Sénégal/Zimbabwe : Quand Bocandé insultait un arbitre français pour venir jouer avec les Lions

C'était en 1985 lors des éliminatoires de la Can 86.


Sénégal/Zimbabwe : Quand Bocandé insultait un arbitre français pour venir jouer avec les Lions
Légende vivante du football sénégalais, Jules François Bocandé a démontré, durant sa tendre jeunesse, toute sa classe sur les terrains de football et, en dehors, son patriotisme. La preuve par ce match Sénégal-Zimbabwe. Il avait, à son retour de suspension à vie, flanqué trois buts pour qualifier le Sénégal à la Can 86.

Flash-back !

Suspendu à vie en 1980 pour avoir agressé l’arbitre en finale de la Coupe du Sénégal qui opposait le Casa-Sports de Ziguinchor à la Jeanne d’Arc (Ja) de Dakar, Jules François Bocandé a été gracié en 1985.

Année de compétition pour le Sénégal, qui, après 7 ans d’absence, voulait retrouver une place au rendez-vous africain. C’est dans ce contexte chargé que JFB, à l’époque professionnel au Fc Metz, effectue son retour en équipe nationale. “On m’avait gracié.

Mon premier match, c’était contre le Togo, le deuxième contre Zimbabwe. Pour cette dernière rencontre, le Sénégal devait gagner pour se qualifier à la Can 86”, se rappelait “Essamay” dans un entretien en 2012 avec L’Observateur, rapporté par Senego.

Le règlement de la Fifa n’étant pas aussi rigoureux qu’il ne l’est aujourd’hui à l’endroit des clubs pour la libération des joueurs convoqués par leurs sélections, Jules Bocandé avait du mal à se libérer de son employeur. “Je ne devais pas venir jouer ce match.

Le même week-end du match contre le Zimbabwe, on avait une rencontre de Coupe de France à jouer, Fc Metz voulait me garder, il fallait que j’insulte l’arbitre, une semaine auparavant, pour qu’il me donne un carton rouge afin que je puisse venir en équipe nationale”.

Le pari fou

Son souci était de qualifier son pays à tout prix. Arrivé à l’aéroport, Jules François Bocandé prend le risque de faire un pari. Il promet de marquer trois buts et de qualifier le Sénégal à la Can. “C’est cela qui était extraordinaire, je l’avais voulu et j’ai donné tout ce que j’avais dans le ventre pour y arriver. Avec l’aide de Dieu, j’avais marqué les trois buts de la victoire le premier de la tête, le deuxième sur penalty, obtenu par Joseph Koto, le troisième de la tête encore.

Je n’oublierai jamais ce match qui est resté dans les anales du football sénégalais. Ce n’était pas évident, après une suspension à vie, de faire une prestation pareille, mais c’était mon match à moi, ma revanche”.

Il a, du coup démontré une leçon de patriotisme et de bravoure pour plonger le Sénégal dans une euphorie totale. “C’était la qualification à une Coupe d’Afrique que je n’ai jamais jouée. J’étais fier de moi, fier d’être Sénégalais”.

Un exemple à montrer aux poulains d’Aliou Cissé qui défendront les couleurs nationales au Gabon du 14 janvier au 5 février prochain.

Source : wiwsport.com

 
Mercredi 19 Octobre 2016
Dakaractu




1.Posté par Abdoun le 20/10/2016 08:04
jambar demna

2.Posté par DIOP Abdoulaye le 21/10/2016 06:25
Fier de vous à jamais Essamay

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :