs joueurs.

"Une phase finale ça dure et il vaut mieux avoir un groupe complémentaire, sinon on risque de tout faire exploser", a expliqué l'ancien sélectionneur national des Lions du Sénégal.

"En confectionnant une liste de 23 joueurs, il faut prendre en compte plusieurs paramètres parmi lesquels l'idée qu'on n'aura besoin que de 18 joueurs pour la compétition", a indiqué le technicien dont l'équipe prendra part à sa huitième phase finale de CAN en Guinée Equatoriale.

Les ''Diables rouges'' de Claude Leroy ont misé sur les installations de Diambars, à Saly Portudal, pour leur stage de préparation prévu à partir du 2 janvier prochain.

"Les cinq derniers doivent accepter le principe qu'ils ne prendront pas part à la compétition et s'il y a un seul joueur qui ne l'accepte pas, vaut mieux ne pas l'amener au risque de faire imploser son groupe", a-t-il insisté. Claude Leroy explique que "ce serait un gros risque que de prendre un footballeur qui n'accepte pas son statut pendant toute la compétition".

"C'est pourquoi, les sélectionneurs nationaux sont souvent obligés d'appeler trois à quatre jeunes joueurs qui ne serviront qu'à l'avenir", a-t-il renseigné, relevant qu'on "peut adjoindre à ce groupe un ancien n'ayant aucune prétention mais qui servira à guider et à accompagner le groupe".

"Il est vrai qu'aucun compétiteur ne peut accepter de ne pas jouer, mais les choses doivent être clairs pour tout le monde dès le départ", a-t-il par ailleurs ajouté.
Vendredi 26 Décembre 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :