Seynabou Thiam, première dauphine Miss Sénégal 2014 : «Etre Miss est un lourd fardeau à porter. Si c’était à refaire…»

People Fine fleur au minois aguichant, elle est sortie de l’anonymat un soir où la capitale s’était réunie pour élire son estafette. Face à plusieurs autres candidates, elle a terminé 1ère Dauphine, derrière Maïmouna Sall élue Miss Dakar. N’empêche, la belle des Hlm avait été repêchée de justesse pour participer à la grande finale de Miss Sénégal. Une aubaine pour Seynabou Thiam qui a alors déployé les grands moyens pour sortir du lot. Et cela a failli marcher. Elle se retrouve sur le podium, à une marche du titre. Anna Gomis, Miss Sénégal 2014, aura été plus impérieuse. Aujourd’hui, cette parenthèse de sa vie rangée aux oubliettes, Nabou, pour les intimes, rembobine le film de son sacre, sa vie après l’élection, son avenir, ses résolutions… Une reine de beauté grandeur-nature…


Seynabou Thiam, première dauphine Miss Sénégal 2014 : «Etre Miss est un lourd fardeau à porter. Si c’était à refaire…»

Que devient Seynabou Thiam, 1ère Dauphine Miss Sénégal 2014, depuis son sacre ?

Je suis là, toujours la même jeune fille, déterminée à aller au bout de mes rêves et de mes ambitions. Je poursuis tranquillement mon train-train quotidien, entre ma famille et mes études en Marketing et Communication. La routine quoi !

Votre sacre n’a donc rien changé de vos habitudes ?

Pas que je sache. J’ai les mêmes habitudes qu’avant, les mêmes amies, les mêmes fréquentations. Toutefois, je reconnais que le regard des gens sur moi a changé. Il arrive qu’on me reconnaisse dans la rue, que l’on m’accoste, mais sans plus. C’est d’ailleurs la principale difficulté quand on devient reine de beauté, les gens vous placent sur un piédestal, alors qu’il n’en est rien. Je fais plus attention à mon image, je m’arrange à ne pas être vue n’importe où. Beaucoup croient que j’ai empoché un sacré pactole, alors que je n’ai gagné qu’un réfrigérateur et une parure en argent. A part le transport du retour, je n’ai reçu aucun franc. J’avoue que ce n’est pas trop évident, être Miss, c’est un lourd fardeau à porter. Il y a des bons côtés comme il y a aussi le revers de la médaille. On n’a plus droit à l’erreur, mais d’une certaine manière, il y a des opportunités qui se sont offertes à moi…

Qu’entendez-vous par opportunités ?

C’est tout simplement qu’avec mon statut de Miss, j’ai pu avoir un contrat d’une durée déterminée avec les mèches Nina. C’est grâce à mon élection que cela a pu être possible, autrement, ils ne m’auraient pas trouvée dans mon coin pour que je leur serve d’égérie. Et pour ça, je suis tout à fait reconnaissante. Il y a également une chaîne de télévision qui m’a proposé de travailler avec elle, mais j’ai décliné l’offre. Je reste assez lucide car, pour moi, il ne sert à rien de me précipiter. Je suis encore jeune et je préfère aller d’abord au bout de mes études, même si je reste ouverte à certaines propositions. Tout de même, je ne me fais pas d’illusions.

A vous entendre parler, on sent une certaine déception. Est-ce que vous regrettez de vous être présentée à l’élection Miss Sénégal ? 

Non, je n’ai aucun regret, c’est un choix que j’assume pleinement. Cependant, si c’était à refaire, je ne me représenterais plus à l’élection Miss Sénégal. C’était une parenthèse de ma vie que j’ai vite refermée. L’essentiel pour moi était d’aller au bout de ce vieux démon qui m’a toujours habitée depuis petite fille. Maintenant que c’est fait, je suis passée à autre chose.

Vous avez donc définitivement tourné le dos à la mode ?

Non, loin de là ! Si j’arrive à décrocher des campagnes publicitaires ou des défilés dans les grands rendez-vous de la mode, je suis preneuse. Avant de devenir consécutivement 1ère Dauphine Miss Dakar et Sénégal, je me voyais embrasser une carrière de Top-modèle, mais actuellement, je suis plus encline à faire de la publicité. Cela rapporte plus d’argent, à mon avis.

Après votre élection, vous aviez parlé d’un certains nombres de projets, destinés aux tout-petits et aux femmes en détention. Avez-vous réussi à les réaliser ? 

Effectivement, c’était dans mes projets de venir en aide aux enfants, cette couche vulnérable de la société, particulièrement les orphelins, et également les femmes en détention. Mais jusqu’ici, je n’ai rien pu faire. Ce n’est pas faute d’avoir essayé, j’ai frappé à plusieurs portes sans succès. Tout de même, ce sont des projets qui restent en suspens, car ils me tiennent à cœur. J’espère que je serai un jour en mesure de les réaliser, avec mes propres moyens.

Et vos projets personnels dans tout ça ?

Ils sont en cours. Comme je le disais tant tôt, ma priorité, ce sont les études. Après, comme tout le monde, j’aimerais avoir un bon boulot avec une bonne assisse financière. Histoire de mieux soutenir ma famille, particulièrement mes sœurs. Ensuite, je voudrais me marier, fonder un foyer.

Avez-vous réussi à vaincre votre timidité qui vous avez d’ailleurs porté préjudice lors des élections Miss Dakar et Miss Sénégal. Résultat des courses, vous aviez terminé si près du but, 1ère Dauphine à chaque fois ?

Je ne dirais pas que je suis timide, je ne le ressens pas comme ça, en tout cas. Je suis assez réservée et je perds un peu mes moyens face à beaucoup de monde. C’est une question d’habitude et c’est ma nature. N’empêche que, quand il faut y aller, j’y vais. Après la pression du début, je finis par me lâcher. Lors des élections Miss Dakar et Miss Sénégal, je reconnais que le trac m’a beaucoup porté préjudice. Surtout pour Miss Dakar, c’était mon premier grand podium et le stress a pris le dessus, au moment de m’exprimer devant l’assemblée. Pour ce qui est de Miss Sénégal, là, j’étais moins paniquée, peut-être que je n’ai pas réussi à convaincre le jury avec mes propos. N’empêche que, depuis le temps, j’ai réussi à plus m’affirmer. Je pense avoir réussi à surmonter ma peur du public. D’ailleurs, lors du tournage de la publicité pour les mèches Nina, j’ai eu des retours positifs.

A l’issue de l’élection, la Miss Ziguinchor avait porté un certain nombre d’accusations contre le Comité d’organisation, arguant qu’il y avait un d’eux qui se pointait dans les chambres des filles pour exiger de voir leurs cuisses, si elles voulaient gagner…

Franchement, je n’ai jamais été au courant de telles pratiques. C’est à travers la presse que j’ai eu vent de ces allégations. En ce qui me concerne, je n’ai pas vécu cela. Personne n’est entré dans ma chambre pour me faire une quelconque demande déplacée et durant tout le temps qu’a duré notre séjour à Saly, je n’ai entendu une fille s’en plaindre. C’est pourquoi, lorsque j’ai entendu cette polémique après l’élection, j’ai eu très mal vis-à-vis de ma famille et de mes proches. Les propos tels que formulés laissent entendre que nous qui avons fini sur le podium, avons montré nos cuisses pour gagner. C’était une compétition, forcément, il devait y avoir des gagnantes et des perdantes. A mon avis, ces paroles sont sorties de la bouche d’une mauvaise perdante. Toutefois, cela a fait plus de mal que de bien…

Côté jardin, même si les contrats n’ont pas afflué, en revanche, les prétendants, eux, doivent se bousculer à vos pieds, depuis l’élection ?

Je ne m’en cacherais pas, toutefois, je ne fais pas attention à cela. Je suis sourde et aveugle face à cela. Je ne vais pas m’attarder sur ces broutilles, d’autant plus que je me suis fixée des objectifs, qui ne vont pas de pair avec des amourettes.

N’empêche que vous avez quelqu’un dans votre vie ?

Oui ! Je suis avec quelqu’un depuis un bon bout de temps et notre relation est sérieuse.

A quand le mariage ?

Lorsque le Bon Dieu le décidera ! J’ose croire que cela ne saurait tarder, du moins, je l’espère.

Un message à l’endroit des filles qui, comme vous, rêvent de participer à Miss Sénégal ?

Je les exhorte à davantage se concentrer sur leurs études, à en faire leurs priorités absolues. A la limite, elles peuvent alterner les deux, mais en aucun cas, elles ne doivent laisser les élections prendre le dessus sur les études. Les concours de beauté peuvent vous apporter de la notoriété certes, mais rien ne vaut un bagage intellectuel…


L'Observateur

Mardi 25 Novembre 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :