Sharapova déterminée à rejouer, Nadal balaie les rumeurs

La Russe Maria Sharapova est déterminée à rejouer en compétition alors qu'elle pourrait écoper d'une lourde suspension pour son contrôle antidopage positif à un médicament controversé, le meldonium, a-t-elle insisté mercredi. Plusieurs joueurs se sont exprimés sur la suspension provisoire de Sharapova. Rafael Nadal a dû revenir sur les nombreuses rumeurs dont il a fait l'objet.


Sharapova déterminée à rejouer, Nadal balaie les rumeurs

"Je suis déterminée à rejouer au tennis, j'espère que j'aurai la chance de pouvoir le faire", a écrit l'ancienne N.1 mondiale sur sa page Facebook. "J'aimerais ne pas avoir à vivre cela, mais c'est le cas et je vais y arriver", a-t-elle assuré dans un long message, son premier depuis qu'elle a annoncé lundi à Los Angeles son contrôle positif. 

Sharapova est suspendue à titre provisoire par la Fédération internationale de tennis après qu'un de ses échantillons prélevés durant l'Open d'Australie 2016 a révélé la présence de meldonium, un médicament qui vient d'être ajouté à la liste des produits interdits le 1er janvier 2016. La Russe, qui n'est plus apparue sur le circuit depuis l'Open d'Australie à cause d'une blessure à un avant-bras, a plaidé la négligence. 

"Énorme erreur"
"J'ai reçu un mail de l'Agence mondiale antidopage fin décembre et je n'ai pas contrôlé la liste pour voir si ce médicament figurait maintenant sur la liste des produits prohibés", a-t-elle expliqué lors d'une conférence de presse à Los Angeles lundi. Dans la foulée, trois de ses partenaires, l'équipementier Nike, le constructeur automobile Porsche et l'horloger TAG Heuer ont suspendu ou mis fin à leur partenariat avec la sportive la mieux payée de la planète en 2015. 

À Indian Wells (Californie), où le circuit mondial est réuni pour l'un des tournois les plus importants du calendrier qui débute mercredi, les adversaires sur les courts de Sharapova sont encore sous le choc, à l'image de la Polonaise Agnieszka Radwanska. "Personne ne s'attendait à cela, c'était un jour triste pour le tennis", a déclaré la N.3 mondiale. 

La Tchèque Petra Kvitova a estimé que Sharapova avait commis une "énorme erreur". "Nous devons toutes connaître ce qu'on donne à notre corps", a-t-elle dit. "Je suis désolé pour elle, mais elle était négligente et elle doit en payer les conséquences, notre sport doit être propre", a réagi pour sa part l'Espagnol Rafael Nadal.

© photo news.

Nadal, complètement propre
L'ancien N.1 mondial Rafael Nadal a profité mercredi de l'émoi provoqué par l'affaire Maria Sharapova pour balayer les accusations récurrentes de dopage le visant."Je n'ai jamais eu la tentation de faire quelque chose d'interdit", a déclaré l'Espagnol lors d'une conférence de presse, à deux jours de son entrée en lice dans le Masters 1000 d'Indian Wells.

"Je me suis toujours tenu loin du dopage, je suis un joueur complétement propre, j'ai travaillé si dur pendant ma carrière que je ne prendrai jamais rien pour revenir plus vite si je suis blessé", a-t-il insisté. Le nonuple vainqueur de Roland Garros a régulièrement fait l'objet de rumeurs, surtout lorsqu'il dominait le circuit mondial sans partage comme en 2010, où il remporté trois des quatre tournois du Grand Chelem, plus le Masters en fin de saison.

Affaire Fuentes
Nadal a également pâti du climat de suspicion déclenché dans son pays par l'affaire Fuentes, du nom du médecin qui a participé à des opérations de dopage pour plusieurs grands noms du cyclisme professionnel et, selon les rumeurs, dans le football et le tennis."J'ai entendu ces accusations de dopage me concernant et cela commence un peu à me fatiguer", a-t-il reconnu."Je crois dans les valeurs du sport, le sport a valeur d'exemple pour notre société, pour les enfants, et si je faisais quelque chose contre cela, je me mentirais à moi-même, pas à mes adversaires", a martelé le Majorquin, actuellement 5e au classement mondial.

Il a reconnu avoir eu recours à des thérapies de pointe onéreuses pour soigner ses problèmes aux genoux, comme l'utilisation de cellules souches et de plasma enrichi en plaquettes (PRP)."Je n'ai jamais rien fait d'illégal et je ne le ferai jamais", a conclu le joueur aux 67 titres. Cette mise au point a été déclenchée par les questions des journalistes l'invitant à réagir à l'affaire Maria Sharapova contrôlée positif au meldonium, un médicament figurant depuis le 1er janvier 2016 dans la liste des produits interdits."Je veux croire qu'elle a fait une erreur, que c'est une négligence, mais elle doit être punie", a-t-il déclaré.

Jeudi 10 Mars 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :