Sénégal : Les mouvements citoyens ne seront pas ponctuels


Sénégal : Les mouvements citoyens ne seront pas ponctuels
La présence des mouvements citoyens dans le processus électoral, vue
comme une incursion maladroite par certains politiques portant des
œillères, suscite curieusement des interrogations inutiles sur leurs
motivations malgré le constat d'échec de la plupart des associations
politiques toutes traversées par des idées sectaristes et dont les
militants pataugent dans des querelles byzantines de leadership juste
pour entretenir une proximité avec les secrétaires généraaux de ces
partis.



Déjà en Janvier 2011, le Mouvement Jambar proposait une plateforme
commune des mouvements citoyens pour mieux travailler sur le contrôle
citoyen de l'action publique et, le moment venu, déplacer l'activité
vers l'Assemblée Nationale. Il est inutile de poursuivre ces
réflexions désobligeantes propres aux matamores et de retenir que les
animateurs de ces mouvements citoyens, qui partagent l'esprit
républicain, sont totalement décomplexés.



Les mouvements citoyens sont pertinents parce que leurs missions
premières s'inscrivent strictement dans le cadre (1) de
l'assainissement des méthodes de dévolution des responsabilités, (2)
de la garantie de l'accès des citoyens ordinaires à l'information sur
les finances publiques, (3) du renforcement des démembrements de
l'administration en charge des activités d'inspection et de poursuite
judiciaire des politiques élus ou nommés, (4) de l'amélioration de
l'administration et du fonctionnement des institutions républicaines
par un service de qualité et un contrôle permanent et effectif du
citoyen sur l'action publique.



Les objectifs recherchés sont naturellement de déparasiter le champ
politique, et donc les institutions républicaines, en contribuant à la
ronde des générations et une séparation effective des pouvoirs, de
blinder principalement les processus décisionnels du pouvoir
législatif et de maintenir le pouvoir exécutif à la périphérie de ses
processus décisionnels.



Nous pouvons soutenir, pour avoir travaillé en ce sens depuis plus de
3 ans avec Yamalé et Notre Sénégal, la branche Internet du Mouvement
Très Juste très présent dans la Diaspora, que les mouvements citoyens
ne seront pas ponctuels. C'est un phénomène très sérieux qui
transcende les agendas politiques et indique l'émergence d'une
nouvelle génération de citoyens qui entendent s'occuper sérieusement
de la politique.



L'intelligence politique serait de proposer une majorité d'idées aux
mouvements citoyens. Le Président Macky Sall a heureusement compris
cette nouvelle donne et s'emploie à les associer dans la mise en
application du projet de société de l'Alliance Pour la République.



Samba Alassane Thiam

Président du Mouvement Jambar

Cape Town, Afrique du Sud
Lundi 16 Janvier 2012
Samba Alassane Thiam




1.Posté par c i le 17/01/2012 00:05
doul rek macky faut type la



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016