Série de cambriolages à Dakar : Un butin de 300 millions

La Division des investigations criminelles (DIC) a réussi à démanteler le gang de cambrioleurs qui se faisaient passer pour des agents de la police, de la SDE, voire de la SENELEC. Selon nos informations, la bande a emporté un butin estimé à plus de 300 millions F Cfa. 5 membres ont été déférés au parquet. Un sixième est en cavale.


Série de cambriolages à Dakar : Un butin de 300 millions
La DIC vient une nouvelle fois de démontrer sa science, en démantelant un gang de cambrioleurs qui opéraient en plein jour à Dakar et ses environs. Le Bureau des Relations Publiques de la police qui donne l’information renseigne que les mis en cause avaient une prédilection pour les maisons huppées. Ils se présentaient comme étant des policiers, des agents de la SDE voire de la SENELEC. Une fois à l’intérieur, ils tenaient en respect les occupants trouvés sur les lieux à l’aide d’armes à feu et, s’il le faut, en faisant usage de violence. Ceci fait, ils avaient tout le loisir de dévaliser lesdites maisons cossues, en emportant bijoux en or, téléphones portables, parfums de classe, etc. A ce jeu, selon d’autres sources proches de l’enquête, les cambrioleurs ont emporté la bagatelle de 300 millions F Cfa.
 Il faut dire que la DIC est sur l’affaire depuis des semaines, suite à des plaintes dénonçant des cambriolages commis de la même manière reçues à la Sûreté urbaine de Dakar, au niveau des commissariats, postes de police et brigades de gendarmerie de Dakar. De fil en aiguille, l’étau s’est resserré autour de A. B. Faye, né en 1970, M. Diop alias Léo, âgé de  33 ans et de S. B. Niang, qui vient de boucler ses 42 ans. Le trio a été arrêté, il y a de cela une dizaine de jours, pour association de malfaiteurs, vols commis en réunion avec effraction, usage de violence, d’armes à feu, de véhicules, usurpation de fonction et recel de choses.
 
Le gang perdu par un téléphone portable
 
Selon des sources, un téléphone portable est à l’origine de leur arrestation. Ledit gadget appartenait à une domestique. Leur chef, P. Konaré, dit-on, l’a offert à un membre du gang qui l’a remis à un ami. Ce dernier, à son tour, l’a offert à sa petite amie qu’il doit prendre pour épouse, sous peu. Dès que le téléphone a été allumé, il a été repéré. Ensuite, cela n’a été qu’un jeu d’enfant pour les limiers. Les trois premiers nommés ont été appréhendés. Les recherches se sont poursuivies. Elles ont conduit au domicile de ce P. Konaré (très connu par les services de la police judiciaire, du fait de ses récurrentes implications dans de multiples vols aggravés).
 
Une perquisition a permis la découverte d’éléments accablants, selon les services de communication de la police. Des plaques d’immatriculation de véhicules, un gyrophare de couleur bleue, un outil rase-clou, un outil pied-de-biche, un perceur, des clous en taquets, des cache-nez, des gants protège-main, des carnets de chèque, des IPhones neufs, des devises étrangères, entre autres, ont été découverts. Fort de tout cela, il a été embarqué, en même temps que son frère O. Konaré. Les cinq prévenus ont été présentés au Procureur. Selon d’autres sources, une autre personne s’est évanouie dans la nature.
 
Konaré, le cerveau de la bande
Ces interlocuteurs ajoutent que P. Konaré est le cerveau du gang. Chanté par un célèbre musicien très en vogue actuellement au Sénégal, il est considéré comme le plus grand cambrioleur de ces 10 dernières années. Du matériel haut de gamme a été découvert chez cet as du vol qui a un faible pour l’or. Selon les éléments de l’enquête, il disposait d’un appareil sophistiqué pour contrôler tout le métal précieux qu’il volait. Chez lui, pour échapper à Dame justice, il avait disposé, dans l’immeuble qu’il loue à Ngor virage, des caméras de surveillance pour contrôler les allers et venues.
 
Ainsi, le jour de son arrestation, il a tenté de s’enfuir quand il a aperçu l’ombre des policiers. Mais, il a été pris. Ingénieux, il enjoignait à ses éléments de ne pas prendre des objets qui pouvaient faciliter leur arrestation. Nos sources renseignent qu’il avait commencé à investir l’argent volé dans une société écran, mais aussi dans le secteur du transport. Un de ses taxis est entre les mains de la justice, depuis son arrestation.
EnQuête
Samedi 7 Mai 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :