Sénégal: Nouvelle taxe sur la cimenterie et les mines.


Sénégal: Nouvelle taxe sur la cimenterie et les mines.
DAKARACTU.COM - la recherche de revenus croissant, le gouvernement décide de prendre 5% du chiffre d'affaires des sociétés évoluant dans le ciment et les mines. Après les sociétés de téléphonie, les cimenteries deviennent la cible de l'Etat. Cette mesure va s'appliquer à compter du 1er janvier 2012, date d'application du décret présidentiel. Ce sont les Impôts et Domaines qui seront chargés du recouvrement de cette taxe. Selon une source gouvernementale qui s'est confiée à Libération, il était temps de remedier à une situation fort préjudiciable pour le Sénégal. Les cimenteries faisant un chiffre d'affaires de vingt à trente milliards francs Cfa, les avis divergent sur ces décisions et provoquent une grosse polémique. Récemment, le président Wade avait lui-même annoncé la fin des exonérations qui faisaient perdre à l'Etat près de 300 milliards de francs cfa par an.
Mardi 22 Novembre 2011




1.Posté par Bondo le 22/11/2011 13:20
Si le régime du Sopi au pouvoir est connu pour être allergique à l’existence de sociétés privées nationales indépendantes et performantes, Wade et son gouvernement sont par contre de très généreux samaritains dans l’attribution de marchés grés à gré à des sociétés françaises. C’est ainsi que Eiffage et Edf son gâtés à coup de milliards entre la Route nationale 1, la route de l’aéroport, le port de Ziguinchor et la Senelec.
C’est d’abord Edf France qui s’est vu octroyer, par entente directe avec le ministère de l’Economie, le montant de 1 milliard 789 millions de francs Cfa. Du gré à gré pure jus pour dit-on, rémunérer la prestation d’Edf qui aurait conduit une mission ayant permis de déceler des non-conformités à la Senelec.
Mais le système mis en place pour les grés à gré est très huilé dans les Btp. Il s’agit de tout rediriger vers la société Eiffage Sénégal avec la complicité de l’Agence autonome des travaux routiers (Aatr), une agence née des restes de l’Anoci de Karim Wade.
Nos confrères du quotidien Libération, qui ont fouillé méticuleusement du côté de cette agence, révèlent dans leur livraison de ce matin, que cette machine de gré à gré en faveur de Eiffage est plus performante que jamais. Il y a sept mois, révèle Libération, l’Aatr a octroyé sans appel d’offres, et pour plus de 2 milliards de francs Cfa, un marché à Eiffage Sénégal/Mohammed Abdulmoshin Al Kharafi & Sons. Dans ce marché dit « complémentaire », il s’agit de l’exécution de travaux d’élargissement et d’aménagement du tronçon allant des Mamelles à l’aéroport Léopold Sédar Senghor.
Le ministère de l’Economie maritime de Khoureychi Thiam contribue aussi dans le gavage de Gérard Sénac et sa société devenus les chouchous du pouvoir. Ce département du gouvernement a attribué, sans appel d’offres, un marché de plus de 1 milliard de francs Cfa à Eiffage pour la construction du port de Ziguinchor.
Un autre marché lourd de milliards et confié sans appel d’offres à Eiffage, c’est celui appelé encore « marché complémentaire », relatif aux travaux d’assainissement et de réhabilitation de la Rn 1 avec, cette fois-ci, une Sénégalaise pour les miettes. Dans ce marché, il s’agit de près de 4 milliards de francs Cfa qui sont mis gracieusement entre les mains de sénac et Eiffage sans appel d’offres.
Avec plus de 7 milliards de francs Cfa obtenus grassement sans appels d’offres, Gérard Sénac peut remercier le Sopi, son gouvernement et Karim Wade qui n’ont pas honte de remplir son estomac en réduisant en débris et expédiant au cimetière de l’alternance les entreprises sénégalaises comme celle de Bara Tall.
F. TENDENG



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016