Sédhiou : L’UJTL et le MEEL dressent un bilan chaotique de l’actuelle équipe municipale


Sédhiou : L’UJTL et le MEEL dressent un bilan chaotique de l’actuelle équipe municipale
Après plus d’une année de gestion municipale, l’espoir qui se lisait sur le visage des Sedhiouois s’est très vite transformé en désespoir. La population est en train de vivre un calvaire. Le maire de Sédhiou tâtonne et peine à traduire les attentes de la population en programme. Et pourtant, il avait promis de sortir notre localité de la situation précaire dans laquelle elle est. Mais hélas ! En lieu et place de proposer une politique sérieuse de développement pour notre commune, on nous tympanise avec des discours arrogants et dépourvus de vérités.
Aujourd’hui,  dans la gestion municipale, des impairs cruels se dessinent :
  • Un budget pas du tout ambitieux de trois cent quarante deux millions (342.000.0000) est retenu par le bureau de cette institution pour l’année 2015 contre quatre cent un millions (401.000.000) en 2014, soit une baisse substantielle de cinquante neuf millions (59.000.000)
  • Pour cette année, dix millions (10.000.000) de fonds de concours ont été attribuées pour les investissements directs contre quinze millions (15.000.000) en 2014, soit un abrègement de cinq millions (5.000.000).
  • En ce qui concerne les fonds de dotation, la commune de Sedhiou a reçu quatre vingt dix millions (90.000.000) cette année, contre quatre vingt dix sept millions (97.000.000) en 2014, soit une diminution de sept millions (7.000.000).
  • Pire, le 27 octobre 2014, il a été autorisée une dépense de vingt cinq millions (25.000.000) sur financement du Programme National de Développement Local (PNDL) pour l’extension du réseau hydraulique dans différents quartiers de Sédhiou, notamment ceux de la périphérie, mais jusqu’ici rien n’a été fait.
  • Nous constatons également un défaut de bonne gouvernance et de transparence, car des marchés de gré à gré ont été opérés sans appel d’offres. Elles sont attribuées cette année a des personnes sans qualification et qui sembleraient ne pas être en conformités aux règles qui régissent les passations de marchées publics ; sans l’avis de l’agent voyer qui est d’ailleurs indemnisé pour cela.
  • D’Ibou Diallo à Amadou Tidiane Ba, en passant par Dembo Coly, Adama Diallo, Moussa Kante et Balla Moussa Daffe, jamais Sédhiou n’a été aussi obscure que maintenant, faute d’éclairage publique. Or, nous vivons dans l’insécurité en cette période d’hivernage (les chiens errants, les reptiles, les vols a répétition, les caniveaux béants)
  •  Sédhiou a vraiment mal, mal de ses routes. En effet, l’ancienne équipe municipale avait réalisé des ponceaux et avait assuré l’entretien des voiries pour permettre aux usagers d’avoir des routes praticables. Mais aujourd’hui, force est de constater que nos routes sont dans un état piteux. Ce qui occasionne des accidents de circulation récurrents et souvent mortels.
  • En ce qui concerne la participation aux dépenses de l’enseignement, un budget de douze millions (12.000.000) a été voté pour le compte de 2015, mais jusque là les étudiants courent derrière leur subvention. Pour rappel, la mairie leur doit un reliquat de quatre millions cinq cent milles (4.500.000) au compte de l’exercice 2014. Alors que le maire dans sa propagande politique avait promis, en 2013 au restaurant Balajo sis au point E, de rehausser la subvention de douze millions (12.000.000) à vingt millions (20.000.000). Quel paradoxe !
Et ce qui est gravissime est que l’octroi de cette subvention ne s’opère plus par voie administrative mais plutôt par personnes interposées…
  • Par rapport au stade municipal de Sédhiou, le ministre des sports Matar Ba, lors de sa venue au mois de Mai 2015, a lancé le démarrage des travaux dont le délai d’exécution est fixé à sept (7) mois. Mais, aujourd’hui, à deux mois de ce délai, force est de constater qu’ils en sont à deux petits bâtiments construits. On ne sait s’ils sont destinés aux toilettes ou aux dortoirs des deux ouvriers sur place.
  • La coopération de notre ville à celle des Ulis (en France) a toujours été rentable, vivante et bénéfique depuis le maire Balla moussa Daffé jusqu’à Amadou Tidiane Ba. Sur ce, l’ancienne équipe municipale a pu bénéficier de cinq (5) salles de classes, de la construction de vingt et cinq (25) latrines et de l’acquisition d’un tracteur pour la gestion des déchets. Mais malheureusement, aucune prise de contact sérieuse n’a été faite pour pérenniser ce partenariat quand on sait que dans ce contexte de l’acte 3 de la décentralisation, les communes, fondamentalement, ont besoin d’entretenir des partenariats.
  • Last but not least, le seul espace vert de la commune, œuvre de l’ancienne équipe municipale, est aujourd’hui dans un état de délabrement écœurant, faute d’entretien. Ce joyau qui devrait être un lieu de convergence et de détente des jeunes est devenu un lieu de recueillement favori des bêtes sauvages.
 
En somme, voici quelques aberrations qui illustrent l’absence de vision, d’action de l’actuel maire. Le développement de Sédhiou n’est pas une priorité pour cet homme. Nous demandons à la population de Sédhiou de ne pas se laisser amadouer par des tapages financiers du maire. Cela nous mène à rien. La jeunesse qui constitue l’espoir de notre teroir  doit être vigilante et doit arrêter d’agir pour des intérêts personnels. Nous devons agir pour l’interet de la commune de Sédhiou.
Nous avons reçu la visite du frère secrétaire général adjoint de l’UJTL, M. Fabouly Gaye qui, d’une manière ramassée, est revenu sur la situation chaotique de notre commune. N’en déplaise aux apôtres du maire qui, au lieu de décrier la situation de notre localité et se battre pour relever le défi, se lancent dans des attaques ad hominem. Nous le disons et nous le répétons, M. Fabouly Gaye sera toujours la bienvenue à Sédhiou. Incessamment, nous reviendrons sur les questions d’ordre nationales…
UJTL –MEEL/ Sedhiou.
Fait à Sédhiou le 02 Octobre 2015
Vendredi 2 Octobre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :