DAKARACTU.COM

Sénégal : Le Sénat embourbé dans les eaux (l'éditorial de CYS)


Sénégal : Le Sénat embourbé dans les eaux (l'éditorial de CYS)
DAKARACTU.COM  Le contexte était dramatique. Macky Sall a adopté une posture historique. Hier, dès son retour de vacances qu’il a su dignement écourter, le chef de l’Etat a démontré qu’il savait écouter le peuple qui l’a élu le 25 mars 2012 et qui lui criait du fin fond des banlieues envahies par des eaux sales que leur calvaire ne saurait souffrir de plus de cynisme politique d’une classe du même nom. Macky Sall a montré, dans ce qui ressemble à la première rupture non cosmétique, que « lorsque la détresse des populations est aussi ample, il faut prendre des grandes décisions ». Certes, ce lapsus révélateur qui lui a fait dire « la primauté du parti avant la patrie », avant de se reprendre, montre à l’envi qu’il avait une véritable épine dans le pied. Nous n’irons pas jusqu’à dire que les eaux de pluies le soulagent, mais la caresse appuyée aux partis politiques qui avaient misé sur le maintien du Sénat laisse croire que les discussions étaient serrées. Macky Sall a dit que le Sénat dans sa forme n’était pas si inutile que cela, notant même, comme une porte entrouverte, qu’il  « pourrait avoir un rôle à jouer d’ailleurs à l’avenir », mais que son maintien était indécent à l’heure qu’il est. Bien vu, Monsieur le Président !!! A l’heure exacte où les rédactions étaient en train de boucler le compte-rendu de la conférence de presse du M23 sur l’inadéquation de cette institution, disant « qu’au moment  où les acteurs politiques s’apprêtent à se partager les postes de sénateurs selon un rituel de prédation et de partage qui n’a jamais changé depuis l’indépendance, des centaines de milliers de familles vivent le calvaire des inondations, dans des conditions inhumaines, faisant d’autre part preuve de générosité et d’un esprit de solidarité remarquable », Macky Sall ne pouvait pas faire autre chose que de prendre certaines mesures dont cette suppression du Sénat. Il a en fait demandé à sa classe politique toute entière d’être au diapason de la population, de ne pas faire moins qu’elle. Minimum requis pour encore pouvoir lui servir d’aiguillon au développement de notre nation. C’est l’Acte I de ce pouvoir nouveau. Il en reste bien d’autres, mais celui-ci, au vu de la pression qui pesait sur les épaules du chef de l’Etat, ne manque pas de panache et réconcilie, même dans la douleur, le peuple avec ses dirigeants. Qu’un avocat comme Me Ousmane Sèye vienne nous tympaniser, pour dire que Macky Sall a agi sous le coup de l’émotion, nous fait au contraire du bien. Des émotions pareilles, on en redemande !!! On se demande comment des gens ont pu détourner des milliards sans l’émotion dont se réclame Me Sèye, alors qu’ils auraient pu les destiner à… l’assainissement par exemple. Nous espérons juste que cet épisode de la suppression du Sénat pour cause d’inondations ne va pas remplacer le fameux Plan Jaxaay qui avait noyé les élections de 2005 dans le rayon des chimères et des incantations sans lendemain.
Dakar actu




Mercredi 29 Août 2012
Notez


Dans la même rubrique :