Serigne Touba face au complexe d'inférioté des noirs envers l'Occident


Serigne Touba face au complexe d'inférioté des noirs envers l'Occident
«En dénonçant les processus d’acculturation de ses concitoyens « indigènes » initiés par les colonisateurs et leurs dérives, de même que le vide spirituel et le complexe d’infériorité qu’ils cultivaient en eux, Cheikh A. Bamba écrivit dans une de ses odes dénommée Ilhâmu Salâm :
« [Sachez que les colons ont été égarés par] Satan qui les a menés vers la désobéissance, l’audace et la perdition. Il les a leurrés de par son stratagème au point qu'ils se sont mis à parcourir, avec insolence, le monde entier et à opprimer [les peuples]. Cependant ceux [d'entre les indigènes] qui ne suivent que leurs passions et les ignorants en sont arrivés à penser qu'ils sont d'un genre supérieur et dotés d'une suprématie naturelle. (…) 
Ceux-là qui ne réfléchissent point et sont empêtrés dans l’illusion les tiennent pour honorables et illustres. Aussi les imitent-ils dans la débauche et le vol, de même que dans des habitudes immorales autres que celles-ci. De par la crainte que [ces colons] leur inspirent, certains d'entre ces colonisés en sont même arrivés à oublier [Dieu], le Majestueux, et Son Prophète. Ce faisant, finissent-ils par délaisser l'observance du culte [dû au Seigneur] et par confier entièrement leur sort aux mains des rebelles, dans leur méconnaissance que l'ensemble des destins relève exclusivement de la Volonté du Seigneur Miséricordieux, le Maître Absolu de la Puissance (…) 
Ils sont désormais convaincus que la Force et la Puissance en actes (hawla wa-l-Quwata) leur sont entièrement dévolues, au même titre que le Pouvoir. Alors qu'en réalité la Force et la Puissance reviennent exclusivement au Créateur des Cieux, notre Seigneur, le Novateur. Mais leurs passions et leur nature insouciante ont poussés [ces Noirs colonisés] vers la lâcheté et l'égarement. (…) 
Il en est même qui, à la vue des Nasârâ, les rangent littéralement parmi les Anges du Seigneur ! (…) Ô vous les miens, réveillez-vous de l'ivresse du sommeil ! Et n'assimilez plus l'enflure purulente de la pustule à de l’embonpoint, car une telle méprise demeure un signe manifeste d'ignorance...». (Ilhâmu Salâm ou Inspiration procédant du Seigneur qui assure la Paix, v. 13-15, 17-21, 38-40, 48, 51-52)

Dire que, après plus d'un siècle après ces mots, il est encore des sénégalais, des africains et des Noirs, formatés selon le moule de l'école occidentale, des médias ou de la pensée unique moderne, qui en sont encore à ce niveau de complexe culturel et intellectuel envers leurs anciens «maîtres à penser». Au point, en 2014, d'en être encore à les «imiter dans la débauche et le vol, de même que dans des habitudes immorales autres que celles-ci». En divinisant avec une religiosité à la fois touchante et choquante toutes leurs doctrines et leurs valeurs matérialistes, car les ayant élevés au niveau des «Anges de Dieu» à qui rien n'est impossible !!!
À quand les vraies indépendances ?

Par A. Aziz Mbacké Majalis
> (Extrait de l'essai «KHIDMA : La Vision Politique de Cheikh A. Bamba», p. 115)


Jeudi 6 Février 2014
Dakaractu




1.Posté par ahmed le 06/03/2014 16:17
dieureudieufeuti Borom Touba



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015