Sécurité et loisirs à Dakar : Les piscines-party et soirées sur les plages sont désormais interdites


Sécurité et loisirs à Dakar : Les piscines-party et soirées sur les plages sont désormais interdites
Les éléments de la brigade de gendarmerie de la Foire ont saisi durant le week-end une importante quantité de chanvre indien. Hier, au cours d’une conférence organisée pour communiquer sur cette saisie, le colonel Assane Bèye, commandant de la brigade de gendarmerie de la Foire, a profité de l’occasion pour informer sur des décisions prises par les autorités concernant les piscines-party et les soirées organisées sur les plages, à Dakar. «Le gouverneur, tout comme le préfet, ont pris toutes les mesures et ont donné des instructions fermes. C’est pourquoi il est désormais interdit de faire des piscine-party et autres soirées (organisées sur les plages) et qui peuvent nuire à la sécurité des uns et des autres», a-t-il informé. Avec ses hommes, le Colonel Bèye a dit la détermination des forces de l’ordre à renforcer la sécurité le long des plages, notamment pendant les week-ends.

Concernant les 12 paquets de chanvre indien d’un poids total de 640 kg qui ont été découverts à bord d’une pirogue à la plage de Yoff Ndénate, le colonel a souligné que c’est le propriétaire de la pirogue qui est allé les informer de cette découverte. ‘’Une fois sur place, nous avons constaté le fait», a expliqué le colonel Assane Bèye. Selon le commandant de la brigade de gendarmerie de la Foire, ses hommes étaient au courant du trafic. A ce propos, ils avaient mis en place tout un dispositif de sécurité, afin de mettre la main sur les dealers. «Nous avions mis des hommes un peu partout dans les alentours de Kayar, mais sûrement les dealers communiquaient entre eux, raison pour laquelle la drogue a atterri à Yoff».

Le colonel a évalué la valeur du chanvre indien à environ 38 millions F Cfa. «C’est la somme qu’on peut avancer au départ. Mais à la revente, cela peut être estimé à 64 millions», a expliqué le commandant de la brigade de la Foire. Si les dealers n’ont pas encore été identifiés, l’officier a renseigné que tout sera mis en œuvre pour les démasquer. «Pour le moment, nous sommes là pour assurer la sécurité des personnes et des biens. Nous n’avons certes pas mis la main sur qui que ce soit, mais nous comptons redoubler de vigilance. Nous continuons à faire des investigations pour savoir à peu près qui sont les dealers, le cas échéant les interpeller et les déférer devant le procureur de la République», a informé le colonel  Bèye.

L’Enquête
Jeudi 14 Août 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :