Serigne Mansour Sy Djamil: Pourquoi je n'ai pas déposé ma candidature et pourquoi je le ferai


Serigne Mansour Sy Djamil: Pourquoi je n'ai pas déposé ma candidature et pourquoi je le ferai
Je voudrais avant toute chose remercier tous les amis de facebook qui ont bien voulu renouveler leur engagement et exprimer des encouragements qui me sont allés droit au Coeur, lorsque j’ai annoncé le non dépôt provisoire de ma candidature à l’élection présidentielle. C’est dans l’épreuve qu’on reconnait ses vrais amis. Les reactions positives des milliers d’internautes montrent que les relations entre le leader et ses sympathisants relévent de l’affect et non de l’intellect. Le discours religieux comme le discours politique, à la difference du discours universitaire ou juridique, ne cherche pas à convaincre mais à toucher. J’ai senti beaucoup de dits et de non-dits dans la réaction de mes amis.

Mon communiqué du 27 janvier 2012 a contribué à atténuer la profondeur de la déception qui était à la mesure de l’espoir porté sur ma candidature. Cependant, j’ai perçu la nécessité d’une explication supplémentaire quand j’ai dit: “Rien n’était perdu. Rien n’était gagné. Tout était possible.” Et que “la journée du 27 janvier 2012 était décisive.” Le 27 janvier est passé pour valider la candidature de Abdoulaye Wade. Le 29 janvier l’a définitivement confirmée. Le Conseil Constitutionel s’est piteusement distingué par la validation illégale de la candidature de Abdoulaye Wade. Quand on sait que c’est ce même Conseil Constitutionel qui va superviser les élections, c’est vraiment s’autoflageler.

Cette situation pousse le M23 (Mouvement du 23 juin 2012) à passer à l’étape suivante de sa bataille qui est de s’appuyer sur le mouvement populaire pour obliger Abdoulaye Wade à retirer sa candidature. Si cette bataille devait remporter le succès, le retrait de la candidature de Wade créerait une situation régie par l’article 34 de la constitution qui stipule que: “en cas de décès ou d’empêchement définitif ou de retrait de l’un des candidats, entre l’arrêt de la publication de la liste des candidats et le premier tour, l’organisation de l’élection est entièrement reprise avec une nouvelle liste des candidats.” Le Conseil Constitutionel a sorti l’arrêt de publication de la liste des candidats le 29 janvier 2012. Donc, entre la date du 29 janvier 2012 et le 26 février 2012, date du premier tour, si Wade venait à retirer sa candidature, l’organisation de l’élection présidentielle serait entièrement reprise dans un délai de trois mois. Etant donné que durant cette période une nouvelle liste de candidats devra être établie, il me sera donc tout à fait possible de déposer ma candidature.

En préparation de cette possibilité, il est important de maintenir intact l’excellent niveau de mobilisation déjà atteint. Il convient de rendre cette mobilisation plus active et plus offensive. Toutes les conditions du dépôt de ma candidature sont réunies, sauf la levée des fonds pour la caution et l’organisation de la campagne électorale. Nous avons assez de temps pour le faire. Nous sommes convaincus que cette candidature, à cause de sa matrice d’implantation, doit être portée par le peuple à l’instar de Obama qui en face de candidats issus de grandes dynasties capitaines d’industries soutenues par le monde des finances a eu le génie de faire porter sa candidature par le peuple. Il a eu le talent de faire participer tout le monde à un minimum de contribution et a eu l’éthique et la générosité de payer les dettes pendantes de son colistière Hillary Clinton.

Quand on est avec le peuple, on ne manque de rien. Avec vous, je ne manque de rien.

Mettons-nous au travail! Bes Du Ñakk! Sénégal, demain, un autre pays!

Serigne Mansour sy Djamil
Mardi 31 Janvier 2012
Medoune Dieng




1.Posté par Patriote le 31/01/2012 07:58
Comment un marabout ou simplement un citoyen peut faire une telle manipulation pour embraser son pays ?
Faites très attention à ces politiciens. Voici la teneur exacte de l'article 34 de notre constitution contrairement à ce qui est écrit par ce politicien :

Article 34

En cas d’empêchement définitif ou de retrait d’un des candidats entre l’arrêt de publication de la liste des candidats et le premier tour, l’élection est poursuivie avec les autres candidats en lice. Le Conseil Constitutionnel modifie en conséquences la liste des candidats. La date du scrutin est maintenue.

En cas de décès, d’empêchement définitif, ou de retrait d’un des deux candidats entre le scrutin du premier tour et la proclamation provisoire des résultats, ou entre cette proclamation provisoire et la proclamation définitive des résultats du premier tour par le Conseil constitutionnel, le candidat suivant dans l’ordre des suffrages est admis à se présenter au second tour.

En cas de décès, d’empêchement définitif ou de retrait d’un des deux candidats entre la proclamation des résultats définitifs du premier tour et le scrutin du deuxième tour, le candidat suivant sur la liste des résultats du premier tour est admis au deuxième tour.

Dans les deux cas précédents, le Conseil constitutionnel constate le décès, l’empêchement définitif ou le retrait et fixe une nouvelle date du scrutin.

En cas de décès, d’empêchement définitif, ou de retrait d’un des deux candidats arrivés en tête selon les résultats provisoires du deuxième tour, et avant la proclamation des résultats définitifs du deuxième tour par le Conseil constitutionnel, le seul candidat restant est déclaré élu.

2.Posté par Aziz le 31/01/2012 08:07
HC n'était pas la colistière d'Obama...

Il dispose d'une version de la Constitution qui n'est plus actuelle. L'article 34 ne prévoit plus ce qu'espère Djamil. Une loi votée le 19 Février 2007 (Loi constitutionnelle n° 2007) est passée par là et fait dire désormais à la Constitution en cet article 34 alinéa 1er, ceci : "En cas d’empêchement définitif ou de retrait d’un des candidats entre l’arrêt de publication de la liste des candidats et le premier tour, l’élection est poursuivie avec les autres candidats en lice. Le Conseil Constitutionnel modifie en conséquences la liste des candidats. La date du scrutin est maintenue."

Si l'ancienne version était maintenue, l'Opposition aurait même eu la possibilité, grâce au jeu du retrait de candidat, de pousser Wade a céder le fauteuil au Président du Sénat, en faisant repousser grâce aux retrait, l'élection au-dela du 3 Avril. Hélas, l'article a été modifié.

3.Posté par zeus le 31/01/2012 09:57
il a tellement tripatoyer la constitution que maintenant on s y perd "patriote" si le conseil constitutionnel fait une interprétation personnel de la constitution je ne vois pas pourquoi un simple citoyens ne serait pas tenter de le faire

4.Posté par BARGNY LA MINE le 31/01/2012 13:33
LA COMMUNE DE BARGNY EST DEVENU UN PETIT VILLAGE A CAUSE DE SON MAIRE IRRESPECTUEUX DES AUTORITÉS ÉTATIQUES. MARE DIOUF NARGUE LE RECEVEUR , LE PRÉFET,, LE GOUVERNEUR QUI EST ORIGINAIRE DE BARGNY. IL A VOULU VENDRE CE QUI RESTE DES TERRES DE BARGNY POUR FINANCER LE P.S. MAIS L'ALERTE A SONNE ; LES AGENTS MUNICIPAUX SONT SANS SALAIRE DEPUIS TROIS MOIS ; LE RECEVEUR REFUSE DE PARAPHER LE QUITTANCIER ; LES RECETTES FISCALES SONT INEXISTANTES.
NOUS DEMANDONS AU MINISTRE ALIOU SOW DE SE PENCHER SUR LE CAS MARE DIOUF-COMMUNE DE BARGNY. LA DÉLÉGATION SPÉCIALE EST LA SEULE SOLUTION.

5.Posté par ndiombor le 31/01/2012 13:47
L e senegal ne veut pas de marabout politicien ou chanteur comme président que chacun reste dans son domaine qu'il maitrise bien.Vive le sénégal libre et démocratique



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016