Scission du M23, loi de l’omerta, critique de l’impatience populaire, transhumance… Affaiblir le peuple ou affaiblir le système ? Du président ou du peuple qui a besoin de bouclier ?


Scission du M23, loi de l’omerta, critique de l’impatience populaire, transhumance… Affaiblir le peuple ou affaiblir le système ? Du président ou du peuple qui a besoin de bouclier ?
Du M23 on se souvient encore du 23 juin et des combats héroïques étalés sur neuf (09) mois. Du M23 il sera aussi retenu sa transformation en cheval de Troie du président de la république par une cinquième colonne carriériste et arriviste. Des causes de ce qu’est inévitablement devenu le M23, pointons le sabotage organisationnel à la base tel que cela se pratique dans certains syndicats et partis politiques et l’option appétissante, venue en mangeant et en trahissant, de son maintien comme machine à dégager WADE et le PDS autour des copains et des coquins. Après la dépolitisation du M23 qui a permis de dire au peuple « tu as fini ta mission, retournes à tes pénates », la dépossession du peuple d’un instrument de lutte. Il faut craindre le pire.

Un M23 muet depuis le 26 mars 2012. Se contentant d’applaudir tous les jeudis soirs et de jouir de la rente du 23 juin. Un M23 qui s’est fait hara kiri en ne s’occupant jamais des questions d’organisations depuis…la période d’installation des coordinations départementales. Depuis plus rien. Sinon des décisions parachutées du sommet à la base par un groupe de militants tous habitant à Dakar. Les AG convoquées dans des conditions toujours critiquables permettant très peu les débats et avalisant des tactiques ne réorientant pas le M23 vers un mouvement de veille, d’interpellation, de combat, nationalement implanté et aux structures fonctionnelles. Les cahiers de doléances départementaux jamais pris en charge par les instances exécutives du M23. Au lieu de cela, des gens en ont fait un tremplin en méprisant et accablant les militants sincères par leur manœuvres à deux sous. Les hyènes se partageant les millions du président lors de la commémoration de l’an I du 23 juin et les carriéristes faisant ce qu’il savent le mieux faire bombance au frais du contribuable sous le fallacieux prétexte de « servir le Sénégal ». S’arrimer aux communiqués du conseil des ministres ne suffisait pas comme gage d’allégeance, il a fallu que les communiqués vinssent de la présidence. Provoquant ainsi la scission ce qui revient au même. Son affaiblissement à défaut d’une léthargie. Cela comme en l’an 2000 ou presque. Le peuple défait entre 2000 et 2012 a été à bonne école. Et une section de ce peuple refuse la répétition comique ou tragique de l’histoire par la dénonciation du décret selon lequel après avoir chassé WADE et le PDS la mission du peuple est finie.
C’est aussi ainsi qu’il faut comprendre la tentative d’omerta que l’APR veut imposer à travers ses gardes-chiourmes dont les gesticulations feraient rire si cela ne nous rappelaient les moments les plus sombres, faits de coups de marteaux, de saccage de locaux de presse…, du régime du PDS dont le peuple s’est légitimement défait il y aura un an le 25 mars prochain.
On déshabille le peuple pour habiller le président. On renforce le président en affaiblissant le peuple. La transhumance, l’autre nom de la prostitution en politique, est encouragée. Gouvernance vertueuse dit-on !?
12 mois bientôt que les 550 animateurs polyvalents des cases des tout petits et des classes préparatoires attendent la fin de leur exploitation par l’Etat du Sénégal qui les maintient dans un bénévolat tragique pendant qu’on annonce 5.000 recrutements dans la fonction publique. 12 mois bientôt que les paysans de Wassadou attendent de savoir si l’Etat va continuer à accepter l’accaparement de leurs terres ou s’il va oser la rupture. 12 mois bientôt que les populations des 45 départements du pays patientent leur cahier de doléances risquant de subir le même sort que ceux des centrales syndicales sous les ères du PS et du PDS. Qui a besoin d’un bouclier ? Ce crésus redevable des abjectes fonds politiques ou ces gueux auxquels sont interdits même la capacité d’indignation et de piaffer d’impatience ?
Ce régime de bonimenteurs, d’intrigues et de pacotille va s’effondrer.
La confrontation est inévitable ! Elle a commencé par des jacqueries qui vont se poursuivre en s’amplifiant.
Les 65% du 2nd tour de l’élection présidentielle s’effritent. « Le parti avant la patrie », la grâce et l’amnistie accordées au chef des voleurs, la continuité que suggèrent notamment la perpétuation du système à travers des bourses familiales mensuelle qui s’élèveront à 8.333F CFA…sont passés par là.
Entre le retour en force de l’apolitisme, du Boul Fallé… et du sauve-qui-peut avec la promotion du système LMD (Lutte-Musique-Danse) avec comme dégât collatéral le renforcement du fondamentalisme religieux d’une part et la poursuite de la recherche collective d’un projet alternatif de sortie du système qui nous a sous-développé par le dépassement des cris de ralliement à la fois extraordinaires et congénitalement limitatifs qu’ont été WADE DEGAGE et Y EN A MARRE d’autre part, il faut choisir.
La période à venir sera d’approfondissement de la démarcation et d’édification. Citoyens, ne rangeons pas les armes, ne détruisons pas les barricades. Il ne faut pas affaiblir le peuple !

Guy Marius SAGNA Tambacounda, le 21 février 2013
Coordonnateur du M23 de Tambacounda




Jeudi 21 Février 2013
Notez


1.Posté par BOUNKATAB le 21/02/2013 12:24
A MON AVIS TOUS CEUX QUI CONTINUENT DE SE RECLAMER DU M23 ET ENVOIENT DES CONTRIBUTIONS DE CE GENRE SONT PAREILS QUE LEURS HOMO;LOGUES QUI ONT MONTE UNE ASSOCIATIONS.ILS NE VEULENT PAS LACHER LE MORCEAU COMME LES MILLIERS DE MANIFESTANTS QUI ONT DEGAGE WADE. MACKY ET L'APR ET LES ALLIES DE BENO BOK YAKAAR , C'EST DE LA GNOGNOTTE POUR LES POPULATIONS,C'EST TERMINE LES POLITICIENS QUI SE CROYAIENT TOUT PERMIS.OU BIEN ILS BOSSENT BIEN, ON LEUR DONNE UNE DEUXIEME CHANCE , OU BIEN ILS NE FOUTENT RIEN DE BON ET ON LES DEGAGE.POUR CELA , ON N'A PAS BESOIN D'APPAREILS M23 OU Y EN A MARRE.S'IL Y A DES GENS QUI N'ONT PAS COMPRIS CETTE NOUVELLE DONNE , C'EST A DESESPERER.



Dans la même rubrique :